Une femme du Henan n'ayant été libérée qu'alors qu'elle était au seuil de la mort, décède peu après son retour à la maison

Une femme condamnée à la prison pour sa croyance est morte moins de deux mois après avoir été libérée pour raison médicale.
 

Mme Qi Suhua, environ 55 ans, a été arrêtée pour la dernière fois fin 2016 pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong, une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois. Ce n'était pas la première fois qu'elle était ciblée pour sa croyance. Elle a été arrêtée pour la première fois en 2013 et n'a été libérée qu'après avoir été condamnée à payer 5000 yuans d'amende. Deux ans plus tard, elle a été arrêtée de nouveau par la police, qui a exigé plus de 90 000 yuans en échange de sa libération.
 

Mme Qi a été condamnée à la prison suite à sa dernière arrestation, bien que sa peine d'emprisonnement nécessite encore une enquête.


Les gardiens de la prison pour femmes de Xinxiang ont régulièrement torturé Mme Qi. Sa santé s'est rapidement détériorée et elle a été libérée en juin 2017 alors qu'elle était au seuil de la mort.
 

Mme Qi est restée hospitalisée pendant plus d'un mois après sa libération, mais il était trop tard. Elle est morte peu après. Sa famille a été menacée et dissuadée de revéler les détails de sa mort à quiconque.
 

Version chinoise :
齐素华被河南省新乡女子监狱迫害致死

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.