Fox News met en lumière le prélèvement forcé d'organes autorisé par l'État en Chine

Le 26 octobre 2019, Fox News a rendu compte de la persécution en cours des pratiquants de Falun Gong en Chine, notamment de l'assassinat de pratiquants par le régime chinois pour des organes. La journaliste Hollie McKay a interviewé des pratiquants et des chercheurs indépendants et a cité un rapport du China tribunal indépendant à Londres. Le témoignage et les conclusions affirmant que le prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant continue à avoir lieu en Chine encore aujourd'hui.


L'article, "Survivors and victims on choking state-sanctioned organ harvesting in China" (en français : Survivants et victimes de choquants prélèvements d'organes approuvés par l'État en Chine) commençait avec l'histoire de Jennifer Zeng, qui a été arrêtée pour sa pratique du Falun Gong en février 2000. Dans un camp de travail du canton de Daxing, elle a été interrogée à propos de ses antécédents médicaux et son sang a été analysé contre son gré. Elle a dit aux autorités qu'elle avait eu une hépatite C avant de pratiquer le Falun Gong.


Douze jours plus tard, sa compagne de cellule est décédée des suites d'un gavage. Les mauvais traitements infligés aux pratiquants de Falun Gong dans les camps de travaux forcés étaient courants et allaient de l'abus physique au prélèvement forcé d'organes. " L’hépatite C m’a peut- être [disqualifiée] en tant que donneur d’organes ", a déclaré Zeng à Fox News.


Rapport du tribunal: Prélèvement forcé d'organes en Chine

Le rapport émis par le China Tribunal a confirmé que le prélèvement forcé d'organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine continue


Après avoir passé un an à évaluer de manière indépendante tous les éléments de preuve disponibles, le Comité du China Tribunal a rendu compte de ses conclusions en juin 2019. Lancé par la Coalition internationale pour mettre fin aux bus de greffes en Chine (ETAC), une organisation caritative internationale de défense des droits de l'homme, le tribunal est présidé par Sir Geoffrey Nice. QC, qui a auparavant dirigé les poursuites contre Slobodan Milosevic devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie.


Le rapport du Tribunal déclarait " Le prélèvement forcé d’organes est commis depuis des années, et les pratiquants de Falun Gong ont été et probablement la principale source d'approvisionnement en organes. "

Sir Geoffrey Nice, président du the China Tribunal


Le rapport soulignait les temps d'attente extrêmement courts pour des organes en Chine, ainsi que les nombreux sites Web annonçant des cœurs, poumons et reins à vendre. Ces données révélant une industrie dans laquelle des donneurs sont disponibles sur demande. Le tribunal a conclu que des crimes contre l'humanité ont été commis avec pour victimes des pratiquants de Falun Gong et des Ouïghours.


Dépositions de témoins

Han Yu a été arrêté le 20 juillet 2015 et détenu au centre de détention du district de Haidian à Beijing pendant 37 jours. En mai 2004, Han a reçu un appel téléphonique disant que son père, un pratiquant de Falun Gong détenu dans un centre de détention depuis trois mois, était décédé. Ce n'est qu'un mois plus tard que la famille a été autorisée à voir son corps, à la morgue du village de Xiao Zhuang, dans le district de Liangxiang. Des dizaines de policiers surveillaient de près la famille .


"J'ai vu des blessures évidentes sur son visage, même après le maquillage, l'ecchymose grave sous son œil gauche se démarquait. Il y avait une trace de points de suture allant de la gorge à l’endroit couvert par ses vêtements ", a déclaré Han. "J'ai essayé de déboutonner les vêtements. La police l’a vu et m'a rapidement traînée dehors. Plus tard, un autre membre de la famille est entré et a continué à déboutonner et [ils] ont découvert des points de suture allant jusqu'au ventre."


Elle craignait que son père n’ait été victime de prélèvement d'organes. Aucune autopsie n'a été autorisée et le corps a été incinéré immédiatement. "Nous n'avons même pas été autorisés à pleurer quand il a été enterré ", a déclaré Han. Les fonctionnaires les surveillaient en permanence temps et ont interdit toute prise de photo. " Après avoir entendu parler du prélèvement d'organes, je n’osais pas imaginer ce qui était arrivé à mon père avant sa mort. C'est arrivé et cela se produit encore," a-t-elle dit.


Une autre victime: la famille autorisée à ne voir que sa tête

Jiang Li a décrit la fin tragique de son père, Jiang Xiqing.


Jiang Li a dit que son père Jiang Xiqing, un autre pratiquant de Falun Gong, était également une victime de prélèvement forcé d'organes. Jiang Xiqing a été arrêtée en mai 2008 et emmené dans un camp de travaux forcés. Jiang Li et trois autres membres de sa famille lui ont rendu visite le 27 janvier 2009 et ont dit qu'il semblait être normal.


" Puis à 15h40 le lendemain, le camp de travail a appelé mon frère et lui a dit qu'il était mort et a immédiatement raccroché ", a déclaré Jiang Li. "Sept membres de ma famille sont arrivés à la morgue à 22h30 sous la conduite de policiers. Ils ont lu les règlements - nous n’avons pu voir le corps que pendant cinq minutes, sans caméras ni appareils de communication, et nous n’avons pu aller dans la chambre froide que pour voir la tête de Jiang et non tout son corps. "


Lorsque la sœur aînée de Jiang Li a regardé son visage, elle a poussé un hurlement parce que sa région nasale était encore tiède. Ses dents supérieures mordaient sa lèvre inférieure - il était en vie.


" Nous avons sorti le corps de mon père à moitié. Nous avons touché sa poitrine et il était chaud. Il portait une veste en duvet. Ma sœur aînée se préparait à effectuer une RCP(réanimation cardio-pulmoonaire) ", a poursuivi Jiang Li. "Mais nous avons été traînés de force par quatre personnes hors de la chambre froide. Des policiers en uniforme et en civil ont poussé le corps de mon père dans le congélateur. Ils ont exigé que nous signions rapidement l'incinération et que nous payions les frais. "


Jiang Xiqing, premier à partir de la droite dans la rangée du devant, a été désigné comme une autre victime de prélèvement forcé d'organes.


La famille a tenté de demander justice, mais leurs avocats ont été détenus et leur domicile saccagé par la police. De plus, Jiang Li a été licenciée par son employeur en 2010 sans explication et a ensuite été détenue.

es pratiquants de Falun Gong sont soumis à de fréquents dépistages physiques et à des analyses de sang alors qu'ils sont détenus dans le système pénitentiaire chinois.


Le reportage de Fox News déclarait que les pratiquants de Falun Gong étaient soumis à de fréquents dépistages physiques, y compris des ultrasons et des rayons X, pour surveiller la qualité de leurs organes. Ils ont également été sévèrement torturés par des autorités dans leur tentative de les faire renoncer à leurs convictions.


Crimes sanctionnés par l'État

Après avoir témoigné devant le China Tribunal, le China Organ Harvest Research Center (COHRC) (Centre de recherche sur le prélèvement d'organes en Chine) a publié son propre rapport en juillet 2019, fondé sur des années de recherche et d'analyse. Le rapport indiquait que " le meurtre à la demande de prisonniers d'opinion est dirigé par l'État, à une échelle industrielle et perpétré par des institutions militaires et civiles".


Contrairement au grand nombre de greffes d'organes réalisées chaque année, la Chine ne dispose pas d'un système de don volontaire d'organes Les autorités chinoises ont affirmé que 10 000 greffes étaient effectuées chaque année en Chine, mais les chercheurs estiment que ce nombre serait beaucoup plus élevé, entre 60 000 et 100 000 par an, sur la base de leurs analyses.


Le prélèvement d'organes forcé est motivé par de lucratifs profits, a expliqué la COHRC dans son rapport. " Les données de 2007 montrent que les hôpitaux facturaient plus de 65 000 dollars pour une greffe de rein, 130 000 dollars pour un foie et plus de 150 000 dollars pour des poumons ou un cœur. Des patients désespérés pourraient faire un " don " au prix fort pour un nouvel organe à une vitesse maximale ", a rapporté Fox News.


Cette horrible forme de faute professionnelle a probablement commencé dans les années 90 à petite échelle, mais s'est rapidement intensifiée autour de l'an 2000, lorsque les pratiquants de Falun Gong sont devenus la principale source d'organes.


"La Chine a par la suite affirmé que les condamnés à mort consentaient à faire don de leurs organes à l'État pour se racheter les crimes qu'ils avaient commis contre l'État, pratique que la Chine aurait interrompue en janvier 2015. Toutefois, l'explosion des activités de transplantation d'organes en Chine à partir de 2000, ainsi que des rapports de milliers de touristes de greffes se rendant en Chine pour acheter des organes, suggèrent une offre d'organes plus importante que celle qui pourrait provenir des seuls criminels exécutés", déclarait l’article de Fox News. Il citait le rapport du tribunal selon lequel " le volume de l'industrie de transplantation en Chine, associé à d'autres éléments de preuve, indique la possibilité que la Chine soit impliquée dans le prélèvement forcé et la vente à des fins lucratives d'organes de prisonniers d'opinion ".


Le Tribunal a confirmé qu'il " n'a eu aucune preuve que l'importante infrastructure associée au secteur de la transplantation en Chine avait été démantelé et qu'aucune explication satisfaisante sur la source des organes facilement disponibles permet de conclure que le prélèvement forcé d'organes se poursuit encore aujourd'hui ".


Grace Yin, de la Commission des droits de l'homme de l'ONU, a déclaré que le gouvernement chinois admettait des abus moins graves en disant que cela n'arrivait qu'à ceux qui attendaient la peine capitale, pour "détourner l'attention du problème le plus grave". "La question fondamentale remonte encore à la persécution des groupes confessionnels par le Parti communiste et à son animosité envers les groupes qu'il perçoit comme des menaces à son contrôle idéologique ", a-t-elle poursuivi.


Olivia Enos, analyste politique sur les études asiatiques à la Heritage Foundation, a déclaré que le prélèvement d'organes était depuis longtemps un aspect largement négligé des violations des droits de l'homme et qu'il était principalement rapporté par le Falun Gong.


Certains responsables américains ont commencé à s'intéresser à cette question. " C’est tellement bizarre que c’était difficile à croire. Que [des gouvernements] puissent profaner un être humain comme ça ", a déclaré Shawn Steel, membre du Comité national républicain (CNR) de Californie. " Le tourisme médical est un gros business, si vous êtes riche, vous pouvez obtenir l'organe dont vous avez besoin en quelques semaines. Des milliers de personnes sont sacrifiées chaque année et on n'en parle pas. "


Plus tôt cette année, Steel a présenté au CNR une résolution critiquant la pratique de Pékin consistant à prélever des organes de force. La résolution a été adoptée à l'unanimité lors de la conférence du RNC en août.

Version anglaise :
Fox News Highlights State-Sanctioned Forced Organ Harvesting in China

Version chinoise :
福克斯新闻-令人震惊的中共活摘器官(图)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.