La condamnation de Mme Wang Yueqin au camp de travaux forcés pour femmes de la province du Hebei est prolongée

Le 10 mars 2009, les policiers du commissariat de police de Dongli, de la ville de Shijiazhuang, ont arrêté Mme Wang. Elle a reçu une peine d'un an et demi au camp de travaux forcés pour femmes de Shijiazhuang, dans la province du Hebei. À la fin de sa peine en septembre 2010, les fonctionnaires ont refusé de la libérer parce qu'elle n'avait pas renoncé à sa croyance dans le Falun Gong. On a dit aux membres de sa famille qu'elle serait libérée un de ces jours en octobre, mais que si sa position actuelle ne changeait pas, elle serait de nouveau arrêtée.

Le camp de travaux forcés pour femmes de la province du Hebei

À l'intérieur du camp de travail

Sous le signe « Harmonie », la torture brutale est la norme

Mme Wang a été envoyée à l'équipe n°1 dans le camp de travail et gardée dans une petite cellule. Les gardiens et les détenues, qui travaillaient pour les fonctionnaires du camp, l'ont à tour de rôle torturée pendant huit jours. En raison du traitement brutal auquel elle a été soumise, elle a fait une grève de la faim pendant trois jours pour protester de son innocence.

La gardienne Liu Ziwei a enlevé Mme Wang de sa cellule et essayé de la forcer à faire le travail dur quand elle refusait toujours de renoncer à sa croyance après la torture. Le 17 mai 2009, Mme Wang a dit à la gardienne qu'elle ne pouvait pas travailler en raison de sa faible santé physique. Liu Ziwei et une détenue appelée Zhu Liying l'ont torturée. Les détenues Wang Xiane et Zhang Luyu ont saisi les cheveux de Mme Wang et cogné sa tête contre un mur tandis qu'elle recevait des coups de pied et des coups. La tête, le visage et la bouche de Mme Wang ont saigné et elle a perdu le contrôle de ses intestins. Elle agonisait de douleur.

Les pratiquantes au camp doivent commencer le travail à 5 heure le matin et travailler 17 heures par jour. Les détenues surveillent strictement les pratiquantes au travail et les ont souvent battues et insultées. Mme Wang a été forcée de sélectionner des graines de coton et ensuite de nettoyer le bâtiment, y compris les toilettes, avec une autre pratiquante appelée Liu Li. Mme Liu avait été impitoyablement battue, électrocutée avec des matraques électriques et suspendue pendant de longues périodes. (Les rapports sur la persécution de Mme Liu au camp de travail peuvent être trouvés dans l'article : « Mme Liu Li raconte la torture qu'elle a éprouvée au camp de travaux forcés dans la province du Hebei » http://www.clearwisdom.net/html/articles/2010/6/13/117818.html)

Quand Mme Wang et Mme Liu ont refusé de laver à main les vêtements personnels des gardiens le 29 novembre 2009, elles ont été enfermées dans une chambre d'entreposage et forcées de rester debout là pendant 24 heures. Le jour suivant, Liu Ziwei les a fait rester debout là pendant encore 48 heures. Elles ont été forcées de faire le travail physique pendant le jour et de rester debout pendant la nuit. Le corps de Mme Liu a commencé à enfler, elle s'est sentie étourdie et ne pouvait plus rester debout. Elle a été forcée à utiliser de l'eau glacée pour se laver les cheveux et prendre une douche. Son corps et sa tête avaient mal chaque fois qu’elle touchait l'eau froide. Elle a eu la diarrhée et a dû aller souvent aux toilettes, mais les gardiens ont limité le nombre de fois qu'elle pouvait aller aux toilettes. Les pratiquantes Wang Yueqin, Ji Shujun et Liu Li ont fait une grève de la faim pendant quatre jours pour protester et exiger qu'on permette à Mme Liu d'aller aux toilettes plus souvent.

Les informations sur les gardiens :

Liu Ziwei est une gardienne, identité de police #1356101, elle est actuellement chef de l'équipe n°1. Elle a travaillé au camp de travail de Balizhuang, dans la ville de Baoding, en 2001, et elle a été transférée au camp de travail pour femmes de la province du Hebei, quand le camp a été établi en 2007. Liu Ziwei est très brutale et barbare en torturant les pratiquantes, et elle emploie des détenues pour l'aider. Elle prolonge souvent la peine des pratiquantes dans le camp de travail et ses crimes ont été rapportés plusieurs fois sur le site Internet de Clartés et Sagesse.

Feng Kezhuang était employée à la prison pour femmes de la province du Hebei et plus tard, elle a été transférée au camp de travail pour femmes de la province du Hebei comme directrice adjointe de l'équipe n°1 et 4. Sous ses directives, les gardiens battent brutalement les pratiquantes et les électrocutent avec des matraques électriques. Elle a ordonné que les pratiquantes soient gavées quand elles font une grève de la faim, ou a dit aux gardes de ne pas leur donner de nourriture. Elle a également privé les pratiquantes de sommeil et de l'utilisation des toilettes.

Les personnes responsables de la persécution :

Le camp de travail pour femmes de la province du Hebei : Route Shitong, Shijiazhuang, code postal 050222
Zhou Quanzhan, chef du camp de travail : 86-311-83939188
Liu Ziwei, chef de l'équipe n°1 : 86-311-83939136
Feng Kezhuang, directrice adjointe de l'équipe n°1 et 4 : 86-311-83939177
Chef de l'hôpital : 86-311-83939123
Xu Zhenxuan, chef du commissariat de police de Dongli, police ID#080064 : 86-311-83835343
Zhang Jianqing, chef politique

Traduit de l’anglais au Canada

Version chinoise disponible à :
http://www.minghui.org/mh/articles/2010/9/14/229635.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.