Réflexions préliminaires à une nouvelle science

La masse de la matière
.
Notre monde est fait de matière. Par définition, la matière est tout ce qui prend une certaine quantité d’espace et peut être ressentie par la perception et les sens. Elle possède une masse et et implique un espace. Pour comprendre la matière, on doit déjà comprendre l’espace et la masse. La perception et les sens, qui sont subjectifs, diffèrent d’un individu à l’autre. La masse est définie comme la mesure de l’inertie de la matière ; c’est la résistance d’un corps à l’accélération. On nous enseigne à croire que la masse est une propriété inhérente (la racine du mot "inertie"signifie " inhérent") d’un corps. Toutefois, ce point de vue est sérieusement discutable.

Selon la Seconde Loi du Mouvement de Newton, la force équivaut au produit de la masse et de l’accélération (F=m*a). Qu’est-ce exactement que la force ? La force est toute chose qui tend à changer l’état de repos ou de mouvement dans un corps. Mais, notre compréhension de la masse tourne autour de la force et de l’inertie. La force est extérieure à un corps. Une contre force sera générée si et seulement si une force est appliquée à un corps. Bien que nous croyons quand même que la force et la contre force se produisent en même temps, il y a exactement une relation de cause à effet entre les deux. En 1905, en se basant sur cela, Albert Einstein a publié la Théorie spéciale de la relativité. Il a déclaré que la masse d’un objet est une mesure de son énergie totale. Par exemple, lorsque l’énergie d’un objet augmente dans son énergie cinétique ou sa température, sa masse grandit. La masse d’un objet dicte son inertie et l’inertie produit la résistance à l’accélération. Lorsque la force est constante, une augmentation dans la masse induit une diminution dans l’accélération, et vice versa.


Qu’est-ce qui donne à la matière la propriété de masse inertielle ? Les physiciens font quelque fois allusion au Principe de Mach, mais ce n’est qu’un lien pas une conclusion. En 1992, Alfonso Rueda, un professeur à L’université d’état de Californie à Long Beach, a prouvé la Seconde Loi de Newton en utilisant la physique classique newtonienne. Jusque là, la loi était une assomption basique dans la physique de Newton, et n’avait jamais été prouvée. L’analyse et la preuve de cette loi est basée sur l’assomption qu’il existe un arrière plan – une mer de photons – un champ électromagnétique point zéro de quantum vacuum. La lumière visible est un spectre étroit dans le domaine des ondes électromagnétiques. Alfonso Rueda, Bernard Haisch (physicien au laboratoire de Lockheed Martin Solar d’Astrophysique à Palo Alto, en Californie) et IIal Puthoff ont dit voici longtemps que la masse est une illusion. La résistance d’un corps à l’accélération n’est pas due à sa masse inhérente. Dès que l’accélération apparaît, le champ point-zéro induira une contre force. Pour le dire en termes simples, il y a un arrière plan "mer de photons " qui remplit l’univers, qui génère une contre force pour résister à l’accélération chaque fois qu’un objet est poussé. C’est pourquoi les substances dans le monde paraissent solides et stables. En 1998, Alfonso est parvenu à la même conclusion en utilisant la Théorie de la relativité d’Einstein dans son analyse théorique. Absolument chaque moment de ce monde concret de matière est en fait soutenu par une "mer de photons ". Le monde est immergé dans une "mer de photons ", qui produit une force qui résiste à toute accélération lorsqu’on agit sur un corps. C’est pourquoi la matière qui constitue notre monde paraît solide et stable. [1].


Nous pouvons voir à partir de là, que considérer la masse comme une propriété inhérente d’un objet est quelque peu erroné. De plus, la mesure de la masse est étroitement liée au concept de poids. La masse définie de cette façon est qualifiée de " masse gravitationnelle. " Au 19ème siècle, Roland (1848-1919) a démontré par des expériences que la masse gravitationnelle n’était pas différente de la masse inertielle.


D’après la définition de la masse et sur la base des principes du Falun Dafa, nous en sommes venus à réaliser que la masse telle qu’étudiée dans la science moderne, équivaut à la restriction expérimentée par un corps au sein des limites d’un environnement.


Dans " Enseigner la Loi à la Conférence de Loi du Canada 2001", M.Li Hongzhi a dit " C'est parce que toutes les vies, toutes les matières sur la Terre et dans les Trois mondes, y compris l'air, l'eau, tous les objets existant dans les Trois mondes sont tous constitués de particules de tous les niveaux à l'intérieur des Trois mondes, entre les diverses particules de différents niveaux il y des rapports d’interconnexion. " Ma compréhension du mot 'toutes' dans " … constitués de particules de tous les niveaux à l'intérieur des Trois mondes " est la suivante. S’il y avait cent niveaux dans les Trois mondes, alors n’importe quel objet à l’intérieur des Trois mondes aurait les particules de ces cent niveaux. Un être existe à ce niveau qui correspond à son esprit primordial. Donc, c’est ce que veut dire le Maître lorsqu’il a dit qu’un être ou une vie qui se forme à l’intérieur des Trois mondes a ses formes simultanées d’existence à travers des niveaux. Il a été mentionné dans la Leçon sept de Zhuan Falun que : "Nous avons remarqué qu’au moment où un être humain voit le jour, de très nombreux autres lui-même naissent simultanément dans des espaces d’un certain domaine de cet univers; ils ont les mêmes traits, portent le même nom et font à peu près les mêmes choses que lui, c’est pourquoi on peut les considérer comme faisant partie de son être entier. " Dans "Enseignement de la Loi à la Conférence de Loi du Canada 2001", Maître a dit également : " Bien entendu, les interconnexions sont identiques pour ceux qui ont des poids identiques mais de volume différent, il y a autant de rapports d’interconnexion pour un objet de petit volume et de grande densité que pour un objet de grand volume, c'est pourquoi ils semblent d’un poids identique." "La surface de la Terre est la limite d'un niveau, dans ce niveau-là, on peut bouger horizontalement, c'est parce qu'on est tous dans le même niveau, tandis qu’un mouvement vers un niveau élevé qui dépasse son niveau sera tiré en arrière, parce qu'un objet sur la Terre est bien dans le domaine où se trouvent les particules de ce niveau. "


Ceci nous permet de comprendre qu’un corps placé à différents niveaux de l’espace expérimente probablement différents degrés de restriction. En fait, c’est vraiment différent. L’équation de Newton de la Loi de la gravitation universelle explique ceci : F=m1m2G/d2, où G est la constante gravitationnelle. La différence dans la force restrictive résulte des changements d’interconnexion entre les particules à différents niveaux. C'est-à-dire, la masse d’un objet peut changer selon l’environnement dans lequel il existe et la nature de ses interconnexions change également. Notre mesure de la masse est basé sur on m=F/a. Cette équation est applicable aux macros corps qui se déplacent à une vitesse lente. Pourquoi dis-je qu’elle n’est pas applicable aux corps qui se déplacent à une vitesse extrêmement rapide et accélèrent ?


Des principes du Falun Dafa, nous comprenons que “le niveau macro, à déplacement lent” fait allusion aux espaces verticaux qui ont simultanément une existence dans l’espace-temps, tandis que la “vélocité de la lumière, à déplacement rapide” correspond à d’autres espaces horizontalement. Lorsqu’un objet est accéléré jusqu’à un certain point, il finira par percer des espaces. Il est concevable que les espace le long de l’axe vertical différent considérablement des espaces le long de l’axe horizontal. Afin de comprendre plus exactement la masse d’un objet, nous devons avoir une compréhension plus précise des espaces.

(à suivre)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.