Battu et torturé en garde à vue, un homme de Shenyang s'échappe d' une assignation à résidence

Le foyer est l'endroit où l'on est censé se sentir à l'abri des tribulations du monde, entouré par ses proches. Mais tel n’a pas été le cas pour le pratiquant de Falun Gong Liu Xianyong, un résident de 38 ans du canton de Faku.


Pourquoi cet homme grièvement blessé a-t-il dû fuir sa maison en laissant derrière lui sa mère de presque 80 ans? Voici son histoire.


Arrestation

M. Liu et trois autres pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés par des policiers du Poste de Sijiazi le 12 novembre 2017. M. Liu a été menotté, enchaîné et violemment battu au commissariat lorsqu'il a refusé de donner ses empreintes digitales ou son sang. (Il a été rapporté que des échantillons de sang sont prélevés sur les pratiquants pour monter une base de données pour le commerce d'organes validé par l'État.)


Les quatre pratiquants ont ensuite été emmenés au centre de détention n ° 1 de Shenyang. M. Liu a fait une grève de la faim de 18 jours pour protester contre les mauvais traitements. Il est tombé gravement malade mais n'a jamais reçu de soins médicaux. Le centre de détention ne voulait pas le garder.


Le jour de son arrestation, les policiers du commissariat de police Tuanjie du canton de Faku ont fouillé sa maison et ont pris son ordinateur, son argent et d'autres objets personnels. Aucun membre de la famille n'était présent. La police a refusé de fournir une liste détaillée des objets qu'elle avait confisqués.


L'avocat de la famille a tenté de déposer une plainte pénale contre le département de police du canton de Faku auprès des autorités compétentes, mais cela n'a pas été accepté.


Assignation à résidence

Plusieurs policiers du département de police du canton de Faku étaient postés devant le domicile de M. Liu lorsqu'il a été libéré du centre de détention le 19 janvier. Ils ont installé des enregistreurs vidéo afin de le surveiller 24 heures sur 24.


M. Liu était assigné à domicile. Il n'était pas autorisé à quitter sa maison et aucun visiteur n'était autorisé à l'exception de sa famille immédiate. Le 22 janvier, un couple de personnes âgées, tous deux dans les 80 ans, a tenté de lui rendre visite. Ils ont été expulsés et le vieil homme a reçu des coups de pied.


S’échapper pour éviter le procès

Quand M. Liu était dans le centre de détention, il n'a jamais été traité pour ses blessures, et son cas a été renvoyé au tribunal du canton de Faku. Une audience a été fixée au 30 janvier.


M. Liu ne pouvait plus supporter l'angoisse physique et mentale. Il s'est échappé de chez lui le 28 janvier pour éviter le procès. Sa mère et ses parents sont restés en arrière, apeurés et inquiets.


Torture précédente

Après que M. Liu a commencé à pratiquer le Falun Gong en juillet 1997, son hernie discale lombaire qui l'avait tourmenté pendant des années a disparu. Il a abandonné toutes ses mauvaises habitudes, y compris le jeu et la boisson. Il est devenu une nouvelle personne, calme et attentionnée.


Après que la persécution du Falun Gong a commencé en juillet 1999, M. Liu a été illégalement détenu dans des centres de détention, des centres de lavage de cerveau et un camp de travaux forcés pour un total de quatre ans. Il a enduré les décharges électriques, les passages à tabac, la faim et les abus verbaux.


En décembre 2002, plusieurs détenus criminels incités par le camp de travail ont forcé M. Liu à s'asseoir dans une posture de méditation et lui ont attaché les jambes pendant près de deux heures (comme le montre l'illustration). Puis ils sont montés sur ses jambes pour lui causer davantage de douleur.


Ses mains étaient attachées dans son dos et au montant du lit. Il a été bâillonné avec un chiffon sale qui a été scellé avec du ruban adhésif pour l'empêcher de crier de douleur.

 
Reconstitution de torture: ligoté


Une autre fois, quand il a été découvert que M. Liu avait révélé l’information sur son traitement, les détenus ont appuyé sur son abdomen, lui ont donné des coups de pied dans les côtes et l'ont frappé avec des chaussures jusqu'à ce que sa bouche saigne. Il n’était autorisé à dormir que deux heures par nuit.


Au cours de l'hiver 2002, M. Liu et un autre pratiquant ont fait des grèves de la faim pour protester contre la persécution. Ils ont été emmenés dans des cellules solitaires séparées et gavés d'eau salée. M. Liu a toussé pendant plusieurs jours par la suite.


 
Reconstitution de torture: gavé d'eau salée

Tragédie familiale

Lorsque M. Liu s'est exprimé à Pékin contre la persécution du Falun Gong, les autorités ont pris les membres de sa famille pour cible.


Sa belle-sœur a eu 4 415 yuans confisqués provenant de la vente de céréales. Son fils de 4 ans a été illégalement emmené, et quelqu'un d'autre a dû le faire libérer sous caution.


Ses parents étaient pétrifiés par trois miliciens attendant à leur porte. À cause du choc, son père a fait une hémorragie cérébrale massive. Il resté paralysé et grabataire pendant 10 ans et il est décédé en 2010.


Version chinoise:
中国新年将至-伤痕累累的刘宪勇被迫离家

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.