Un médecin meurt après de nombreuses arrestations pour sa foi

Mme Wang Ping du canton de Wuhe est décédée en mai 2017, après des années d'arrestations et de détentions répétées pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong, une pratique pour le corps et l’esprit basée sur le principe Authenticité-Bonté-Tolérance.


La femme de 53 ans attribuait au Falun Gong de lui avoir rendu la santé. En tant que médecin à la station de prévention de la santé et des épidémies de Wuhe, Mme Wang ne pouvait trouver de remède à sa myriade de problèmes de santé. Ses symptômes, cependant, ont disparu peu après qu'elle a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1998.


Le mari de Mme Wang a eu une liaison durant leurs premières années de mariage. En raison de leur relation tendue, Mme Wang n'a pas assisté aux funérailles de son beau-père. Mais après qu'elle soit devenue pratiquante de Falun Gong, elle a décidé de pardonner à son mari. Elle a non seulement payé toutes ses dettes accumulées durant sa liaison mais elle a aussi pris soin de lui jusqu'à sa mort. Elle a continué à s'occuper de sa belle-mère après le décès de son mari.


Ayant personnellement expérimenté le pouvoir de transformation du Falun Gong, Mme Wang n'a jamais hésité dans sa foi après que le régime communiste chinois a lancé une campagne nationale contre la discipline spirituelle en juillet 1999.


Mme Wang est devenue une cible pour la persécution au cours des deux décennies suivantes. Elle a été arrêtée plus de 30 fois, dont la moitié au cours d'un espace de 15 mois entre mars 2012 et juin 2013.
Elle a été soumise trois fois au travail forcé et condamnée à la prison une fois. Elle a subi une torture brutale à chacune de ses détentions. Malgré tout cela, elle a continué à pratiquer le Falun Gong et à en parler aux gens à chaque fois qu'elle était libérée.


Elle a déposé une plainte pénale en décembre 2015 contre l'ancien dictateur chinois Jiang Zemin pour avoir initié la persécution du Falun Gong. Voici un aperçu de sa souffrance comme documenté dans sa plainte.


Plus de 30 arrestations

Mme Wang a été arrêtée plus de 30 fois entre 2000 et 2016.

Mai 2000: détenue au commissariat de Chengxi pour une journée

Octobre 2002: détenue dans la prison du canton de Wuhe pendant 15 jours

Octobre 2004: détenue au centre de détention du canton de Wuhe pendant 7 jours

Du 6 janvier 2005 au 5 décembre 2005: détenue au camp de travail pour femmes de la province d'Anhui

Novembre 2006: détenue dans l'hôpital psychiatrique de Huaiyuan pour une semaine

Avril 2008: détenue dans le centre de détention du canton de Wuhe pendant un mois

Du 13 janvier 2009 au 13 février 2009: détenue au deuxième centre de détention de la ville de Bengbu

Juillet et août 2010: détenue deux fois dans la prison du canton de Wuhe pour un total de 30 jours

Du 9 au 23 octobre 2010: détenu au centre de lavage de cerveau de la ville de Bengbu

Février et mars 2011: détenue trois fois dans la prison du canton de Wuhe pour un total de 15 jours

Du 1er juillet au 17 octobre 2011: détenue dans la prison pour femmes de la province d'Anhui

Mars 2012 à juin 2013: arrêtée plus de dix fois et détenue dans la prison du canton de Wuhe pendant 3-5 jours à chaque fois

14 février au 4 mars 2013: détenue au deuxième centre de détention de la ville de Bengbu

Juillet 2013: détenue dans l'hôpital psychiatrique de Hefei pendant 9 jours

6 mai au 13 juin 2014: détenue au deuxième centre de détention de la ville de Bengbu

Du 13 juin 2014 au 5 mai 2015: détenue dans la prison pour femmes de la province d'Anhui

22-23 janvier 2016: détenue dans un commissariat local


2 Admissions non consenties en hôpital psychiatrique

Mme Wang a été envoyée deux fois dans des hôpitaux psychiatriques contre sa volonté. Le policier Shen Shijun du bureau local de la sécurité intérieure était responsable de ses admissions non consenties.


Alors que la police saccageait sa maison à plusieurs reprises et confisquait ses livres de Falun Gong, Mme Wang a plus d’une fois demandé la restitution de ses livres. Shen a non seulement refusé de retourner les articles confisqués, mais il l'a envoyée en hôpital psychiatrique en représailles.


3 Peines de travaux forcés

Mme Wang a été condamnée à deux ans de travaux forcés en janvier 2005. Afin de la forcer à abandonner sa croyance, les gardiens du Camp de travail pour femmes de la province de l'Anhui lui ont scellé la bouche, attaché les mains derrière le dos et l'ont forcée à écouter de la musique bouddhiste pendant des heures d’affilée.


On ne lui donnait pas suffisamment à manger. Une fois, quand elle a demandé plus de nourriture, une détenue a renversé un bol de nourriture et lui a ordonné de le manger par terre.


La torture physique était monnaie courante, Mme Wang étant régulièrement battue. Son état de santé a rapidement décliné et elle a été libérée pour raison médicale le 5 décembre 2005.


Mme Wang a écopé d’une peine de travaux forcés à la suite de son arrestation le 13 janvier 2009. Ayant échoué à l'examen médical requis, le Camp de travail pour femmes de la province d'Anhui a refusé de l'admettre. La police a essayé deux centres de détention locaux, mais les deux ont refusé de l’accepter. La police l'a alors obligée à purger sa peine de 18 mois de travaux forcés sous arrestation à domicile.


Mme Wang a été condamnée à deux autres années de travaux forcés en juillet 2011. Elle a fait une grève de la faim pendant trois mois en protestation. Les gardiens du Camp de travail pour femmes de la province de l'Anhui l'ont gavée presque tous les jours. Les détenus lui fourraient des serviettes en tissu ou en papier dans la bouche avant de lui scotcher la bouche. Après le gavage, le linge ou les serviettes étaient souvent trempés de sang. Quatre de ses dents sont tombées après plusieurs mois de gavage. Elle a ensuite été libérée pour raison médicale.


1 Peine de prison

Mme Wang a été condamnée à un an de prison après son avant-dernière arrestation le 6 mai 2014. Elle a été détenue dans le deuxième centre de détention de la ville de Bengbu pendant 37 jours avant d'être transférée dans la prison pour femmes de la province d'Anhui pour finir le reste de sa peine.


Elle a été brutalement torturée en prison. Les meurtrières condamnées Chen Yuquan et Li Fang l'ont souvent battue, pincée ou piquée. Elles ont également utilisé des chaussures pour frapper sa bouche. Elle avait du mal à manger après. Quand elle s'est plainte au garde Sun Wen, Sun a répondu : " Qui les a vus vous battre? " Elle a ensuite fait un rapport à l'instructeur Cao Xuezhi, mais Cao a dit : " Comment osez-vous porter plainte ici en prison ! "


Mme Wang a également été forcée à rester debout pendant de longues périodes de temps, à effectuer du travail forcé ou recevoir des injections de médicaments inconnus. Sa famille n'était pas autorisée à lui rendre visite ni à l'appeler.

La libération de Mme Wang le 5 mai 2015 ne lui a pas apporté beaucoup de répit, la police locale continuant à la harceler à la maison. Elle a été arrêtée pour la dernière fois le 22 janvier 2016 alors qu'elle voyageait dans un train.


Version chinoise :
被非法关押三十多次-安徽女医师王平被迫害致死

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.