L’histoire de la brosse d’écriture chinoise

D'où vient la brosse d'écriture chinoise? Sima Qian a écrit dans les 'Annales de la grande histoire de la Chine' que : " Meng Tian a utilisé des poils des lièvres de montagne pour faire des brosses" ; Meng Tian (? - 210 BC) était un général de haut rang durant la dynastie Qin qui s'est distingué dans les campagnes contre les minorités du nord-ouest et dans la construction de la Grande Muraille de Chine. Les générations postérieures ont alors hérité de ce dicton comme quoi " Meng Tian est le créateur des brosses." Toutefois du temps de Meng Tian les autres états avaient également des brosses, mais aucune n’était appelée Bi (brosse). Seules les brosses confectionnées par le Général Meng Tian de la dynastie Ming étaient appelées Bi. Les brosses utilisées dans les autres états, tels que Chu, Wu et Yan, avaient toutes des noms différents. Ce n’est que quand Qin Shi Huang est devenu le premier empereur de la Chine unifiée, que la fabrication et l'appellation de la brosse d'écriture a été unifiée.

Cependant, à cette époque, la technique de fabrication des brosses d'écriture n’était pas encore perfectionnée, en outre, elle n'était pas popularisée. Par conséquent, les petites gens n'avaient pas accès aux brosses. On raconte dans les biographies des Immortels de Liu Xiang que pendant la période de l'empereur Huan de Han (132 A.D. - 168 A.D.), il y avait un fabricant de brosse du nom de Li Zhongfu. Un jour il prit les brosses qu'il avait fabriquées et alla au marché de Liaodong pour les vendre. Ne se souciant pas du fait que les gens aient ou non de l'argent pour le payer, il donna une brosse à chacun. De ce fait toutes les brosses partirent très vite. Le lendemain il apporta de nouveau dix paquets de brosses au marché. Comme il avait une grande compétence pour la fabrication des brosses, ses brosses furent très vite reconnues par la population..

Mais, quelle sorte de personne était-il ? Selon les Biographies des Immortels, Li Zhongfu faisait sa cultivation en suivant les enseignements du taôiste Wang Jun. Très vite il apprit de nombreux techniques taôistes, dont l’une était de disparaître en plein jour (invisibilité). De plus, il devint soudain très jeune alors qu'il avait plus de 100 ans.

Quand au début il apprenait la technique de l'invisibilité, il arrivait à rester invisible pendant seulement une centaine de jours. Plus tard il réussit à rester invisible pendant une période plus longue. Quand il conversait avec quelqu'un, l'autre personne pouvait seulement entendre sa voix, mais ne pouvait pas le voir. Un jour, une personne qui vivait en attrapant des oiseaux tendit un filet pour attraper des oiseaux à 250 kilomètres (156 miles) de la résidence de Li Zhongfu. Il attrapa un oiseau, mais cet oiseau se transforma en Li Zhongfu. Ils échangèrent quelques paroles et se dirent au revoir. Li Zhongfu reprit alors le chemin de son domicile. Il aurait fallu à une personne ordinaire plusieurs jours de marche pour parcourir une distance de 250 kilomètres, mais Li Zhongfu arriva chez lui le jour même. Il resta dans le monde humain pendant plus de 300 ans avant d’entrer dans le Mont Yue occidental. Depuis il n’est jamais sorti de la montagne.

Je connais cette histoire depuis quelque temps, mais c’est seulement quand j’ai vu la danse " la légende de la brosse " dans le spectacle de Shen Yun Performing Arts que j’ai décidé d’écrire cet article. J’ai eu soudain la compréhension que les anciens fabriquaient leurs brosses afin d’être des personnes droites. Probablement, ils espéraient que les générations futures seraient droites et ne diraient que la vérité.

Chers amis, quand vous rencontrez un groupe de pratiquants de Falun Gong aussi droits que les brosses d'écriture, et qui vous clarifie la vérité, sachez qu’ils le font par compassion et avec sincérité. Ne laissez pas l'occasion passer.

Version chinoise disponible à :http://www.minghui.org/mh/articles/2009/10/31/211427.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.