L’esprit humain tel que transmis à travers la littérature classique traditionnelle

林椿 《熟果来禽》


La littérature est un art qui utilise des mots pour refléter la réalité objective ainsi que l’activité psychologique. C’est une partie importante de la culture. Le critère de la littérature classique est sa valeur littéraire et son héritage. Son contenu peut jouer un rôle de modèle, d’inspiration et d’éternité. La Chine a une tradition d’utiliser les poèmes pour véhiculer les ambitions, et la littérature pour l’instruction morale. La littérature classique attire ses lecteurs et cultive leurs esprits avec ses techniques d’art raffiné et ses profondes significations idéologiques et laisse à ses lecteurs une infinité d'arrières goûts.


La littérature classique inclut des poèmes, des vers, de la prose et des romans ainsi que beaucoup d’autres formes telles que 'ci' (poésie née dans la Dynastie Tang, écrite sur certains refrains avec de stricts schémas de tons et des procédés de rimes, en nombres déterminés de lignes et de mots), 'fu' (une forme littéraire complexe combinant des éléments de poésie et de prose), et la musique. L’influence de l’idée d’ "harmonie entre le Ciel et l'Homme" prêchée par le Confucianisme, le Bouddhisme et le Taoïsme s'agissant des relations entre les mots et le sens, a directement influencé et élevé le monde de la poésie, de la prose, la calligraphie, la peinture et la musique. Les manifestations de la littérature classique peuvent être résumées dans les catégories suivantes : pensées connectant à l’ancien passé, explorer la loi céleste, regarder à l’intérieur aussi bien qu’à l’extérieur, explorer les mystères, permettre à la dévotion immédiate d’être éternelle, et montrer l’éternité. J’explorerai les catégories suivantes.


1. Prêter attention à l’esprit rationnel de l’homme

Rechercher la vérité, la loi divine, ainsi que les valeurs humaines est un thème éternel dans la littérature classique. La perception qu'avaient les anciens du caractère éphémère de la vie humaine et éternel de l’univers ainsi que leurs réflexions sur l’histoire et la vie humaine représentaient en fait leur aspiration au monde infini et éternel. Le I Ching : Livre des changements était listé avant tout autre classique. Il montrait la cosmologie de l’ " harmonie entre le Ciel et l'Homme " qui inclut d’imiter le ciel et la terre, embrasser l’univers, connecter les êtres humains avec Dieu et corréler les êtres humains et la nature. Les hommes sont capables d’aider à transformer et à nourrir les pouvoirs du Ciel et de la Terre, et de se mettre en corrélation avec la nature. A part cela, le Livre des changements révélait les principes élémentaires de la relation entre les humains et la nature : les humains devraient prendre soin les uns des autres, être inclusifs de toutes choses et être honnêtes et tolérants.


Le Tao Te Ching de Lao Tseu (Le livre de la Voie et de sa Vertu), les classiques confucéens, Le Livre des Chants, Le Livre de l’Histoire, Les Analectes de Confucius et le Printemps, parlaient tous de la Voie divine et de respecter et promouvoir la vertu. Éduqués et nourris par les saints, les gens respectaient le Ciel et Dieu, se conformaient au Ciel et étaient satisfaits de leur destin, étant ouverts et francs mais sans jamais enfreindre les règles. Les diverses écoles de pensée basaient toutes leurs théories sur la Voie. Sima Qian de la Dynastie Han a écrit le chef d’œuvre Shih Chi : Annales historiques. Bien que Sima Qian ait vécu dans des temps difficiles, il plaçait quand même les idées morales au plus haut niveau de la recherche dans une vie humaine. Dans ces œuvres qui ont été transmises de génération en génération, certaines déploraient en soupirant le passage du temps, certaines réfléchissaient à la raison d’être homme, certaines exploraient les mythes de l’univers et d’autres encore aspiraient à quelque chose transcendant le monde mortel.


Une fois fixé un but élevé, il doit y avoir une voie pour atteindre ce but ; par conséquent, les saints dans différentes dynasties prêtaient tous attention à la cultivation. La conscience s'examinant elle-même, la valeur conscience et les efforts de cultivation, le constant perfectionnement de soi et la création d’une personnalité idéale, formaient l’esprit humain de " Transcendance interne " de la nation chinoise. Le classique confucéen, Livre des Rites – Le Grand Apprentissage indiquait : " Souhaitant rectifier leurs cœurs, ils cherchaient d’abord à être sincères dans leurs pensées " et à donner l’exemple en prenant personnellement part à "la cultivation de soi, l’harmonie en famille, gouverner l’état et la paix dans le monde. "Confucius disait aussi : " Lorsque nous voyons des hommes de valeur, nous devrions penser à les imiter ; lorsque nous voyons des hommes de caractère adverse, nous devrions nous tourner vers nous-mêmes et nous examiner. " Confucius a dit aussi : " Chaque jour, je m’examine moi-même plus d’une fois. " Ceci demandait un critère strict et complet pour soi-même, mais d’être simple et tolérant envers les autres. Ce n’est que de cette façon qu’on peut se cultiver soi même et devenir un homme bienveillant.


2. Démonstration de moralité et l’esprit de bienveillance

Véhicule important de la culture traditionnelle, la littérature classique est pleine de démonstrations de moralité, des relations humaines et des trois guides cardinaux (le dirigeant guide le sujet, le père guide le fils, et le mari guide la femme) et des cinq vertus permanentes (la bienveillance, la droiture, la bienséance, la sagesse et la fidélité) ainsi que les critères moraux. Tso Chuan (un commentaire sur les Annales du Printemps et de l’Automne) a consigné l’intention de Yu de lancer un Ding (un ancien vaisseau chinois à trois pieds) dans l’ancienne Dynastie Xia. On utilisait ce vaisseau qui symbolisait le primitif, pour révéler les esprits nuisibles et les choses étranges, rendant clair pour tous que le Ciel n’étendait ses bénédictions que sur ceux possédant les vertus. Par conséquent, les gens pouvaient recevoir une éducation morale à travers ce symbole.


L’esprit de bienveillance encouragé par l’école de Confucius est devenu le critère pour vivre ensemble, ce qui dans une ancienne société signifiait aimer les autres. Le Livre de l’Histoire parle des " cinq enseignements :" L’humanité du père, la bienveillance de la mère, l’amitié du frère aîné, le respect du cadet et la piété filiale du fils. Zhuang Zi conseillait : " Un amour de toutes choses, ciel et terre confondus " pour utiliser l’esprit de bienveillance, avec lequel traiter toutes choses dans le monde et former un seul corps avec le Ciel et la Terre. Au cours des plus de cinq mille ans d’histoire, d’innombrables personnes avec des idéaux élevés sont apparues. Toutes étaient totalement droites, honnêtes, pures et indifférentes à la flatterie et écoutaient les doléances des gens. Cette sorte de vertus et de recherches a conduit les chinois à conquérir toutes les épreuves et traverser ainsi le long cours de l’histoire jusqu’à aujourd’hui. C’est un des facteurs importants donnant sa grande vitalité à la littérature chinoise ; qui a formé une tradition littéraire de promouvoir la droiture et se soucier de la manière de vivre.


De tous temps les œuvres classiques célèbres on toutes prêté une grande attention à l’intégrité morale des personnages et toujours fait leur possible pour faire l'éloge de la loyauté, la piété, la chasteté et la droiture, ainsi que de ces personnes qui avaient de hauts critère moraux. Elles s’attachaient aussi à décrire un bon caractère. Les œuvres classiques non seulement prêtaient attention à la beauté extérieure des œuvres, mais aussi au riche contenu intérieur de moralité. Tout ceci donnait aux gens de grandes satisfactions esthétiques ainsi qu’un état élevé pour l’esprit humain.


3. Enseignement traditionnel de “la moralité à travers la littérature"

Un des traits importants de la culture traditionnelle est utilisé pour référence, parce que toutes les œuvres classiques ont une tradition d’éducation. Bai Juyi, poète de la Dynastie Tang disait : "Les articles étaient écrits avec l’arrière plan de temps, tandis que les poèmes, ci, song et fu étaient écrits pour les évènements individuels." Les anciens mettaient l’accent sur le caractère moral, la vertu, les mérites et l’exposition de ses propres idées en écrivant. Se soucier du monde devenait aussi leur responsabilité spontanée. Ils faisaient fi de la perte et du gain personnel, ne se satisfaisaient pas de gains matériels et ne s'appesantissaient pas sur les pertes. Ils avaient à l’esprit le pays et le peuple.


La littérature classique chantait les louanges de l’éclat et de la justice, condamnait l’obscur et le décadent, encourageait les critères moraux, promouvait la bonté, punissait le mal et soulevait la question de la destinée. Les œuvres classiques du Confucianisme, du Bouddhisme et du Taoïsme préconisaient toutes une philosophie de vie basée sur la vertu et la moralité. Le Livre des Song, Elégies et d’autres exprimaient la recherche d’une personnalité idéale. Lorsque Sima Qian écrivit des biographies de Lian Po et de Lin Hsiang-ju, il décrivit le comportement d’homme de bien de Lin Hsiang-ju ainsi que la disposition de Hsiang-je à réclamer sa punition et son intention de corriger ses erreurs après avoir pris conscience que cela était une manifestation concrète des critères moraux. Les gens peuvent ressentir la solennité et le style littéraire des Annales Historiques. Les poèmes Tang et le ci Song étaient décrits comme des trésors de la littérature chinoise. Ils sont devenus l’essence du sens profond de la culture chinoise et dépeignent le monde spirituel des gens. Les quatre célèbres romans des dynastie Ming et Qing ont aidé à élever l’esthétique des gens et les jugements esthétiques avec leurs intrigues fascinantes. Les recueils de romans courts Histoires d’une collection Ming parlaient de la rétribution karmique afin d’avertir les gens : "Faire de bonnes actions amène de bonnes récompenses, et de mauvaises actions de mauvais retours. "Ainsi tous pouvaient choisir et faire de bonnes actions.


Cette littérature classique indiquait les directions pour la vie et exprimait une forte préoccupation sociale et humaine. Grâce à la littérature classique, nous avons vu une Représentation de la Justice du Ciel et de la Terre et entendu un Chant de justice du monde humain. Ce sont comme des courants très purs, qui nettoient la saleté et la fange. Ces œuvres on non seulement déployé le processus de l’histoire chinoise avec leur langage et leurs formes d’art, mais aussi lutté pour de hauts critères moraux et la poursuite du principe d' " harmonie entre le ciel et l'Homme. " Ils ont fourni aux générations futures des sources spirituelles inextinguibles. Elles brillaient à la fois dans les personnages artistiques et idéologiques, inspiraient la conscience et les pensées compatissantes chez les gens, afin qu’ils puissent faire face à la Voie divine, transcender la vie humaine et faire le choix de la justice et de la compassion.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.