Hommage aux plus grands penseurs occidentaux : "Une école d'Athènes ".

« L'école d'Athènes », fresque de l'artiste de l'époque de la Renaissance, Raphaël, représentant l'Académie platonicienne, une célèbre école de l'Athènes antique fondée par le philosophe Platon au début du IVe siècle avant J.-C. Au centre se trouvent Platon et Aristote, en discussion. (Domaine public).


"L'École d'Athènes" est l'une des fresques les plus importantes et les plus fascinantes de l'histoire de l'art occidental. Le pape Jules II a chargé le jeune artiste et prolifique artiste Raffaello Sanzio da Urbino de décorer ses chambres privées au Vatican.


La première pièce à laquelle Raphaël (1483-1520), mieux connu sous ce nom, s'est attaqué est la « Stanza Della Segnatura », ou « Salle de la signature », ainsi nommée parce que c'est là que les documents les plus importants de l'Église étaient signés, scellés et transformés en doctrine exécutoire. La salle servait également de bibliothèque du pape et de lieu de réunion du Tribunal suprême de la signature apostolique, l'organe judiciaire le plus puissant de l'Église catholique.


Quels que soient les couleurs et les formes, les récits et les rythmes qui orneront finalement les quatre murs de cette chambre capitale, ils superviseront, voire influenceront potentiellement, certaines des décisions les plus importantes concernant la vie (et l'après-vie) de tous ceux qui ont habité le tentaculaire Saint Empire romain germanique.


Les enjeux n'auraient pas pu être plus élevés, et Raphaël le savait. L'immense fresque, qui mesure plus de 16 pieds de haut sur 25 pieds de long (440 × 770 cm, était un défi formidable pour un jeune homme de tout juste une vingtaine d'années. Il était de tradition de décorer les bibliothèques privées avec les portraits de grands penseurs, mais l'artiste de la Renaissance, Raphaël, a porté l’ idée à une autre stratosphère.


Répondre à l'esprit du temps

La Renaissance était une manifestation du renouveau de l'intérêt pour la philosophie, l'art, la religion et la culture de l'Antiquité grecque et romaine. Le génie de Raphaël a été de représenter cela dans une peinture.


Son sujet dépeint le débat central de la philosophie occidentale : Les différentes prémisses entre les philosophes concernés par les questions du monde spirituel et ceux concernés par le monde physique.


Ainsi, l'iconographie de Raphaël relève du pur génie. Il s'agit d'une représentation des penseurs qui ont façonné - et continuent de façonner - la civilisation occidentale. Ce sont les esprits qui célèbrent la vérité acquise par la raison.


" L'École d'Athènes " était une manifestation visuelle de l'esprit du temps.


Non seulement Raphaël a battu des concurrents tels que Michel-Ange et Léonard de Vinci pour remporter la commande, mais son œuvre a fait l'objet de critiques élogieuses.

« L'école d'Athènes »

Cinquante personnages sont représentés, parmi lesquels Platon, Aristote, Socrate, Pythagore, dans un scénario architectural imaginaire. Les deux personnages les plus marquants et centraux sont les pères fondateurs de la philosophie occidentale : Platon et son disciple Aristote.


Platon lève le doigt vers le haut parce que sa philosophie présente une prémisse spirituelle : le monde changeant que nous voyons autour de nous n'est que l'ombre d'une réalité plus élevée et plus vraie, éternelle et immuable, qui inclut des choses comme la bonté et la beauté. Pour Platon, cette réalité d'un autre monde est la réalité ultime, et le siège de toute vérité, beauté, justice et sagesse.


Platon tient son livre intitulé le « Timée », dans lequel il expose ses théories


Par sa paume tournée vers le bas, Aristote suggère la base de son éthique pratique, car dans sa philosophie, la seule réalité est celle que nous pouvons voir et expérimenter par la vue et le toucher - exactement la réalité rejetée par Platon.


" L'Éthique »" d'Aristote, le livre qu'il tient, met l'accent sur des éléments du monde humain tels que la justice, l'amitié et le gouvernement.


Chaque figure à la droite de Platon représente les théories de Platon sur la philosophie, tandis qu'à la gauche d'Aristote, elles représentent celles d'Aristote.


Les personnages de « L'école d'Athènes » célèbrent la pensée classique, mais un hommage est également rendu aux arts libéraux, symbolisés par les deux statues d'Apollon, dieu de la lumière, du tir à l'arc et de la musique, et d'Athéna, déesse de la sagesse sous la forme romaine de Minerve.


Le cadre dans lequel tous sont réunis est romain. Le plafond s'inspire de la basilique de Maxence et Constantin, le plus grand bâtiment de l'ancien Forum romain. Les structures architecturales semblent symboliser et souligner la profondeur et l'importance monumentale de ce que croyaient les protagonistes.


Le génie de Raphaël

Le tableau montre l'utilisation intellectuelle de la perspective linéaire par Raphaël, avec un point de fuite central à la main gauche de Socrate. Raphaël maîtrise également les techniques caractéristiques de l'art de la Haute Renaissance, telles que le « sfumato » (adoucissement des transitions entre les couleurs), la précision de l'anatomie et l'authenticité des émotions et de l'expression.


Son style individuel avait une grandeur singulière. Il était néanmoins empreint d'humanisme et se distinguait par sa clarté, la richesse de ses couleurs et sa composition sans effort.


Michel-Ange et Léonard, qui, avec Raphaël, forment le triumvirat de génies de la Renaissance, apparaissent dans le tableau. Léonard est déguisé en Platon, Michel-Ange est Héraclite, et Raphaël apparaît à l'extrême droite, avec un chapeau sombre.


Le chroniqueur d'art de la Renaissance Vasari a reconnu que Raphaël a donné du fil à retordre à son aîné Michel-Ange :


Raphaël d'Urbino avait acquis une grande renommée en tant que peintre, et ses amis et adhérents soutenaient que ses œuvres étaient plus strictement conformes aux règles de l'art que celles de Michel-Ange, affirmant qu'elles étaient gracieuses dans leur couleur, d'une belle invention, admirables dans leur expression et d'un style caractéristique, alors que celles de Michel-Ange, disait-on, n'avaient aucune de ces qualités, à l'exception du style. Pour ces raisons, Raphaël était jugé, par ceux qui étaient de cet avis, tout à fait égal, sinon supérieur, à Michel-Ange dans la peinture en général, et... décidément supérieur à lui en ce qui concerne la couleur en particulier.


On dit que la lumière qui brille deux fois plus brûle deux fois moins longtemps. C'est ce qui s'est passé avec Raphaël. Sa brillante carrière à Rome représente le joyau le plus fulgurant de la couronne de la civilisation occidentale qu'est la Renaissance. Il est mort à seulement 37 ans et a été enterré au Panthéon.


Jani Allan est journaliste, chroniqueur, écrivain et radiodiffuseur.

[Originellement publié en anglais par The Epoch Times]

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.