Antidotes à l'idéologie : L'Art et la foi

"Il y a plus d'un demi-siècle, alors que j'étais encore un enfant, je me souviens avoir entendu un certain nombre de personnes âgées proposer l'explication suivante pour les grands désastres qui s'étaient abattus sur la Russie : "Les hommes ont oublié Dieu ; c'est pourquoi tout cela est arrivé", a déclaré Alexandre Soljenitsyne en 1983 lorsqu'il a accepté le prix Templeton pour le progrès de la religion.


Près d'un siècle s'est écoulé depuis l'enfance de Soljenitsyne, et ici non seulement beaucoup ont oublié Dieu, mais aussi, au fil des ans, certains ont travaillé à abolir complètement toute allusion à la Providence divine sur la place publique.


Dans notre société, la foi ressemble trop souvent à l'eau de l'étang près de ma maison en ce mois de janvier ; les passants savent que l'eau existe, mais elle est cachée par une épaisse couche de glace.


Pourtant, des fissures peuvent apparaître et apparaissent effectivement dans cette glace.


Un étonnant cri du cœur

Dans un récent essai intitulé "Is It Time for Intellectuals to Talk About God ?", l'auteur féministe et commentatrice culturelle Naomi Wolf évoque le COVID-19 et les efforts déployés par le gouvernement et les grandes entreprises technologiques pour supprimer toute information contredisant le récit dominant de la pandémie. Wolf est particulièrement outrée par l'empressement de ses collègues libéraux à étouffer les opinions et les données qui s'opposent à ce récit.


Et puis son argument prend une tournure choquante :


"J'ai senti autour de nous, dans la nature majestueuse de l'horreur du mal qui nous entoure, la présence de 'principautés et de pouvoirs' - des niveaux de ténèbres et de forces inhumaines et anti-humaines presque impressionnants. Dans les politiques qui se développent autour de nous, j'ai vu encore et encore des résultats anti-humains être générés : des politiques visant à tuer la joie des enfants ; à étouffer littéralement les enfants, à limiter leur souffle, leur parole et leur rire ; à tuer l'école ; à tuer les liens entre les familles et les familles élargies ; à tuer les églises, les synagogues et les mosquées ; et, depuis les plus hauts niveaux, depuis la propre chaire d'intimidation du président, des demandes pour que les gens collaborent à l'exclusion, au rejet, au renvoi, à l'évitement, à la haine de leurs voisins, de leurs proches et de leurs amis".


Wolf aborde ensuite les restrictions imposées par notre culture politiquement correcte aux discussions sur Dieu :


"Les intellectuels occidentaux n'ont pas toujours été censés se taire en public sur les luttes, les craintes et les questions spirituelles. En effet, en Occident, poètes et musiciens, dramaturges, essayistes et philosophes ont parlé de Dieu, et même du mal, pendant des millénaires, comme étant au cœur de leur compréhension du monde et comme formant la base de leurs formes d'art et de leurs missions intellectuelles."


Après avoir passé en revue ce qu'elle considère comme le mal qui se développe dans notre culture, Wolf offre cette conclusion :


"Il est temps de recommencer à parler de combat spirituel, je le crois personnellement. Parce que je crois que c'est ce dans quoi nous sommes engagés, et que les forces des ténèbres sont si grandes que nous avons besoin d'aide. Notre objectif ? Peut-être simplement de maintenir la lumière en vie d'une manière ou d'une autre - la lumière des vraies valeurs humaines classiques, de la raison, de la démocratie, de l'inclusion, de la gentillesse - en ces temps sombres.


"Quel est l'objet de cette bataille spirituelle ?


"Il semble que ce ne soit rien de moins que l'âme humaine."

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.