Une ancienne directrice commerciale libérée de prison, meurt 19 jours plus tard le jour du Nouvel an
 

Une ancienne directrice commerciale libérée de prison, meurt 19 jours plus tard le jour du Nouvel an

Une femme de 69 ans, dans la ville de Wuhan a survécu à cinq ans d'emprisonnement et de mauvais traitements, pour mourir 19 jours après sa libération, le jour du Nouvel An 2018.


La mort de Mme Cui Hai a mis fin à des décennies d'épreuves subies pour sa fidélité au Falun Gong, discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois.

 
Mme Cui Hai


Mme Cui a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1996 et a rapidement vu ses calculs biliaires, ses problèmes d'estomac, et ses maladies gynécologiques disparaître. Un corps sain lui a permis d’exceller dans son travail et d’être promue directrice générale du Bureau de Guangzhou de la Chemicals Import Export Corporation dans la ville de Wuhan.


La vie de Mme Cui a été perturbée lorsque la persécution du Falun Gong a commencé en 1999. Sa compagnie l’a licenciée après une peine de trois ans de prison suivant son arrestation le 13 mai 2000.


Sa cinquième et dernière arrestation a eu lieu le 18 octobre 2012. Elle a été déplacée d'un centre de détention à un autre, comprenant le Centre de lavage de cerveau de la province du Hubei, une installation extralégale utilisée pour détenir les pratiquants de Falun Gong.


Mme Cui a rendu compte de son calvaire lors de sa détention de 70 jours au centre de lavage de cerveau. Elle a fait une grève de la faim en guise de protestation et a été brutalement gavée. Elle a également été battue et privée de sommeil sur une base régulière. Pendant une période de temps, la nourriture qu’on lui donnait était mêlée à des médicaments, l’amenant à ressentir une faiblesse dans ses jambes et une perte de mémoire.


Au moment où elle a reçu l'ordre de comparaître devant le tribunal le 20 décembre 2013, Mme Cui avait été grièvement blessée et emmenée à l'hôpital d’Ankang appartenant à la police. Quelques heures avant l’audience, elle avait des douleurs d’estomac mais elle a dû assister à toute la séance.


Mme Cui a été condamnée à cinq ans de prison le 6 janvier 2014. Son avocat lui a rendu visite à l'hôpital d'Ankang trois jours plus tard et a appris qu'elle avait été emmenée à l'hôpital Xiehe pour un examen cinq jours après sa comparution en raison de la détérioration de son état.


L'avocat a ensuite parlé au directeur de l'hôpital d’Ankang et a appris que Mme Cui s’était vue diagnostiquer un ulcère duodénal, des calculs biliaires et de l’hypertension artérielle. Le directeur a averti que Mme Cui était en piteux état.


L'avocat a interjeté en appel le lendemain, mais la cour intermédiaire de la ville de Wuhan a statué au début du mois d’avril 2014 de maintenir le verdict de culpabilité contre Mme Cui. Elle a été peu après admise dans la prison pour femmes de la ville de Wuhan pour servir sa peine.


Mme Cui est passée par des séances de lavage de cerveau intensif dans la prison. Elle était surveillée 24 heure sur 24, même quand elle allait aux toilettes ou prenait des douches.


Le garde Han Jie a profité de l'hypertension artérielle de Mme Cui. Il a instruit des détenus à calomnier le Falun Gong et à insulter Mme Cui pour faire grimper sa tension. Il l'a forcée à prendre des comprimés pour la faire baisser. Une fois son état stabilisé, il a ordonné aux détenus de la maudire à nouveau pour déclencher ses symptômes. Il avait alors des comprimés prêts, disant: " C’est dans l’intérêt de votre santé. "


Mme Cui a également été forcée à monter et à descendre les escaliers trois à quatre fois par jour. Il y avait plus de 200 détenus dans sa division, et elle était toujours la dernière autorisée à prendre une douche. Au moment où son tour arrivait, il n’y avait plus d’eau chaude.


Malgré sa souffrance, Mme Cui a utilisé toutes les occasions pour parler à d'autres détenues de la persécution du Falun Gong. Elle les a exhortées à quitter le Parti communiste chinois et ses organisations de jeunesse.


Mme Cui était émaciée quand elle a été libérée le 13 décembre 2017. Au cours de ses derniers jours, elle a écrit de mémoire les noms des détenues qu’elle avait réussi à convaincre de quitter le PCC. Elle a dit à sa famille qu'elle voulait seulement que les gens sachent que la persécution du Falun Gong par le PCC est mauvaise.


Malfaiteurs en chef du centre de lavage de cerveau de la province du Hubei

Jiang Lili (femme), Hu Gaowei (homme), et Deng Qun (homme): tous la trentaine.
Une femme dans la vingtaine surnommé Xiaohong. Elle faisait souvent entrer et sortir le tube de gavage dans et hors des narines des pratiquants pour les faire souffrir davantage.

Wang Jun (Homme, 53 ans)
Un homme surnommé Chen, qui est le directeur adjoint du centre de lavage de cerveau.

Principaux malfaiteurs au Département de police de la ville de Wuhan

Wang Yan (Femme, environ 40 ans): chef du bureau de la sécurité intérieure
Cai Heng (homme) : vice-chef du bureau de la sécurité intérieure


Wu Zhiguo et Liu Hua (hommes, environ 40 ans) : policiers du bureau de la sécurité intérieure.
Voir l'article original chinois pour obtenir une liste complète des malfaiteurs responsables de la persécution de Mme Cui.


Liens des reportages correspondants dans la version anglaise :
Former Business Manager Released from Prison, Dies 19 Days Later On New Year’s Day


Version chinoise :
武汉崔海女士遭冤狱五年-出狱19天含冤离世(图)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.