S'éveiller


Quelque chose m’arrive lorsque je me réveille le matin. Il arrive souvent, presque chaque matin, qu’aux toutes premières heures je sois éveillé sans plus pouvoir dormir. Je revois dans mon esprit la journée de la veille en pouvant voir cette fois quand et quelque fois aussi pourquoi je ne me suis pas comporté comme un pratiquant le devrait.

Il est douloureux d’entendre de nouveau les choses inutiles qui sont sorties de ma bouche il y a seulement quelques heures et de savoir de nouveau ce que je pensais à ces moments en prononçant ces mots ou lorsque j’ai mal fait quelque chose.


Etendu, mécontent le coeur douloureux et les larmes aux yeux dans la tranquillité du matin, nuit après nuit je vois mes pensées injustes, mes notions erronées, mes désirs et mes recherches repassant de nouveau dans mon esprit .

Je vois comment j’évaluais alors ces situations , ce que je ressentais, et ce que j’espérais accomplir en faisant ceci ou cela. A présent bien des heures plus tard, dans le confort douillet du lit et le calme de la nuit, je vois les issues indésirables de mes comportements. Il apparaît clairement comment les forces perverses, comment les démons utilisant mes failles se sont précipités dans mes attachements et mes notions et les ont élargis pour amener des résultats négatifs.

La douleur d’assister à mes manquements m’a fait souhaiter ne pas m’être réveillé et m’être mieux conduit. Il n’y a que ce que j’ai bien fait la veille qui ne vienne pas me hanter le matin.

Les occasions que j’ai manquées frappaient avec insistance à la porte de ma fraîche conscience matinale comme pour dire « alors tu aimerais te considérer comme un pratiquant ? Vraiment ? regarde comment tu t’es comporté hier ! Et ce n’est pas la première fois que tu as fait ça ! Alors que vas tu faire pour ça ? »

Ma conscience ne me laissait pas dormir – ça a continué pendant des mois.

Je me levais plus tard, démoli et encore fatigué pour commencer la journée suivante. Je détestais ce processus et aurais fait n’importe quoi pour y échapper.

J’ai demandé à d’autres pratiquants, qui faisaient aussi évidemment des erreurs et selon mon opinion trébuchaient aussi et ne se comportaient pas toujours comme le devraient des pratiquants, s’ils se réveillaient aussi le matin comme je le faisais. Je pensais que c’était arrivé à tout le monde. Certains m’ont regardé un peu bizarrement, non, ça ne leur arrivait pas, et certains m’ont dit que j’avais de la chance d’être conscient de ce que j’avais mal fait. C’était une bonne chose même si je ne réussissais peut-être pas à changer mon comportement pour ma satisfaction. J’en suis venu à me convaincre que ma « cultivation n’ était qu’une longue chaîne d’erreurs très douloureuses.

De plus, mon travail de traduction des paroles du Maître, que j’avais considéré être si important et une responsabilité, régulièrement se trouvait bloqué et je n’arrivais pas à avancer. Alors j’ai su que je ne faisais pas si bien que ça.

De douleur et de désespoir, j’ai commencé à lire trois chapitres de "Zhuan Falun" chaque jour. Mon sommeil s'est réduit à quatre ou cinq heures par nuit et j’ai commencé à comprendre que je devais penser différemment.

J’ai realisé que lorsque je regardais un autre pratiquant et disais, “Cette personne ne se comporte pas comme un pratiquant et fait ceci et cela et de toute façon il doit avoir un xinxing très bas et c’est pour ça qu’il ne se comporte pas justement et agit de telle ou telle façon, » alors, dans l’instant même, au moment même, j'avais déjà failli.

Pourquoi avais-je failli, parce que je n’ai pas déjà regardé en moi-même. Je ne me suis pas examiné d’abord. Mais j’ai plutôt essayé d’examiner quelqu’un d’autre, et à ce moment même, moi même ne me suis pas comporté comme le devrait un pratiquant.

La question est , “pourquoi est-ce que je regarde d’abord le comportement de ce pratiquant ?”

Si ça ne me concernait pas, est-ce que même je le verrais ? ça ne me sauterait pas aux yeux avec une telle urgence et je ne l’aurais pas même remarqué. Il y a en moi quelque chose qui a besoin de le voir, pour que je puisse le changer et me comporter comme doit le faire un pratiquant. Au lieu de me concentrer sur quelqu’un d’autre, je dois d’abord me concentrer sur moi-même. Si cette personne se comporte de telle ou telle façon, alors quand et comment est-ce que je me comporte de la même façon ? Je dois le découvrir en moi-même et le changer en moi-même.

Je ressentirais seulement de la compassion pour les difficultés de cette personne.

En commençant à faire cela régulièrement j’ai commencé à sentir la grande puissance de notre "cultivation" qui me fait me diriger d’abord à l’intérieur. Ma volonté est maintenant dirigée à l’intérieur pour me changer moi-même. Cela me donne un pouvoir incroyable dans n’importe quelle situation. J’ai le pouvoir de me changer quoi qui se passe à l’extérieur de moi et quelle que soit la façon d’agir et ce que font les gens autour de moi. Et j’ai le pouvoir de changer cette situation.

Alors, maintenant, lorsque je vois ou j’entends d’autres pratiquants qui font ou disent des choses incorrectes – se comportant de la façon que je pense être inacceptable – la seule question que je dois me poser est « Est-ce que je fais ça moi aussi ? Et si oui , ne dois-je pas le corriger ?

Ou y-a-t-il quelque chose d’autre que je fais ? Quelque chose auquel j’ai besoin de m’éveiller, ou que je dois abandonner ? Où est-ce que je dois rester inaffecté, compatissant et tolérant ? »

La question est :
“Vais-je corriger mon propre comportement ou est-ce que je veux que les êtres dans mon univers dont je suis responsable, périssent, parce que je n’ai pas changé, et par conséquent ils continuent à s’attrister de ce même comportement erroné ? Combien de temps encore est-ce que je veux que mes compagnons de pratique souffrent la torture dans les camps, parce que je n’ai pas suffisamment changé moi-même ? Où sont mes pensées droites ? Est-ce que je les utilise pour dissoudre mes failles ? A combien de projets de Dafa est-ce que je veux retirer mon soutien, parce que j'estime qu’ils envisagent les choses de la mauvaise manière ? Avec combien de pratiquants je veux ne pas coopérer ? Mes pensées droites se soucient-elles des corps des autres pratiquants ? Soutiennent-elles les autres pratiquants et leurs projets ? Combien de temps encore je veux que cela se prolonge ? »

Alors la seule question qui reste est , “'comment puis-je ne pas être prêt à faire ce qu’il faut pour être un véritable disciple de Dafa ? »

Mon niveau étant limité je suis reconnaissant pour toute correction.


Traduit de l'anglais
http://www.clearharmony.net/articles/200302/10506.html

Published : Monday, 24 February 2003

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.