Chronique de réincarnation - "Un conte de dévouement" un des programmes de Shen Yun, dépeint une relation prédestinée de grâce et de loyauté

"Une représentation dans le monde humain n'est qu'un arrangement du ciel."
 

(suite de la première partie)


3. Rencontre et séparation
Le jour où Baochuan devait lancer sa pelote brodée, Rengui était parti en ville pour régler certaines affaires. Alors qu'il marchait à la hâte sur la route, tête baissée, il a soudain senti qu'on lui lançait un objet. Il a instinctivement attrapé l'objet sans réfléchir. Rengui a alors levé les yeux pour voir une belle et noble fille se tenant sur la haute plate-forme devant lui, le regardant avec un sourire. Rengui ne comprenait pas ce qui se passait, mais il avait un sentiment d'étrangeté : il n'y avait que quelques personnes dans la rue auparavant, comment se faisait-il qu'autant de personnes fussent soudainement apparues ? Après que les gens aient commencé à le pousser vers le devant, Rengui a soudain réalisé que ce qu'il avait attrapé était la pelotte brodée lancée par la fille de M. Wang. Il restait debout, abasourdi. Il se disait : C'est vraiment un gros malentendu. Il est déjà difficile de vivre seul, comment puis-je être responsable de cette jeune femme ? Il continuait d'agiter la main en signe de refus, mais il était toujours involontairement conduit vers M. Wang.

M. Wang était très ennuyé par cet incident. En lui-même, il maudissait ses serviteurs pour avoir omis de garder les coins, et avoir laissé ce garçon à l'air pauvre attraper la pelote brodée. Il voulait juste donner de l'argent à Rengui en échange de quoi ce dernier laisserait sa fille et continuerait son chemin.


Baochuan avait vu que le garçon qui avait attrapé sa pelote brodée était exactement celui qu'elle avait vu dans son rêve. Bien qu'il portait des vêtements de mauvaise qualité, il avait l'allure d'un héros. Elle se réjouissait intérieurement. Puis elle vit le visage de son père ... Baochuan s'empressa de lui dire : "Papa, tout le monde dans la ville sait que j'ai lancé la pelote brodée pour trouver mon mari. Aujourd'hui, sous les yeux de tous, la pelote brodée a été attrapée par Rengui. C'est probablement la volonté du ciel. Maintenant, si tu regrettes, les gens vont se moquer de moi parce que je méprise les pauvres et que je n'aime que les hommes riches. Ce n'est pas bon pour ta réputation. Je n'ai pas peur de vivre dans la pauvreté. Je suis prête à épouser M. Xue, j'espère que tu pourras exaucer mon souhait."


M. Wang était agacé que sa fille, normalement très bien élevée, insiste sur sa décision. De plus, Rengui avait agité ses mains à plusieurs reprises pour refuser l'argent de M. Wang, car il ne voulait pas accepter une richesse non méritée. M. Wang pensait que ce jeune homme appauvri n'accepterait pas l'argent parce qu'il en pinçait pour sa fille. Elle n'est manifestement pas de son niveau, pensait-t-il. M. Wang se mit alors en colère et demanda à sa fille de choisir entre ses parents et le mariage. Baochuan en larmes choisit Rengui. Furieux, M. Wang annonça sur-le-champ qu'il n'avait pas de fille de cette trempe, rompant sur-le-champ sa relation avec Baochuan. La situation tourna au vinaigre. Mme Wang ne put persuader ni son mari ni sa fille, et elle fondit en larmes.


Rengui avait l'impression que tout cela était irréel, comme s'il était en transe ou dans un rêve. Rengui et Baochuan quittèrent la résidence par la petite porte, comme le leur demanda un M. Wang furieux, désireux de ne pas embarrasser sa famille. Il dit également à la gouvernante de reprendre les accessoires de cheveux en or sur la tête de sa fille et son bracelet de jade ancestral.


Rengui regarda la jolie jeune femme qui le suivait, et de temps en temps, elle essuyait ses larmes avec un mouchoir de soie. Soudain, sa conscience lui revint pleinement, et il devint calme. "Il n'est pas trop tard si tu rentres chez toi maintenant, ton père te pardonnera", dit-il à Baochuan, "Je suis seul et appauvri. Si tu restes avec moi, tu ne pourras pas supporter la souffrance." Pris au dépourvu, Baochuan répondit fermement : "J'ai pris ma décision et je n'en changerai pas. Dis tu ça parce que tu ne m'aimes pas et que tu ne veux pas être avec moi ?" Rengui s' empressa d'agiter la main pour montrer que ce n'était pas ce qu'il voulait dire.


La situation s'avérait bien au-delà des attentes de Baochuan. Bien que Baochuan fut déconcertée, son esprit devint encore plus ferme. Lorsque Baochuan passa au mont-de-piété Liuji, elle mit ses boucles d'oreilles en gage en échange d'un peu d'argent pour vivre. Puis Baochuan suivit Rengui jusqu'à sa maison, une grotte. C'est alors qu'elle se souvient des mots sur le bâton de fortune : "On attend dans une grotte" et "rester pur et non souillé par le monde". Elle réalisait que ce devait être son chemin dans la vie.


Rengui ne resta pas dans sa grotte cette nuit-là, (car ils devaient encore se marier). Le lendemain, ses bons amis et ses voisins curieux les aidèrent à organiser un mariage simple, puis ils furent enfin mariés. À ce moment-là, Rengui avait encore l'impression d'être en transe, mais il savait que sa femme l'avait choisi sincèrement. Pendant un certain temps, Rengui était partagé entre la joie et la tristesse. La joie, que sa femme lui ait confié toute sa vie sans hésiter. La tristesse à l'idée que sa femme souffre en vivant avec lui dans la pauvreté. À ce moment-là, une foi forte et le sentiment d'une responsabilité virile ont surgi dans son cœur.


Après quelque temps, Rengui pensa à sortir pour se faire un nom. Cette idée se renforçait de jour en jour. Trois mois après leur mariage, Rengui fit part à sa femme de ses pensées, à savoir qu'il voulait sortir pour réussir. Bien que Baochuan était réticente, elle soutient néanmoins la décision de son mari.


Quelques jours plus tard, Rengui a quitté la maison le matin. Les deux époux étaient réticents à se quitter. Baochuan a suivi Rengui sur la route pendant un moment pour lui dire au revoir. Rengui avait les larmes aux yeux, et les vêtements de Baochuan étaient mouillés par ses larmes. Qui sait si cette séparation allait durer 18 ans. Tout ce qu'ils pourraient dès lors faire, était de se languir l'un de l'autre à l'avenir.


4. Les Immortels distribuant la nourriture, une mendiante âgée et des Immortels gardiens
Dans les temps anciens, une femme sans mari à ses côtés souffrait beaucoup plus. D'une part, la douleur de la séparation et du manque de son mari est un type de souffrance. Cependant, être privée de nourriture en est une autre forme. Tout doit être préparé par la femme elle-même, qu'il s'agisse de la nourriture ou d'autres choses comme la collecte et la coupe du bois pour le chauffage. Heureusement, Baochuan était adepte de la broderie, et elle pouvait gagner quelques vivres grâce à son talent. La plupart du temps, cependant, elle se nourrissait de légumes sauvages.


Dans le programme de Shen Yun, Baochuan déterrait des légumes sauvages pour les manger. C'est ainsi qu'elle a survécu pendant 18 ans. Mais, comment a-t-elle pu survivre en ne mangeant que des
légumes sauvages ?


Avant de se réincarner en un être humain, Baochuan était une fée dans le ciel. De nombreux gardiens immortels veillaient sur elle et la protégeaient dans le monde humain. Elle aurait souffert de malnutrition si elle n'avait mangé que des légumes sauvages pendant si longtemps. Par conséquent, les immortels célestes envoyaient régulièrement des céréales à Baochuan. Leur méthode d'envoi consistait à saupoudrer les céréales sur les légumes sauvages dans une autre dimension. Les légumes sauvages que Baochuan déterrait à différentes saisons contenaient tous les éléments nutritifs des céréales.


Il y a des immortels masculins et des immortels féminins responsables de la distribution de la nourriture. Ils ont les uns et les autres un sac jaune de nourriture accroché à leur taille, chacun étant attaché avec de la soie rouge. Il s'agit d'un secret céleste : les immortels chargés de la distribution de la nourriture gèrent l'ensemble de l'approvisionnement alimentaire mondial, des entrepôts commerciaux aux petits entrepôts de céréales privés. Ce sont eux qui déterminent la quantité de nourriture qu'une personne peut obtenir, en fonction de sa vertu. La quantité de récoltes qui peut être obtenue au cours d'une année donnée dans le monde humain est également déterminée par le ciel.


Au cours de la huitième année épuisante à vivre dans la grotte froide, Baochuan a rencontré une mendiante âgée qui semblait maigre sous ses vêtements en lambeaux. Elle a frappé à la porte de sa grotte pour demander de l'eau. Baochuan a vu qu'elle était pauvre et qu'il lui était difficile de marcher. Elle l'a donc laissée entrer. Mais après que la mendiante soit entrée dans la grotte et ait bu un bol d'eau chaude, elle n'arrivait plus à se lever et avait du mal à respirer. Baochuan l'a alors amenée au lit et a commencé à s'occuper d'elle avec soin. Deux jours plus tard, la santé physique de la mendiante s'est améliorée. Ayant apprécié que Baochuan prenne soin d'elle elle a insisté pour prendre Baochuan comme sa fille. Baochuan a accepté. Sept ou huit jours plus tard, Baochuan n'avait plus de nourriture dans sa grotte. La mendiante voulait sortir pour mendier de la nourriture, mais Baochuan l'en empêcha. Baochuan a demandé à un marchand voisin de lui donner du riz, en promettant au de le lui rembourser plus tard. Elle a également déterré quelques légumes, transporté de l'eau jusqu'à la grotte et fait de son mieux pour prendre soin de la mendiante. La santé de la mendiante s'est progressivement améliorée, mais Baochuan commençait à maigrir.


Un mois plus tard, la mendiante dit à Baochuan : " Ma fille, je pars maintenant, je ne peux pas toujours compter sur toi. J'ai un sac en toile. Il y a une pièce à l'intérieur, prends-la. J'ai un bol de riz que j'utilise pour mendier de la nourriture, tu peux le remplir de riz. Ce bol est un bol à trésor. Ma fille, n'oublie pas ce que je t'ai dit." "Je m'en vais. Ne pleure pas. Pleurer est trop épuisant, et cela donne à tes proches un sentiment de désarroi." Puis la mendiante est partie. La mendiante a manqué à Baochuan après son départ. Retenir ses larmes n'était pas facile. Plus tard, Baochuan a versé le peu de riz qui lui restait dans ce bol, qui n'a fait qu'en recouvrir le fond. Le jour suivant, cependant, elle a découvert qu'il y avait la moitié d'un bol de riz. Elle était très surprise, puis elle s'est souvenue de ce que le mendiant avait dit : "Ce bol est un bol à trésor". Baochuan était curieuse et a regardé le bol, mais rien n'a changé sous ses yeux. Pourtant, chaque fois qu'elle ramenait de l'eau ou déterrait des légumes, elle constatait que le riz contenu dans le bol augmentait.


Bientôt, une famine éclata dans la région. Un grand nombre de sauterelles mangeaient les récoltes, et de plus en plus de gens se sont mis à mendier. Baochuan a découvert que le riz contenu dans le bol à trésor devenait un bol de riz plein le jour suivant. Chaque jour, elle laissait un peu de riz dans le bol, préparait du congee (bouillie de riz) avec des légumes sauvages et ajoutait du sel. Chaque fois que quelqu'un venait lui demander de la nourriture, elle lui donnait un bol de congee. Ceux qui recevaient un bol de congee partaient avec reconnaissance. Baochuan se retournait pour découvrir qu'il ne manquait pas de congee. Baochuan a utilisé cette méthode pour aider de nombreuses personnes. Ces mendiants étaient tous très reconnaissants envers elle. Plus d'un mendiant a raconté à Baochuan qu'une mendiante âgée leur avait dit : Mme Xue a du porridge aux légumes sauvages.


Baochuan a également constaté que lorsqu'elle donnait une pièce à un mendiant, un quart d'heure plus tard, une autre pièce apparaissait dans le sac. Baochuan a compris qu'il s'agissait d'un sac au trésor. Une fois, Baochuan est allée en ville pour acheter du sel. Elle a mis sa main dans le sac pour en sortir une pièce, puis une autre, et une autre. Au total, elle a retiré huit pièces du sac. Elle a réalisé que la quantité d'argent qu'elle pouvait dépenser était prédestinée.


Baochuan a deviné que la mendiante âgée qu'elle avait rencontrée n'était pas une personne ordinaire, mais un immortel. Elle s'est alors inclinée devant la statue d'un immortel qu'elle avait, exprimant sa gratitude pour avoir été bénie et soignée.


Dans cette famine, tu manges même la nourriture des mendiants. Tu es un dérangement pour toute la famille Wang. Viens à la maison avec moi. Je vais choisir un autre mari pour toi ; tu auras un grand mariage. C'est un millier de fois préférable à épouser ce pauvre homme ." Baochuan a rejeté les supplications de ses parents, en disant : "Je ne peux pas me remarier. J'ai promis à mon mari d'être fidèle, et d'attendre son retour." Son père, furieux, l'a pointée du doigt en criant : "Je me suis renseigné. Ce type s'est engagé dans l'armée. Personne ne sait s'il est encore en vie. Si tu continues à attendre comme ça sans manger, un jour un mendiant pourrait me dire de venir chercher ton cadavre ! Tu dois rentrer à la maison aujourd'hui !" Baochuan a regardé son père furieux et a secoué la tête encore et encore. Furieux, M. Wang est parti en colère en entraînant sa femme.


Après le départ de ses parents, Baochuan a pleuré douloureusement. Elle ne voulait pas contrarier son père, ni causer un tel chagrin à sa mère. Elle s'inquiétait également de la sécurité de son mari. Elle sanglotait de façon incontrôlable en pensant à tout cela. Après un moment, elle s'est finalement souvenue des paroles de sa mère mendiante et a arrêté de pleurer. Peu de temps après, un mendiant est venu rendre visite à Baochuan : "Mme Xue, j'ai mendié un peu de riz pour vous le donner. Ne pleurez pas, vous êtes une bonne personne." Le soir, d'autres mendiants sont venus. Leurs cheveux semblaient être trempés, mais leur expression était très joyeuse. Ils ont dit : "Nous avons fait un travail pour une famille sans être payés. Nous leur avons seulement demandé un morceau de tissu, nous voulons te le donner." Sans voix, Baochuan ne pouvait que les regarder, très touchée par leur générosité. Elle ne pouvait qu'exprimer sa reconnaissance en leur donnant du congee à manger. Un jeune mendiant a dit : "J'ai entendu un mendiant parler de vous, Mme Xue, disant que lorsque vous avez dit au revoir à votre mari, vous avez dit que vous attendriez son retour. Ce mendiant était allongé sous une table dans un petit temple. Il était si touché qu'il a presque pleuré. Le mendiant a dit que Mme Xue est une bonne personne." Au cours de ces années les plus pénibles, les mendiants ont consolé Baochuan lorsqu'elle était bouleversée, lui apportant un soutien mental.


Pendant ces 18 années passées seule dans la grotte, les gardiens immortels de Baochuan l'ont aidée à faire face à de nombreux problèmes. Un jour, un homme à cheval s'est dirigé vers Baochuan alors qu'elle marchait sur la route : "Dors avec moi cette nuit. Tu n'auras plus besoin de te soucier de la nourriture et de la vie. Tu peux aussi être ma concubine si tu le veux." Baochuan l'a ignoré et a continué à marcher. Cet homme, qui venait de la ville, était vexé et s'est avancé pour attraper le bras de Baochuan. Un immortel-gardien a contraint Baochuan à se mettre à courir, tandis qu'un autre immortel-gardien a demandé à un petit mendiant de tirer sur le cheval avec une fronde. Sous la douleur, le cheval s'est mis à galoper sauvagement. L'homme a été éjecté du cheval, mais ses pieds sont restés dans les étriers. Le cheval a continué à galoper, le traînant pendant tout ce temps. Finalement, les gens qui patrouillaient dans la ville ont réussi à arrêter le cheval. Le méchant jeune homme est resté un demi-mois alité, mais ne s'est pas remis. Il y avait aussi un voyou qui avait l'intention de violer Baochuan à minuit, mais il s'est heurté à un mystérieux "mur fantôme", qui l'a fait tourner en rond au même endroit, sans savoir comment en sortir. Il n'a jamais atteint la grotte de Baochuan. Tous ces problèmes ont été résolus par les immortels gardiens. Il y avait aussi des hommes mal intentionnés qui arrêtaient Baochuan et essayaient de flirter avec elle, et elle ne pouvait pas se débarrasser d'eux. Soudain, ils ressentaient une douleur physique et partaient rapidement. Les bonnes personnes sont bénies par les dieux. Si les cieux décident qu'une histoire positive se déroule dans le monde, alors les mauvais incidents qui ne font pas partie de leurs arrangements ne pourront pas se produire.


Un jour, une fée qui connaissait Baochuan dans les cieux a voulu l'aider. Baochuan a donc trouvé un jour une bourse dans la zone où elle creusait pour trouver des légumes sauvages. Baochuan l'a ignoré et a continué à creuser pour les légumes. Après avoir creusé un cercle de terre, elle est revenue pour trouver une petite souris utilisant ses pattes pour ouvrir la bourse, révélant de l'argent à l'intérieur. Baochuan a simplement jeté un coup d'œil, puis s'est retournée et est partie. Une autre fée céleste a souri à la fée qui avait planté la bourse : "Tu testes Baochuan !" La fée a secoué la tête en souriant et a dit : "À l'avenir, quand Baochuan reviendra dans le monde des fées. je lui parlerai de la bourse."


(Lire la suite ici )

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.