[Sélection d'articles d'opinion] Derrière la version de la guerre sino-japonaise du Parti communiste chinois

Dessin humoristique "Jeter le pot" du célèbre peintre de Pékin Dacha, qui fait la satire du Parti communiste chinois pour avoir dissimulé la vérité sur l'épidémie et l'avoir fait passer à l'étranger. Dacha a été emmené et admonesté par les agents de la sécurité publique de Pékin, et le dessin a disparu de l'Internet chinois.


Depuis sa fondation, le Parti communiste chinois (PCC) prétend être au service du peuple chinois. Mais une telle affirmation n'est " correcte" que dans le livre d'histoire approuvé par le PCC, qui vise à déformer la vérité et à laver le cerveau du peuple chinois, génération après génération.


La deuxième guerre sino-japonaise, entre 1937 et 1945, en est un exemple. Mao Zedong a déclaré dans son discours intitulé " La situation et notre politique après la victoire dans la guerre de résistance contre le Japon" dans les Œuvres choisies de Mao Tsé-toung (volume IV) : "À qui doivent revenir les fruits de la victoire dans la guerre de résistance ? C'est très évident. Prenez un pêcher par exemple... ... Tchang Kaï-chek accroupi sur la montagne ne portait pas un seul seau d'eau, et pourtant il tend maintenant le bras de loin pour cueillir les pêches. "Mao a écrit : "Nous l'avons réfuté dans la presse. Nous disons : "Tu n'as jamais porté d'eau, tu n'as donc pas le droit de cueillir les pêches".


Bien que Mao ait prétendu dans ce discours que Chiang et son Kuomintang (KMT, également connu sous le nom de Parti nationaliste chinois) n'ont pas combattu les envahisseurs pendant la guerre, et que le PCC devrait en recevoir tout le crédit, c'est le contraire qui est vrai. Voici pourquoi.


Aucun héros de guerre sino-japonais enregistré sur le monument aux héros du peuple

Le PCC est doué pour utiliser la propagande afin de laver le cerveau des gens. Des élèves du primaire aux personnes âgées, tout le monde entend dire (par les manuels scolaires, les journaux, les films et, plus tard, la télévision et Internet) à quel point le PCC est génial pour libérer les citoyens chinois de "l'abîme de misère de l'ancienne société".


Le PCC a produit de nombreux films sur le sujet de la guerre sino-japonaise, afin de glorifier " l'exploit " du PCC " venant à bout des envahisseurs", surtout ces dernières années. La guerre des mines terrestres, la guerre des tunnels et la guerre de la guérilla ferroviaire. .


Ces films avaient parfois un contenu absurde. Par exemple :

"Mon grand-père a été tué à 9 ans [quand il travaillait pour le PCC]."

"Un héros [du PCC] était capable de tirer et de tuer un mitrailleur japonais à 400 kilomètres de distance."

"Un autre héros [du PCC] a détruit un avion avec une grenade."


Comme de plus en plus de citoyens chinois sont désormais en mesure d'accéder à Internet, les gens connaissent plus ou moins le rôle instrumental joué par le KMT dans la lutte contre l'armée japonaise. Pour s'adapter à cette situation, le PCC a également fait allusion au rôle du KMT dans certains films nouvellement produits. Sans exception, cependant, au moins un officier du PCC était ajouté en tant que membre clé de la direction de l'armée du KMT. Ce faisant, il laisse entendre : " Oui, c'est le KMT qui a mené le combat contre les Japonais, mais ils n'auraient pas réussi sans le PCC !"


Étrangement, avec tant de " héros "représentés dans les films sur le thème de la guerre sino-japonaise, aucun de ces derniers n'a été enregistré sur le Monument aux héros du peuple sur la place Tiananmen à Pékin. Si le PCC avait effectivement combattu avec acharnement pendant la guerre, il aurait eu de véritables héros dont les noms auuraient été gravés sur le monument.


Les faits parlent d’eux-mêmes

Selon l'article 19 de la loi chinoise sur les archives, " les archives conservées par les dépôts d'archives d'État sont en général ouvertes au public à l'expiration d'un délai de 30 ans à compter de la date de leur création ". Plus de 70 ans se sont écoulés depuis qu'il a pris le pouvoir, mais le PCC garde toujours tous ces documents hautement confidentiels.


Cela permet aux mensonges de continuer. Par exemple, en 1995, un vice-président du Comité militaire central "a affirmé que le Parti communiste et les soldats et civils qu'il avait dirigés dans les zones de base derrière les lignes ennemies avaient été le pilier de la guerre anti-japonaise."


Mais les données historiques montrent le contraire. Tout d'abord, lorsque la lutte antij-aponaise a pleinement débuté, le KMT disposait d'une armée de 2,7 millions de soldats, tandis que l'Armée rouge du PCC dans la région reculée de Yan'an ne comptait qu'environ 20 000 soldats. Le rapport était de 135 contre 1. Lors de la bataille de Shanghai (août-novembre 1937), 700 000 soldats du KMT et 500 000 soldats japonais ont combattu pendant trois mois. C'est l'une des batailles les plus importantes et les plus sanglantes de toute la guerre, qui a anéanti le plan du Japon de conquérir la totalité de la Chine en quelques mois. À ce moment-là, les quelque 20 000 soldats de l'Armée rouge se trouvaient à environ 1 600 kilomètres (ou 1 000 miles).


D'autres preuves proviennent des données sur les victimes. Selon le ministère de la Défense nationale de Taiwan, entre juillet 1937 et août 1945, le KMT a lancé 22 batailles majeures et 1 117 batailles importantes, faisant 3,22 millions de victimes. Parmi eux, 226 généraux sont morts à la guerre. Le PCC, quant à lui, n’a estimé que 35 millions de victimes chinoises, dont 3,8 millions de militaires. Bien qu'il ne conteste pas les chiffres du KMT, le PCC n'a donné que des chiffres vagues sans ventilation des pertes militaires par rang.


D'autres données vont dans le même sens. Des recherches menées par le journal japonais Yomiuri Shimbun ont révélé que le nombre de décès militaires du Japon en Chine était d'environ 700 000, le nombre total de décès de l'armée japonaise durant la Seconde Guerre mondiale s'élevant à environ 1,85 million. Parmi les 129 hauts fonctionnaires japonais qui ont perdu la vie pendant la guerre, seuls trois sont morts en combattant le PCC, tandis que les 126 autres sont morts pendant les batailles avec le KMT.


Les deux seules batailles présentables par le PCC ont été la bataille de Pingxingguan en 1937 et l'offensive des cent régiments en 1940. Ces deux batailles ont fait l'objet d'une grande publicité - et parfois d'une exagération - de la part du PCC. Pendant longtemps, le PCC a déclaré avoir vaincu plus de 10 000 soldats japonais lors de la bataille de Pingxingguan, avant de ramener ce chiffre à environ 1 000. Les archives de l'armée japonaise font état de plus de 200 victimes seulement.


Hau Pei-tsun, assistant en chef de Chiang et plus tard ministre de la Défense nationale à Taïwan a un jour fait remarquer : “ La bataille de Pingxingguan et l'offensive des cent régiments sont souvent considérées [par le PCC] comme leurs réalisations les plus remarquables. Mais par rapport à toute la guerre [anti-japonaise], c'est moins de 1 % ”.


Les propres archives du PCC
Si les preuves ci-dessus ne suffisent pas, des preuves supplémentaires sont également disponibles dans les propres dossiers du PCC.


Lorsque des délégués japonais, dont Kuroda Hisao, ont visité la Chine le 24 janvier 1961 et se sont excusés d'avoir envahi la Chine, Mao a fait les remarques suivantes . "Je ne vois pas les choses de cette façon. Le fait que les seigneurs de guerre japonais aient occupé la majeure partie de la Chine a donné une leçon au peuple chinois ; sinon... nous [l'Armée rouge] serions encore dans les montagnes et ne serions pas à Pékin", a-t-il déclaré. "Les seigneurs de guerre japonais ont donc fait une bonne chose et je veux les remercier."


Un autre dialogue, en 1964, explique également l'attitude de Mao. Lorsque le délégué japonais Sasaki s'est à nouveau excusé pour l'invasion lors de sa visite en Chine le 10 juillet de cette année-là, Mao l'a rejeté une fois de plus. "Pourquoi nous [le PCC] remercions-nous l'armée japonaise ? C'est à cause de l'armée japonaise que nous avons travaillé ensemble avec Chiang Kai-shek. Après huit ans de guerre, mes soldats sont passés de 25 000 à 1,2 million avec une base de 100 millions de personnes."


Selon Li Rui, secrétaire de Mao, le général du PCC Lin Biao a dû s'excuser pour la bataille de Pingxingguan lors de la conférence de Lushan en 1959.


" Lin : Nous avons perdu des soldats lors de la bataille de Pingxingguan. C'etait mon erreur.

" Mao : Certains camarades pensaient qu'il valait mieux que l'armée japonaise occupe le moins de terres chinoises possible. Plus tard, nous avons convenu que le patriotisme signifie laisser le Japon occuper plus de terres ; sinon, ce serait patriotique pour le pays de Chiang."


De même, Peng Dehuai, un dirigeant clé qui a dirigé l'offensive des cent régiments, a été attaqué à de nombreuses reprises pour cette bataille. En fait, cela est devenu l'un de ses "crimes" contre Mao. Avec d'autres accusations, il a été condamné à la prison à vie en 1970 pendant la Révolution culturelle et est mort en prison quatre ans plus tard.De même, Peng Dehuai, un dirigeant clé qui a conduit l'offensive des cent régiments, a été attaqué à plusieurs reprises pour la bataille. En fait, cela est devenu l'un de ses "crimes " contre Mao. Parallèlement à d'autres accusations, il a été condamné à la réclusion à perpétuité en 1970 pendant la Révolution culturelle et est mort en prison quatre ans plus tard.


Peter Vladimirov, diplomate et journaliste soviétique envoyé par l'Internationale communiste à Yan'an entre 1942 et 1945, a décrit ce qu'il a vu dans The Vladimirov Diaries . " Le principe de Mao était : cette guerre a été menée pour préserver sa propre force, pas pour détruire l'ennemi. Pour atteindre cet objectif, il est nécessaire de réduire la résistance et de donner plus d'espace à l'ennemi ", écrit-il.


" Au quartier général de la 120e division, la discussion ne portait pas sur les missions de combat, les opérations et d'autres questions militaires, mais sur la façon de faire des affaires et de gagner de l'argent. Tout cela est fait par ordre ", a-t-il poursuivi, " Par exemple, les unités de la huitième armée de route et de la nouvelle quatrième armée ont reçu l'ordre strict de ne pas mener d'activités de combat vigoureuses contre les Japonais. En un mot, il est interdit de se battre, s'il est attaqué, il reculera. Si c'est possible, il y aura une trêve."


Pris ensemble, il n'est pas difficile de comprendre pourquoi le PCC a utilisé cette stratégie pour s'emparer du pouvoir, au lieu de lutter pour les intérêts du peuple chinois comme il le prétendait. C'est pourquoi le monument de la place Tiananmen mentionne de manière proéminente la guerre civile chinoise contre le KMT, sans mentionner la guerre anti-japonaise.


La dissimulation de la pandémie par le PCC est une leçon pour le monde entier. Son expansion agressive du communisme à Hong Kong montre également les conséquences désastreuses qui en découlent. En rejetant le PCC et en ramenant l'histoire authentique, nous tirerons une véritable leçon de vie et aiderons les générations futures à atteindre la paix et la prospérité.


Les opinions exprimées dans cet article représentent les propres opinions ou compréhensions de l'auteur. Tout le contenu initialement publié sur le site Minghui est protégé par le droit d'auteur de Minghui.org.


Version anglaise:
[Selected Opinion Articles] Behind the Chinese Communist Party’s Version of the Sino-Japanese War
Version chinoise:
【征文选登】“人民英雄纪念碑”帮你看清真假抗日

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.