Peut-on éviter le destin ? le sort par opposition à la destinée

Détail de "Jonas quittant la baleine", vers 1600, par Jan Brueghel l'Ancien. Alte Pinakothek, Munich, Allemagne. (PD-US)


Dans la première partie de cet article, nous avons vu comment le sort ou le destin semble faire partie intégrante de la condition humaine. En effet, dans les mythes païens, les dieux eux-mêmes, Zeus y compris, semblent être soumis à son emprise, bien qu'il y ait aussi la possibilité d'éviter la catastrophe en faisant la juste chose.


Zeus lui-même a évité d'être vaincu par la prophétie selon laquelle le fils de la nymphe Thétis - qu'il envisageait de féconder - serait plus grand que son père. C'est donc avec circonspection que Zeus maria la nymphe à un humain, Pélée, et leur enfant fut le grand guerrier Achille ; mais n'étant qu'un humain, Achille ne représentait aucune menace pour la suprématie de Zeus.


À ce stade, il serait peut-être utile de faire une distinction entre le "destin" et la "destinée", et cette distinction repose sur les connotations de ces mots. Le destin - pas toujours mais souvent - a une connotation négative : C'est comme un piège auquel on ne peut échapper, comme lorsqu'on dit que quelque chose ou une situation est "fatal". Il nous tombe dessus, quoi que nous fassions pour le contraire, et il peut ou non être pour notre bien. Nous avons commenté la dernière fois qu'Achille, en un sens, a choisi son destin. Mais selon Homère, il s'avère être un destin malheureux : Achille est malheureux dans l'Hadès.


La destinée, quant à elle, contient le sens non seulement d'un but atteint - Achille l'a certainement fait en tant que guerrier - mais aussi qu’un objectif supérieur est atteint. Héraklès a souffert, énormément, mais en raison de sa contribution aux dieux (et à l'humanité), il a été élevé dans les cieux, à la fois en tant que constellation et sur le mont Olympe, la demeure des dieux.


Il semblerait donc que nous devions éviter notre "destin" - par exemple, mon père ou ma mère est un alcoolique, un drogué ou autre, et je suis donc destiné à le devenir. C'est lire le scénario ou le destin de quelqu'un d'autre comme si c'était le nôtre et comme si nous étions impuissants à le modifier.


Au lieu de cela, nous devons rechercher activement notre propre but ou destin supérieur. C’est-à-dire lorsque nos choix et nos actions s'accordent avec la volonté des dieux (dans la mythologie païenne) ou, dans les temps théistes la volonté de Dieu. Il existe une destinée supérieure pour chacun d'entre nous. Cependant, le hic est le suivant : Le destin supérieur semble toujours impliquer une souffrance aiguë ainsi qu'une prise de responsabilité personnelle.


Quelle est ma destinée ?
On pourrait se demander quelle est alors cette destinée à laquelle j'ai été appelé ? Et pour tenter de répondre à cette question, nous devons remarquer une caractéristique vraiment importante qu’ont en commun les mythes et les récits d'antan. En effet, qu'il s'agisse d'un mythe comme celui d'Œdipe dans la tradition grecque ou du récit de Jonas, par exemple, dans la Bible, les deux personnages reçoivent une prophétie, un oracle ou un avertissement sur ce que sera leur destin, ou sur ce qu'ils doivent faire pour l'accomplir. En d'autres termes, les êtres humains ne sont pas laissés sans surveillance, sans avertissement, ou ignorants du but transcendantal qui les attend.


Dans le cas d'Œdipe, la prophétie est annoncée avant même sa naissance : il tuera son père et épousera sa mère. Pour cette raison, son père biologique, le roi Laïus, tente de faire détruire son fils après sa naissance, mais échoue. À l'âge adulte, Œdipe apprend la prophétie qui le concerne et, en conséquence - assumant sa responsabilité personnelle en contrant l'oracle -, il fuit s’éloignant autant qu’il est possible de la possibilité de la réaliser. Mais, malheureusement, il est aveugle à sa propre situation et la fuite elle-même le place sur la voie de la réalisation involontaire de la prophétie.


L'ironie d'Œdipe et sa rédemption
Ce qui est ironique ici, c'est qu'Œdipe est, du point de vue de la raison et de l'intelligence humaines, l'un des plus grands esprits de son temps : Il résout la célèbre énigme du Sphinx alors que personne d'autre n'y parvient. Pourtant, s’agissant de sa situation réelle, il est totalement aveugle.


Il veut faire ce qui est juste et prend activement ses responsabilités, mais chaque pas qu'il fait le conduit paradoxalement vers son destin, ou peut-être, pour mieux dire, vers sa destinée. En effet, bien que sa souffrance soit intense après la découverte de la vérité, il assume l'entière responsabilité de tous ses actes, y compris le fait de s'aveugler (reconnaissant ainsi sa culpabilité) et de renoncer immédiatement à sa royauté.


Sa disparition finale et mystérieuse dans le bois sacré de Colone suggère non pas la fatalité, mais le destin : une haute réconciliation avec les dieux parce qu'il a accompli leur volonté. En effet, la voix d'un dieu s'écrie alors qu'il s'avance dans les profondeurs du bois sacré : "OEdipe, OEdipe, pourquoi nous attardons-nous. On t'a fait attendre longtemps." Il y a une rédemption dans la réalisation de son destin.

La pièce de Sophocle "Œdipe à Colone" se termine par le fait qu'Œdipe, qui a expié son péché, est une bénédiction pour la ville où il est enterré. "Œdipe et Antigone" par Franz Dietrich. Musée d'art Crocker, Sacramento, Californie. (PD-US).


Ici, cependant, nous trouvons Jonas qui n'est pas explicitement condamné avant sa naissance, mais qui reçoit à l'âge adulte la "parole du Seigneur" - un ordre explicite de Dieu d'aller à Ninive et d'y prophétiser contre elle ; de lui annoncer son destin.


L'histoire de Jonas
Une histoire très différente concerne le destin de Jonas dans le célèbre récit de la Bible. Bien qu'il s'agisse de l'un des livres les plus courts de l'Ancien Testament, cette histoire est certainement l'une des plus célèbres. Avec Adam et Ève et l'Arche de Noé, elle fait partie de ces histoires archétypales qui résonnent dans l'imagination de manière presque inexplicable.


Ici, cependant, nous trouvons Jonas qui n'est pas explicitement condamné avant sa naissance, mais qui reçoit à l'âge adulte la "parole du Seigneur" - un ordre explicite de Dieu d'aller à Ninive et d'y prophétiser contre elle ; de lui annoncer son destin.


Ce n'est pas le sort ou le destin de Jonas qui est en cause au départ, mais le sort des 120 000 personnes qui, selon la Bible, "ne connaissent pas la différence entre leur main droite et leur main gauche, ainsi que de nombreux animaux." Leur sort est lié à leur volonté, ou non, de se soumettre à la volonté de Dieu, ce qui signifie abandonner leurs mauvaises habitudes et se repentir.


Et cela aussi semble être une caractéristique commune pour décider s'il y aura un grand destin ou un sort ignominieux : Les citoyens de Ninive, y compris le roi, se repentent - dans le sac et la cendre - et le désastre, le destin fatal, est ainsi évité.


Œdipe, quant à lui, ne peut empêcher la prophétie de se réaliser, mais en se soumettant à la volonté des dieux, il gagne finalement un destin supérieur et semble les rejoindre.


Mais Jonas, bien sûr, se rebelle contre la parole du Seigneur. Il quitte Ninive, qui se trouve à des centaines de kilomètres à l'intérieur des terres, pour se rendre à Joppé (l'actuelle Tel Aviv) afin de naviguer vers Tarsis, qui se trouvait à la limite occidentale la plus éloignée connue des Hébreux. En d'autres termes, Jonas va aussi loin que possible pour échapper au commandement de Dieu.

"Jonas quittant la baleine", vers 1600, par Jan Brueghel l'Ancien. Alte Pinakothek, Munich, Allemagne. (PD-US) (PD-US).


La réalisation de Jonas, le vrai prophète
Mais ce n'est pas le cas : Jonas ne peut échapper au destin que Dieu a décrété pour lui. C'est alors qu'entre en scène la baleine. De l'estomac du poisson, réalisant que la résistance est futile, il s'écrie qu'il est maintenant prêt à accomplir son destin et à aller à Ninive, et le poisson le vomit.


Sa prédication, à son grand dam, est un succès. On ne nous dit pas pourquoi le peuple et le roi ont cru ses proclamations sur le jugement prochain de Dieu, mais avec un peu d'imagination, il n'est peut-être pas difficile de voir comment il était si convaincant.


Avant tout, il était un emblème vivant de quelqu'un qui avait lui-même fait l'expérience du jugement. Psychologiquement, combien ce retournement de situation a dû être profond pour lui ? Comment cela a-t-il pu affecter ses habitudes d'élocution et sa concentration mentale ? Je dirais que cet événement a été tout aussi bouleversant que les expériences d'Œdipe.


Et deuxièmement, quelle devait être son apparence ? Les gens qui travaillent dans les marchés aux poissons développent avec le temps une odeur extrême. Mais pour être à l'intérieur du poisson, qu'en est-il des cheveux et du teint de Jonas ? On pourrait imaginer que sa peau aurait atteint une sorte de coloration albinos à la suite des processus acides internes. L'histoire célèbre et supposée de James Bartley au 19e siècle, avalé par un cachalot pendant 36 heures, rapporte que sa peau avait été blanchie lorsqu'on l'a récupéré.


Le destin de Jonas n'était certainement pas d'être un bureaucrate en costume élégant. Il est apparu de nulle part, bien que les rumeurs concernant ce nomade fou, à l'apparence sauvage qui s'approchait de Ninive aient probablement commencé à circuler bien avant son arrivée - un véritable prophète !


Si l'on y réfléchit, l'étrange réalité est que si Jonas avait d'abord obéi à l'ordre de Dieu et s'était rendu à Ninive pour y prêcher, il n'aurait probablement pas été reconnu comme un messager de Dieu. Pour que la volonté de Dieu - le destin de Jonas et celui de Ninive - se réalise, Jonas a dû rejeter l'ordre. Ce n'est que par sa souffrance qu'il a pu l'accomplir.


Cela nous amène à l'observation finale qu'il y a beaucoup de points communs entre Œdipe et Jonas : Tous deux reçoivent une révélation divine, et tous deux fuient leurs oracles respectifs. En effet, tous deux cherchent à s'éloigner le plus possible de la réalisation de la prophétie, pour découvrir qu'en agissant ainsi, ils l'accomplissent. Tous deux se conforment finalement à la volonté divine.


C'est-à-dire que, même à contrecœur et compte tenu des circonstances, ils ont choisi librement leur destin une fois qu'ils ont compris, au-delà de tout dégoût personnel, qu'il était divinement ordonné. À ce moment-là, une merveilleuse synergie se met en place. Comme l'observe Patrick Harpur dans son livre "A Complete Guide to the Soul", "le libre arbitre est marié au destin, de sorte que tout ce qui est librement choisi est également ordonné pour toujours".


Ce mariage de notre libre arbitre avec l'ordonnance divine est ce qui constitue la réalisation de notre destin, et l'alternative est le destin et la fatalité. La découverte de notre ordonnance divine est le but central de notre vie et génère ainsi la mission de notre vie.


La première partie de cette série traite de la façon dont les anciens comprenaient la notion de destin.

Traduit de la version anglaise originale :https://www.theepochtimes.com/arts-and-culture-can-one-avoid-fate-part-2-fate-versus-destiny_4166101.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.