Nouvelles de Chine, 4656 morts confirmées, Dernières nouvelles, Témoignages individuels, Révéler la persécution, Bureau 610, Camps de la mort et trafic d'organes, Mise en scène tragique : l'épisode de l'auto-immolation, Autres

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes | Travail forcé | Persécution hors de Chine

  • Une plainte pénale contre Jiang Zemin doit être délivrée à la cour suprême de la Chine

    Nous sommes des citoyens de la république populaire de Chine et pratiquons le Falun Gong. Selon la constitution chinoise « Article 35. Les citoyens de la république populaire de Chine jouissent de la liberté de parole, de presse, de rassemblement, d’association, de défilé et de manifestation. Article 36. Les citoyens de la république populaire de chine jouissent de la liberté de religion. Article 41. Les citoyens de la république populaire de Chine ont le droit de critiquer et de faire des suggestions à n’importe quel organe de l’état ou fonctionnaire. » En connaissance de cause et en conformité avec la loi, nous déposons donc une plainte contre Jiang Zemin, ancien président de la république populaire de Chine et actuellement président de la commission militaire centrale.
  • Une institutrice du comté de Gongan Hubei torturée dans un hôpital psychiatrique

    Madame Zhang Lieju est une institutrice à l’école primaire de Douhuti, comté de Gongan, dans la province de Hubei. Elle a souvent été persécutée par le personnel du « bureau 610 », par la police et par ses ex-collègues cadres parce qu’elle pratique le Falun Gong de façon inébranlable. Elle a été au seuil de la mort à plusieurs reprises. On l’a emmenée de force dans des hôpitaux psychiatriques et on lui a injecté des drogues qui endommagent le système nerveux. Elle est devenue handicapée et pourtant, ces gens dépravés affirment l’avoir guérie !
  • Madame Bai Wanling de la province de Xianjiang meurt suite à une persécution incessante

    Au cours de sa détention, elle a été brutalement torturée, en conséquence de quoi ses poumons ont été gravement endommagés. Le camp de travaux forcés a eu peur que sa maladie soit contagieuse et comme il ne voulait pas être tenu responsable en cas de décès, ils ont demandé à sa famille de venir la chercher en juin 2002. Mais le camp a exigé de sa famille une somme d’argent importante. Après que la famille ait refusé leur demande, le camp a dû la libérer. Même après sa libération, elle a continué à être constamment harcelée par l’ancien directeur du « bureau 610 », Zhang Xinguo, par son assistant Cai Sanxiang, et par Xu Xiaofeng du commissariat de police. Bai Wanling est morte le 31 mai 2004 à cause de l’énorme pression qu’elle subissait.
  • Un pratiquant de Falun Gong Wang Lixin de la province de Jilin décède en raison de la torture; au moins 25 pratiquants sont torturés à mort dans la ville de Jilin

    M. Wang Lixin, un employé de l'usine chimique agricole de ville de Jilin dans la province de Jilin, a été incarcéré par la police le 27 novembre, 2000 et accusé d’avoir « troublé l’ordre social » et fait une centaine de photocopies de documents de clarification de la vérité sur le Falun Gong. Quelques jours plus tard, le 5 décembre, Wang Lixin a été torturé à mort. Sa famille a intenté quelques poursuites judiciaires devant des tribunaux, à plusieurs reprises, mais chaque fois, leur plainte a été rejetée. En raison du fait d’avoir chercher à obtenir justice pour leur fils, la famille a tout perdu et vit maintenant dans la pauvreté.
  • Cui Zhilin est torturé à mort par les policiers dans la prison Nanshan, province Liaoning ; la prison tente d’incinérer son cadavre sans permission

    Cui Zhilin âgé de 43 ans, était un pratiquant de la ville de Fuxin, province Liaoning. Il a été torturé à mort par les policiers de la prison Nanshan, ville de Jinzhou, province Liaoning. Les gardiens ont empêché sa famille de prendre des photos des marques de blessure sur son corps et ont tenté de l’incinérer de force sans le consentement de sa famille.
  • Mort de M. Fang Decheng, pratiquant de Dafa de la Ville de Anshan, Province de Liaoning

    Il a été détenu à deux reprises et plus tard a été forcé de quitter son foyer pour éviter plus de persécution. Le 20 juillet 2004, vers 22h00, le site de documents de Falun Dafa qu’il maintenait a été détruit. Lors de ce processus, la police a essayé de le kidnapper, il est tombé du cinquième étage d’un édifice. La police du Département de Police de la Ville de Anshan a tout d’abord interdit tout traitement, et plus tard il a été envoyé à l’hôpital mais n’a pu être réanimé.
  • Persécutée dans le camp de travail Wanjia, la vie de Sun Xuizhen est en danger

    Sun Xuizhe pratiquante de Dafa du district Nangang, ville de Haerbin a été détenue au camp de travail Wanjia pendant presque deux ans. Sous la cruelle torture qu’elle a endurée au camp, elle manifeste maintenant les symptômes d’une tumeur au cerveau et sa vie est en danger.
  • Pourquoi Jiang Zemin a-t-il Créé le « Bureau 610 »

    La poursuite de la persécution du Falun Gong en Chine se fonde sur ce "Bureau 610" qui bafoue le système juridique entier. La fonction de " l’équipe principale spéciale pour traiter la question du Falun Gong" , qui gère le "Bureau 610", est semblable à celle de "l’équipe principale centrale de la révolution culturelle" pendant la Révolution Culturelle. Les deux dictateurs se sont servis d'une telle stratégie pour modifier les procédures juridiques normales et pour appliquer de force leurs politiques qui violent la volonté de la majorité et nuisent aux intérêts du pays.
  • Récemment enquêté : Trois pratiquants ont été torturés à mort à Tianjin

    Les camps de travail de la Ville de Tianjin ont agressivement persécuté les pratiquants du Falun Dafa. Si un garde réussit à faire écrire une soi-disant "Déclaration de repentir" ou une ” Déclaration de Garantie ”, à un pratiquant, le gouvernement de Tianjin le récompense en lui donnant de dix à vingt mille yuans. Alors les gardes utilisent des moyens de torture de plus en plus brutaux sur les pratiquants pour recevoir l’argent additionnel. Ils ont même un "quota de mort".
  • Mme Liu Chengyan est dans un état critique après avoir fait une grève de la faim, pendant 5 semaines, au centre de détention de Fushun, province de Liaoning

    Actuellement, il y a encore plus d’une douzaine de pratiquants détenus au centre de détention. Ils ont été condamnés à des termes de plus de 10 ans d’emprisonnement. Afin de protester contre sa détention, Liu Chengyan a fait une grève de la faim pendant 5 semaines et elle est maintenant dans un état critique. Mais la police du centre de détention a déclaré : « Elle est responsable si elle meure! » Qu Cailing a été brutalement battu pour avoir crié : « Falun Dafa est bon » dans le centre de détention.
  • M. Liu Zaixiang de la ville de Qitaihe, province du Heilongiang, a été torturé à mort en 2003

    Un pratiquant de Dafa Liu Zaixiang de la ville de Qitaihe, province du Heilongjiang, a été torturé à mort au camp de travail de Suihua, province du Heilongjiang, en octobre 2003. Des fonctionnaires du camp ont déclaré qu'il était mort d'une "crise cardiaque soudaine".
  • Révéler la nature perverse du régime de Jiang : les épreuves que j'ai souffertes sous la persécution (2ème partie)

    Le gavage de force peut sembler être un moyen de maintenir en vie un pratiquant qui fait une grève de la faim, mais mon expérience est toute autre. Chaque jour lorsqu’ils voulaient me gaver de force, plusieurs détenus criminels me traînaient à travers les couloirs longeant les cellules comme s’ils avaient traîné un chien. De plus la police profitait de l’occasion du gavage de force pour infliger une douleur extrême et un stress mental très élevé à la personne qui était en grève de la faim pour la terroriser, l’effrayer et pour qu’elle cesse sa grève de la faim
  • Monsieur Qi Jianchao, pratiquant de Falun Dafa de la ville de Baoding dans la province de Hebei, meurt suite à la torture

    A la fin de son emprisonnement et quand il a été relâché, aux environ du nouvel an chinois 2003, il était extrêmement faible et avait l’esprit absent à cause des séances de torture répétées. Après avoir été libéré, des personnes du bureau 610 de Baoding ainsi que des gens du comté de Yongning, d’où il était originaire, n’ont pas arrêté de le suivre, de le surveiller et de le harceler. Où qu’il aille, il y avait toujours quelqu’un qui le suivait. Ni son corps, ni son esprit n’ont récupéré à la suite des dégâts occasionnés par la persécution à long terme, et il est mort le 30 juillet 2004.
  • Sur la mort de Mme Peng Chunrong, de la ville de Duzhou, zone de Changshou, ville de Chongqing

    Le gouvernement local a affirmé que Mme Peng s’était suicidée par pendaison, mais aucun rapport légiste n’est disponible. Avant que Mme Peng ne meure, on n'a pas permis à ses parents de la voir. Ni sa fille, son professeur et ses camarades de classe n’ont pu la voir. En outre, le corps de Mme Peng a été incinérée sans consentement de sa famille. Sous la pression des résidents locaux, le gouvernement de la ville a offert à la famille 6.000 yuans en compensation. Puis, par mesure d’intimidation, ils ont rassemblé tous les pratiquants de Falun Gong de la ville de Duzhou et ont fouillé leur maison.
  • Liu Yongjin de la ville de Linyi, province de Shandong, a été torturé

    Liu Yongjing est encore en grève de la faim pour protester et ne coopère pas avec ses gardiens. Il est proche de la mort, mais le camp de travail refuse toujours de le relâcher, affirmant qu’il sera détenu aussi longtemps qu’il sera en vie. Ils ont aussi dit que s’il continuait sa grève de la faim, ils emploieraient même une plus grande pression policière pour le faire fléchir. La famille, les proches et les camarades de Liu Yongjing sont très inquiets pour lui.