Un séminaire sur les crimes de prélèvement d'organes du régime chinois organisé à Helsinki, capitale de la Finlande

Un séminaire concernant le pillage d'organes commis par le régime communiste chinois a été organisé le 18 septembre 2019, dans le Bâtiment de la Poste Centrale d' Helsinki, Finlande.


Le séminaire était à l’initiative de Supporting Human Rights in China (SHRIC). Les intervenants comprenaient l’enquêteur indépendant et avocat des droits de l'homme, David Matas; le journaliste d'investigation Ethan Gutmann; Enver Tohti, un ancien chirurgien du Xinjiang en Chine qui a vu des médecins prélever un organe sur une personne vivante; et le Dr Marja Heinonen-Guzejev, chercheuse en santé publique à l'Université d'Helsinki.

Des articles médicaux chinois rejetés pour avoir omis d'expliquer les sources des organes

Dr. Marja Heinonen-Guzejev a pris la parole au séminaire au nom de Physicians for Social Responsibility (LSV), une association médicale finlandaise visant à promouvoir la santé et l'égalité en Finlande et dans le monde. Elle a déclaré que les questions éthiques entourant la transplantation d'organes en Chine ont attiré l'attention des cercles scientifiques internationaux.


 
Dr. Marja Heinonen-Guzejev a parlé des problèmes éthiques liés à la transplantation d'organes en Chine

.
Le Dr Heinonen-Guzejev a expliqué que deux publications scientifiques, Plus One et Transplantation, avaient supprimé 15 articles scientifiques provenant de Chine au mois d'août, les chercheurs n’ayant pas pu expliquer les sources des organes utilisés dans leur recherche.


Selon le British Medical Journal, les auteurs de plus de 400 articles scientifiques provenant de Chine n’ont pas pu expliquer les sources des organes humains utilisés dans 92% des cas.


Le Dr. Heinonen-Guzejev a déclaré que l'Espagne, Israël, l'Italie, la Norvège et Taiwan interdisaient à leurs citoyens d'aller en Chine pour une transplantation d'organe.


Organes prélevés sur des personnes vivantes

Le Dr Enver Tohti est un ancien chirurgien ouïghour originaire de Chine et qui vit à présent à Londres. Il a dit que le régime chinois avait traité environ un million de prisonniers ouïghours comme des "donneurs d'organes " vivants, comme il le fait pour les pratiquants de Falun Gong.


Il a noté que les patients en Chine ne doivent attendre qu'une semaine pour obtenir un organe compatible. Il a également montré une photo d'une voie spéciale dans un aéroport en Chine, spécialement utilisée pour transporter des organes ayant été prélevés sur des personnes vivantes. Le public a été choqué d'apprendre que l'Hôpital populaire de la province du Hunan avait déjà diffusé des annonces promotionnelles proposant gratuitement 20 opérations de transplantation de rein.

 
Enver Tohti est un ancien chirurgien du Xinjiang, en Chine, qui a été témoin d’un prélèvement forcé d’organe sur une personne vivante.


M. Gutmann a dit que les organes prélevés sur des prisonniers d’opinion sont utilisés dans environ 60 000 à 100 000 transplantations d’organes effectuées chaque année en Chine et que la majorité des victimes sont des pratiquants de Falun Gong.

 
Le journaliste d'investigation Ethan Gutmann parle des prélèvements d'organes sur des prisonniers d'opinion par le régime chinois.


L'avocat des droits de l'homme, David Matas, a proposé des mesures que la Finlande pourrait prendre pour contribuer à modérer ces atrocités.

 


Les intervenants ont également rappelé le jugement final du China Tribunal, qui a réuni des preuves accablantes de témoins, de revues médicales et d'enquêtes indépendantes avant d'affirmer le 17 juin 2019 que le régime chinois massacrait des prisonniers d'opinion pour des organes à une grande échelle. Le tribunal indépendant était dirigé par Sir Geoffrey Nice, QC, un procureur du Tribunal international pour l'ex-Yougoslavie.


Couverture des médias traditionnels

Le panel a généré une discussion animée avec le public et le séminaire de deux heures a été prolongé d’une demi-heure. Des journalistes des principaux médias ont fait la queue après le séminaire pour interviewer les intervenants.


Helsingin Sanomat, le journal le plus influent en Finlande, et HSL, un journal suédois avec la plus grande diffusion, ont rendu compte du séminaire en première page le lendemain. Ils ont montré comment le nombre de transplantations d'organes en Chine a augmenté rapidement après que le régime communiste chinois a commencé à persécuter le Falun Gong en 1999, et mentionné une résolution du Parlement européen en 2013 condamnant ces atrocités.


Version anglaise :
Finland: Seminar on Chinese Regime's Organ Harvesting Crimes Held in Helsinki


Version chinoise :
中共掠夺器官研讨会在赫尔辛基举行(图)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.