Un informaticien reçoit des décharges électriques sur la langue et est contraint de se déshabiller lors de son emprisonnement pour sa foi.

Depuis que M. Mo Qibing, originaire du xian de Taojiang, dans la province du Hunan, a commencé à pratiquer le Falun Gong en 2008, il a été condamné à deux peines de camp de travail et à deux peines de prison pour avoir défendu sa foi. La durée totale de son incarcération s’élève à sept ans et six mois.


M. Mo travaillait dans la ville de Ningbo, province du Zhejiang avant sa dernière arrestation en 2017. Il a été condamné à 3 ans et demi dans la prison n°2 de la province du Zhejiang située dans la ville de Hangzhou. Après sa libération le 13 juin 2021, les gardiens de prison Sun Hongcheng et Fu Huan l'ont remis à la police de la ville de Changsha, dans la province du Hunan, où sa déclaration de domicile est enregistrée.


Un groupe d'agents de Changsha, qui était venu le chercher à Hangzhou, a tenté de le traîner jusqu'au train à grande vitesse à destination de Changsha, mais sans y parvenir.


M. Mo a insisté pour récupérer sa carte d'identité, son téléphone portable et ses cartes de crédit auprès du tribunal de Hangzhou qui l'avait condamné, mais la police de Changsha l'a ignoré et poussé dans une voiture de location pour le ramener à Changsha, où ils l'ont jeté dans un centre de lavage de cerveau, désigné « Centre de soin» sur sa plaque de porte.


Le 2 juillet 2021, M. Mo a été libéré après 18 jours de détention au centre de lavage de cerveau. Il a demandé à recevoir une nouvelle carte d'identité à Changsha, mais sa demande a été rejetée. La police l'a ramené dans sa ville natale, dans le district de Taojiang, où il vit désormais avec son père, qui n'a pas de pension, à l'exception d'une subvention annuelle de 1 300 yuans pour invalidité. Comme M. Mo n'a aucun revenu, lui et son père ont du mal à joindre les deux bouts.


Arrêté quatre jours après avoir terminé sa première peine du camp de travail
M. Mo, un professionnel de l'informatique, a appris la persécution du Falun Gong en 2008 grâce à un logiciel qui lui a permis de contourner la censure d'Internet en Chine. Alors qu'il était consterné par la brutalité de la persécution qui a commencé par le régime communiste chinois en 1999, il a été encore plus impressionné par le principe universel du Falun Gong « Vérité, Bonté, Patience. Il est ainsi devenu lui-même un pratiquant de Falun Gong.


M. Mo a été arrêté le 7 mars 2011 pour avoir exhorté les fonctionnaires du " Bureau 610 "du district de Taojiang, province du Hunan à cesser de persécuter le Falun Gong, et condamné à un an au camp de travail forcé de Xinkaipu.


Il a été de nouveau arrêté seulement quatre jours après sa libération, en rendant visite à un pratiquant, alors que la police fouillait le domicile de ce dernier. Après 15 jours de détention, il a été condamné à une autre peine de 15 mois au camp de travail forcé de Xinkaipu. En raison de son état physique, les gardes ont refusé de l'accepter et il a ensuite été relâché.


Deux peines de prison prononcées en quatre ans
M. Mo a de nouveau été arrêté le 29 avril 2013, alors qu'il parlait à des gens à la gare de la ville de Changsha. Il a été détenu au centre de détention n°2 de la ville de Yiyang. Fin 2013, il a été condamné à trois ans dans la prison de Wangling.


Après la libération de M. Mo en 2016, il a déménagé à Ningbo, où il avait précédemment ouvert une société informatique, pour trouver un emploi. Il a été arrêté un an plus tard, le 14 décembre 2017 et condamné à 3 ans et demi pour avoir diffusé un avis émis par le Conseil d'État qui levait l'interdiction de publication des livres de Falun Gong.


Maltraité dans un centre de détention
M. Mo a été détenu au centre de détention de Haishu après sa dernière arrestation le 14 décembre 2017. Parce qu'il refusait de porter l'uniforme des détenus, le gardien Bu Jianguo l'a menotté et enchaîné. Bu a également ordonné aux détenus de le battre à tour de rôle. Malgré le froid dans la cellule insuffisamment chauffée, les gardes trempaient les vêtements de M. Mo la nuit et le laissaient dormir menotté et enchaîné .


M. Mo a ensuite été inculpé par le Parquet du district de Zhenghai. Lorsqu'il a été jugé par le tribunal de district de Zhenhai le 2 mai 2018, la juge ne lui a pas permis de mentionner le fait qu'aucune loi n'a jamais criminalisé le Falun Gong en Chine, bien qu’ayant indiqué à M. Mo lors d'un réunion d’avant-procès qu'elle savait clairement que le Falun Gong était persécuté. La juge l'a condamné à 3 ans et demi le 21 mars 2019.


Décharges électriques sur la langue dans la prison
M. Mo a été emmené à la prison n°2 de la province du Zhejiang le 16 avril 2019. Le gardien Liu Yang l'a envoyé à l'équipe de gestion stricte la première nuit après l'avoir vu faire les exercices de Falun Gong.


Les gardes ont commencé à le soumettre à un entraînement physique intensif le 18 avril et à lui ordonné de chanter des chansons à la gloire du Parti communiste chinois. Les gardes lui ont pulvérisé de l'eau poivrée dans les yeux et l'ont frappé avec des matraques électriques. Ils l'ont également traîné sur le sol lorsqu'il a refusé d'obtempérer.


Le gardien Luo Jiawen, surnommé "Tigre", a attaché M. Mo avec une camisole de force et a tiré avec une matraque électrique pour l'effrayer. La flamme produite par la matraque électrique était aussi longue qu'un crayon. Comme M. Mo ne se laissait pas intimider, Luo lui a administré des chocs au cou, aux parties intimes et aux jambes.


Alors que M. Mo hurlait à cause de la douleur, Luo a inséré la matraque électrique dans sa bouche et a choqué sa langue jusqu'à ce que la batterie de la matraque soit épuisée. Luo a alors pris une autre matraque électrique et a continué à choquer M. Mo. Son corps était sévèrement brûlé sur toute sa surface.


Un mois plus tard, M. Mo a été ramené dans la cellule ordinaire. Le gardien Yang Song lui a interdit de lire le journal, d'acheter des produits de première nécessité ou de parler aux autres, afin de le forcer à renoncer au Falun Gong. Yang a également exigé que M. Mo rédige un rapport sur ses pensées chaque semaine et un rapport complet chaque mois. Tous les soirs avant d'aller se coucher, il était obligé de se faire fouiller le corps tout nu.il était forcé à subir une fouille au cor en étant dénudé.


Les détenus chargés de le surveiller se plaisaient souvent à parler des réactions douloureuses des pratiquants de Falun Gong qui recevaient des décharges électriques. Ils disaient que les endroits les plus choqués par les gardes étaient leur bouche et leurs testicules.


M. Mo a demandé à écrire des plaintes au sujet de la torture. Les détenus ont dit que les gardes ne le lui permettraient pas à moins qu’il ne signe une déclaration renonçant au Falun Gong.


Sun Hongcheng, le gardien en charge du département d'éducation de la prison, a dit un jour à M. Mo : "Nous avons toutes sortes de méthodes. Si vous ne vous transformez pas, nous continuerons à vous torturer jusqu'à ce que vous le fassiez."


Torturé pour avoir dénoncé la persécution.
M. Mo a écrit une lettre le 10 décembre 2019 sur la façon dont les gardiens l'avaient torturé et a demandé au gardien Shen Feizhou de la transmettre à Chen Zhenhua, le secrétaire politique de la prison, et à Liang Chunlei, le directeur de la prison.


Le lendemain, il a également rédigé une requête pour faire appel de sa peine de prison et l'a remise au gardien Fu Huan et au directeur adjoint de la prison Yang Jian. Dans la motion, il expliquait en détail ce qu'est le Falun Gong, la propagande diabolique diffusée par le régime communiste chinois et l'avis du bureau de publication chinois de lever l'interdiction des livres sur le Falun Gong.


Après avoir reçu la lettre et la requête, les gardiens, au lieu de s'en occuper, ont exercé des représailles contre M. Mo en le persécutant plus sévèrement. Le directeur adjoint de la prison, Yang, a ordonné à sept détenus de surveiller M. Mo 24 heures sur 24. Lorsque M. Mo dormait, les détenus s'asseyaient près de son lit et tiraient sa couette de temps en temps. M. Mo n'était pas non plus autorisé à garder ses mains dans la couette.


Pendant la journée, il était contraint de se déshabiller et de se tenir nu devant les détenus à la fin de chaque heure. Les gardiens l'ont également affamé et lui ont ordonné de chanter des chansons à la gloire du régime communiste. La copie papier de sa peine de prison et la copie de sa requête ont été confisquées.


Le 2 février 2020, le gardien Liu Yang a incité les détenus à traîner M. Mo dans les toilettes et lui a ordonné de chanter les chansons du régime communiste. Lorsque M. Mo a refusé d'obtempérer, Liu l'a déshabillé de force et a électrocuté ses parties intimes et d'autres parties de son corps avec des matraques électriques. Un autre gardien, Shen Feizhou, lui a pulvérisé de l'eau pimentée dans les yeux.


Lorsque le secrétaire politique Chen Zhenhua inspectait la prison le 15 mars 2020, M. Mo lui a demandé s'il avait reçu la lettre qu'il lui avait écrite. Il a également parlé à voix haute de la façon dont les gardes le torturaient.


Bien que Chen ait promis d'examiner la plainte de M. Mo après sa protestation publique, les gardes ont affirmé qu'ils n'avaient trouvé aucune preuve de torture et ont clos l'enquête.


Le gardien Fu Huan a ordonné à M. Mo de se déshabiller à nouveau le 16 mars 2020. Après que M. Mo ait refusé d'obtempérer, Fu l'a électrocuté avec des matraques électriques.


Fin mars 2020, M. Mo a été transféré de la cellule 403 à la cellule 701, après que les gardiens aient déposé plusieurs rapports auprès de la direction de la prison selon lesquels il était très têtu [en ne renonçant pas au Falun Gong]. Les gardiens ont ordonné à six détenus de surveiller à tour de rôle M. Mo pendant la journée. Ils lui ont également ordonné de rester debout et assis pendant de longues heures sans bouger. Lorsqu'il a refusé d'obtempérer, le gardien Li Chenjun l'a aspergé d'eau pimentée.


M. Mo a été déshabillé et électrocuté avec une matraque électrique sur les fesses le 9 mai 2020 lorsqu'il a refusé de coopérer avec les gardes.


La prison a également transféré d'autres pratiquants qui refusaient de renoncer au Falun Gong dans les cellules 701 et 702, y compris M. Yue Caiyun et M. Huang Qingdeng , qui sont décédés plus tard des suites de la torture le 24 février et le 16 mars 2021, respectivement.


M. Mo a été ramené à la cellule 403 le 18 janvier et libéré le 13 juin 2021. Bien qu'il soit un homme libre, il a été ramené à Changsha et détenu pendant 18 jours dans un centre de lavage de cerveau.


Coordonnées des malfaiteurs:
Chen Zhenhua (陈振华), secrétaire politique de la prison n°2 de la province du Zhejiang : +86-571-89390110, +86-571-86236060
Shu Shuai (舒帅), policier du commissariat de Jiucaiyuan : +86-13908456120
Yan Zhijian (严志坚), policier du commissariat de Huaguoshan : +86-13875351847

(Plus d'informations de contact des malfaiteurs sont disponibles dans l'article chinois original.)


Voir également
Yiyang Police from Hunan Province Arrest Dozens of Falun Gong Practitioners in May 2013

Et en chinois
湖南省桃江县莫其兵被迫害经历

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise:
IT Professional Shocked on the Tongue by Electric Batons and Forced to Strip Naked While Imprisoned for His Faith

Version chinoise:
传播国务院公报-莫其兵在浙江遭三年半冤狱迫害

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.