Une ancienne histoire chinoise: Le faible peut vaincre le fort

 
Rouleau suspendu de la dynastie Ming représentant l'histoire de l'ancien philosophe taoïste Laozi montant sur le dos d'un bœuf et portant le "Tao Te Ching", le texte principal de la pensée taoïste dont il est l'auteur. (Musée du Palais National, domaine public)

Laozi, le fondateur du Taoïsme, eut durant son enfance un professeur nommé Chang Cong, qui lui enseigna minutieusement l’étiquette compliquée de la Dynastie Zhou. Cependant, pour le jeune Laozi, les règles extérieures semblaient rendre la vie des gens fatigante et difficile.


Lao Zi ayant grandi, Chang Cong se faisait très vieux. Laozi rendit visite à son professeur alors qu’il était très malade et sur le point de mourir.


Chang Cong montrant sa bouche ouverte demanda à son élève, "Ma langue est-elle toujours là ?"


Laozi trouva la question étrange et répondit : "Si votre langue n’était plus là, comment pourriez-vous parler ?"


"Où sont mes dents ?" poursuivit Chang Cong.


Lorsque Laozi lui dit qu’il n’avait plus de dents, Chang Cong répondit en lui demandant : "Sais-tu pourquoi je t’ai demandé cela ?"


Laozi comprit soudain. Son professeur voulait qu’il reconnaisse que les dents étaient dures et solides, mais que les choses solides sont facilement cassables, alors que la langue est molle et souple mais beaucoup plus endurante.


Laozi réalisa que c’était un principe qui s’appliquait à toutes relations humaines ou affaires mondaines, où il serait sage de maintenir la douceur. Être doux signifiait être gentil et calme, tranquille et paisible.


Laozi se référait à une douceur passant apparemment pour de la faiblesse mais dont l’essence profonde est forte et qui permet d’être bienveillant, généreux et indulgent.


Dans son livre le "Tao Te Ching" (aussi connu sous le nom de "Dao De Jing"), Laozi a écrit, "Sous le ciel, rien n’est plus doux et plus flexible que l’eau. Mais pour attaquer le solide et le fort, il n’y a pas mieux ; rien ne l’égale."


Il poursuit : "Le faible peut dépasser le fort : Le souple peut surpasser le rigide. Sous le ciel, chacun sait cela, mais personne n’est capable de le mettre en pratique … La vérité semble souvent contradictoire."


Alors que Chang Cong enseignait à Laozi les règles de l'étiquette Zhou et mettait l'accent sur l'humilité et l'ouverture d'esprit, Laozi s'éveilla à un principe supérieur : le Tao (la Voie de la nature et de l'univers) peut couler en douceur dans la conscience humaine comme un courant paisible, nettoyant doucement et impartissant une direction morale


Traduit en anglais par Dora Li, cette histoire est réimprimée avec l’accord du livre ‘Treasures Tales of China’, Vol 1, disponible sur Amazon.

Version en anglais

Texte français : fr.clearharmony.net


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.