Suède: Le documentaire “Free China: Le courage de croire” chaleureusement reçu

En mars 2014, le public de plusieurs villes de Suède a eu la chance de pouvoir voir le documentaire primé " Free China : Le courage de croire ". Deux diffusions ont eu lieu au cinéma local Filmstaden (Cinéma de la ville) de Linköping, les 5 et 6 mars, auxquels ont entre autres assisté des responsables communautaires.


De gauche à droite: Asa Fehlbeck, d’Amnesty International, Vassilios Zapounidis de New Tang Dynasty (NTD) Télévision et Ilias Kotsamboukidis, ont organisé un groupe de discussion, après la diffusion à Linköping, Suède, le 5 mars 2014.span>


"Le film communiquait quelque chose de très fort" a déclaré Asa Fahlbeck, présidente d’Amnesty International de la province d’Östergötland, dont Linköping est la capitale. " On pouvait aussi profondément ressentir ce qui se passe en Chine."


Mme Fehlbeck a ajouté que le sujet du documentaire lui était familier, mais que le film avait enrichi sa connaissance quant à la pratique de prélèvements d’organes en Chine.


Pour Mme Felhbeck, il était très important de suivre les histoires de Charles Lee et de Jennifer Zeng, qui sont les personnages du film et ont traversé tant d’épreuves. Le récit où Jennifer Zeng explique comment les autorités du camp de travail ont utilisé ses sentiments envers sa famille pour l’obliger à abandonner sa croyance, était particulièrement frappant. En fait, au début, sa fille a éprouvé du ressentiment envers sa propre mère en raison de la propagande de haine à l’encontre du Falun Gong.


Certains ont qualifié le film de "révélation " tandis que d’autres ont affirmé que tout le monde devrait le voir. "Je recommanderai ce film à tous mes amis "a déclaré Leo Wigmaek, ancien directeur des programmes de Konsert och Kongress, la salle de concert de Linköping.


Leo Wigkmark (à gauche), ancien directeur des programmes de Konsert och Kongress, lors de la diffusion à Linköping, le 5 mars


M. Wigkmark a déclaré qu’il n’était pas surpris par ce qu’il avait vu dans le film, et a appris que les gens en Chine ont maintenant davantage accès à une information libre et non-censurée.


M. Wigkmark a aussi parlé des aspects techniques du film : " Le film est très réaliste. C’était un bon mélange entre les entretiens de Jennifer Zeng et de Charles Lee et les autres prises de vue. L’auteur a fait une très bon choix de ce qu’il était important de montrer."

Le public se lance dans des échanges passionnés

La projection à Norrköping s’est déroulée le 10 mars 2014, dans le cinéma public Cnema. De nombreuses personnes, dont des politiciens et des étudiants de différentes nationalités ont posé de nombreuses questions et se sont lancés dans des discussions passionnées.


Un étudiant a demandé quelle était la raison derrière le lancement de la persécution de Falun Gong par le Parti communiste chinois (PCC). Un élève chinois ayant assisté à la diffusion a expliqué que la véritable raison était que le PCC voulait que les gens croient seulement en lui et ne les laisse pas croire en quoique ce soit d’autre. Cependant, les pratiquants de Falun Gong ne voulaient pas que leur liberté de penser et de croyance soient limitées de cette manière.


Parmi le public se trouvait également une personne originaire de Bulgarie, ancien pays communiste. Elle a expliqué comment le Parti communiste, après son arrivée au pouvoir dans son pays en 1944, avait purgé les intellectuels et les propriétaires d’entreprises privées sur une large échelle, dans le but d’éliminer la libre pensée et de prendre l’entier contrôle sur les esprits et les vies des gens.


À Hallsberg, la projection de "Free China", le 9 mars, a été organisée par les représentants locaux de NTD, un des partenaires de la production du documentaire. À Laxa, en Suède, le film a été diffusé le 15 mars, avec le soutien de la branche locale des Nations Unies.


Sweden: Documentary “Free China: The Courage to Believe” Warmly Received

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.