Forbes : La Chine tue des prisonniers pour prélever des organes à des fins de transplantation : un rapport de BMC accuse la Chine de " falsification " de données

Le magazine Forbes a publié le 16 novembre 2019, un article de Zac Doffinan intitulé : " La Chine tue des prisonniers pour prélever des organes à des fins de transplantation, "


L'article affirme que la déclaration de la Chine d’utiliser un système de don volontaire pour son industrie de transplantation d'organes d'un milliard de dollars, avait été réfutée par un rapport publié dans BMC Medical Ethics. Les chercheurs ont découvert que le gouvernement chinois a falsifié et manipulé des ensembles de données officielles sur les greffes d'organes


L'article déclare : " En juin, j'ai écrit un rapport à propos du China Tribunal à Londres, qui a trouvé des preuves de « prélèvement forcé d'organes " sur des prisonniers chinois, dont le Falun Gong et des musulmans ouïghours. Le tribunal a conclu dans son jugement final que " ces prélèvements forcés d'organes sont commis depuis des années [...] à une échelle significative ". La Chine a déclaré que cette pratique avait été proscrite et remplacée par un système de dons volontaires. Mais un nouveau rapport, publié le 14 novembre dans la revue BMC Medical Ethics, l'a réfuté, affirmant que ces allégations de réforme étaient soutenues par la " falsification et manipulation systématiques de ensembles de données officiels sur les greffes d'organes en Chine.


"Le China Tribunal s’est appuyé sur les témoignages de première main d’anciens détenus et la disponibilité invraisemblable de greffes et sur les courts délais d’attente pour formuler ses conclusions. Les témoignages étaient horribles – incluant des extractions d’organes sur des victimes vivantes, qui ont été tués ultérieurement tuées par les procédures. Un documentaire de 2015 a affirmé que l'industrie chinoise des greffes d'organes illégales était évaluée à un milliard de dollars par an - mais la Chine insiste pour dire que les extractions forcées ont cessé, que ses efforts de réforme remontent à 2010, avec un système de dons volontaires remplaçant le prélèvement forcé d'organes de prisonniers.


" Tel n'est pas le cas, dit l'article de BMC, affirmant que la Chine " fabrique artificiellement des données de dons de greffes d'organes ". Selon le rapport, ses conclusions signifient que toute confiance dans le système de prélèvement d'organes en Chine " a été violée ", que les réformes étaient un "cache pour l'utilisation continue de donneurs non volontaires ou de donneurs contraints à donner des organes ". En bref, l'allégation est que le nouveau système de dons volontaires fonctionne parallèlement et non à la place des extractions forcées. D'après le rapport, les données de l'État sont trop soignées pour être authentiques - elles doivent être falsifiées.


"Les sources à l'origine de l'analyse des données médico-légales déployée par les auteurs du rapport comprennent le China Organ Transplant Response System (COTRS) et la Société de la Croix-Rouge de Chine. Les données ont trouvé des modèles mathématiques qui défient les anomalies statistiques attendues. En d'autres termes, les rapports officiels de la Chine émanent d'un tableur RP et non d'une analyse de données authentiques sur le terrain.


" Susie Hughes de la Coalition internationale pour mettre fin aux abus de greffes en Chine (ETAC), laquelle a initié le China Tribunal, a salué les conclusions, avertissant que le rapport " révèle les mensonges et la tromperie qui caractérisent les prétendues " réformes" de la Chine en matière de greffes. La falsification des données du China Organ Transplant Response System (COTRS) semble faire partie d'une dissimulation élaborée qui camoufle le meurtre de masse dirigé par l’Etat de personnes innocentes pour leurs organes en Chine. '... "


Zak Doffman est le fondateur / PDG de Digital Barriers, une société fournissant des technologies de surveillance avancées aux secteurs de la défense, de la sécurité nationale, de la lutte contre le terrorisme et des infrastructures critiques.


Version anglaise :

Version chinoise :
《福布斯》-掩盖活摘器官-中共伪造器官捐赠数据

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.