La mère de résidents japonais meurt d'un cancer de l'utérus dix mois après son arrestation pour sa foi

Bien qu’une femme de 67 ans ait développé un cancer de l'utérus alors qu'elle était détenue pour avoir dénoncé la persécution de sa foi dans le Falun Gong, elle a malgré tout été condamnée à deux ans de prison et à une amende de 10 000 yuans. Quand elle a été libérée pour raisons médicales, la police a continué à la harceler et sa santé s'est rapidement détériorée. Elle est décédée le 29 avril 2019.


Le lendemain du décès de Mme Hou Lifeng, son mari a reçu une facture du tribunal local lui exigeant qu’ils paient l'amende de 10 000 yuans. Ils ont menacé de l'arrêter et de le détenir s'il refusait de payer.


Mme Hou Lifeng et son mari, M. Liu Chun
Le fils et la fille de Mme Hou, M. Liu Zhigui et Mme Liu Zhiyin, demandent la libération de leurs parents devant la Diète nationale (la législature bicamérale japonaise) le 15 juin 2018.


Mme Hou, résidente du canton de Fangzheng, province du Heilongjiang, et mère de deux résidents japonais, a été arrêtée le 12 juin 2018 alors qu'elle distribuait une information à propos du Falun Gong, une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois depuis 1999.


La police a fouillé sa maison et confisqué ses documents de Falun Gong et des billets de banque sur lesquels étaient imprimées des informations sur la pratique.


Compte tenu de la stricte censure de l’information en Chine, de nombreux pratiquants de Falun Gong ont utilisé des moyens créatifs pour faire circuler l’information sur la persécution, notamment en imprimant
des messages sur des billets de banque.


La police a interrogé et battu Mme Hou avant de l'emmener au centre de détention N ° 2de Harbin, où elle a développé un cancer. Elle s'est évanouie à plusieurs reprises en raison d'une douleur aiguë dans le bas de son abdomen, mais elle s’est vue refuser des soins médicaux appropriés.


Le 15 août 2018, la police a soumis le cas de Mme Hou au parquet du canton de Yilan , qui l'a ensuite inculpée. Ils ont transféré son cas au tribunal du canton de Yilan le 5 septembre.


Mme Hou a comparu devant le tribunal le 26 septembre et a été condamnée à une peine de prison le 27 novembre. Le juge a déclaré qu'elle n'était pas autorisée à faire appel de son verdict.


Quand elle a été transférée à la prison pour femmes de Harbin en décembre 2018, elle était extrêmement faible et incapable de marcher. Les gardes l'ont emmenée à l'hôpital, où on lui a diagnostiqué un cancer utérin avancé. Les fonctionnaires de l'hôpital ont déclaré qu'ils ne pourraient pas la guérir.


Craignant sa possible mort en prison, les autorités ont approuvé la libération conditionnelle de Mme Hou.


Lorsque Mme Hou est retournée dans le canton de Fangzheng au début de 2019, Zhao Chundong, chef de la division de la sécurité intérieure, ne l'a pas laissée retourner chez elle. Zhao a insisté pour qu'elle reste à l'hôpital.


Après que l'hôpital du canton de Fangzheng ait refusé de l'admettre, elle est finalement rentrée chez elle le 1er mars. À ce moment-là, elle avait complètement perdu la capacité de se prendre en charge seule. Pourtant, Zhao a continué à la menacer de l'arrêter à nouveau et de la renvoyer en prison si elle continuait à pratiquer le Falun Gong.


La police et les membres du comité résidentiel ont continué à la harceler et à la surveiller dans ses derniers jours. À la fin du mois de mars, ils sont revenus à nouveau et ont demandé qu'elle écrive des rapports de pensée renonçant au Falun Gong. Étant donné le harcèlement et l'intimidation fréquents, Mme Hou ne s'est jamais rétablie. Elle est décédée vers 1 heure du matin le 29 avril 2019.


Voir également :

Mother of Japanese Residents Developed Uterine Cancer during Detention in China for Her Faith
Fangzheng County Resident Ms. Hou Lifeng Sentenced to Two Years in Prison


Version anglaise :
Mother of Japanese Residents Dies of Uterine Cancer Ten Months Following Arrest for Her Faith


Version chinoise :
哈尔滨侯丽凤被迫害致死-法院勒索钱财

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.