De nombreux policiers se réveillent peu à peu

Travailler dans la police est une profession particulière qui implique de maintenir la justice et la dignité humaine pour le bien de la société. Mais en Chine continentale, la majorité des policiers ne valent pas mieux que les voleurs et les criminels. C'est le groupe de personnes le plus à plaindre, car la plupart ne sont pas conscients que le régime communiste chinois les utilise pour mener à bien leur agenda pervers. Mais s'agissant de la compréhension et de l’opinion de chaque policier concernant Falun Dafa, il y a des différences ce que la suite va montrer ...

A, un policier dans la "classe d'instruction judiciaire "

Après la nouvelle année chinoise 2001, j’ai été relâché d’un centre de détention et emmené dans une soi-disant "classe d’instruction judiciaire". À peu près une semaine plus tard, l’incident prémédité de l'auto-immolation a eu lieu place Tienanmen. A m’a dit : "l'auto immolation est véridique ! Vous n’avez plus rien à dire ! " Je lui ai dit fermement : "C'était un événement mis en scène qui vous a trompé mais qui ne peut pas me tromper. " Comme je n’étais pas Tienanmen au moment de l’incident mais enfermé dans un centre de détention, A m’a demandé comment j’avais pu savoir que c’était un événement mis en scène.


Je lui ai dit: "Parce que de l’essence a été utilisée pour allumer le feu, comment est-il possible que le feu ait été éteint en juste quelques secondes… ? De même, la bouteille en plastique de Sprite remplie d’essence a miraculeusement survécu à la chaleur intense du feu sans fondre. Je vous demande, comment est-ce possible ? " Après que A ait réfléchi un instant il a dit : "Pourquoi est-ce que la police fait une chose pareille alors ? " Qu’essaient-ils d’accomplir ? " J’ai répondu: "Leur but était de manipuler le sentiment public contre le Falun Gong, ce qui leur permet de justifier leur persécution contre ce groupe de gens pacifiques. "


Il continuait à secouer la tête incrédule, disant : "C’est impossible ! " Il s'est mis tout à coup à me hurler dessus: "Vous êtes vraiment effronté ! Dès que vous avez vu cet incident d'auto-immolation vous osez l’analyser et dire qu'il est faux. "


J’ai souri et ai dit: "C’est parce que la perversité ne peut pas vaincre la droiture. Mon Maître m’a donné deux yeux de sagesse. Parce que les média dirigés par l’état vont diffuser non stop cette propagande calomnieuse , je vous suggère de considérer attentivement ce que je viens de dire et de vous assurer de ne pas être embobiné par ce que vous voyez ou entendez. "


Quelques jours plus tard il est venu me trouver et m’a dit ce qu’il pensait vraiment.


Après avoir contracté une blessure au couteau de 10 à 12 centimètres pendant la guerre du Vietnam, il a été assigné à un travail de bureau au poste de police local. Il m’a dit que lorsqu’il pleut cette cicatrice est très douloureuse et inconfortable.


Avant que la persécution du Falun Gong ne commence, le 20 juillet 1999, A savait que Dafa était bon et que cela pouvait rapidement guérir les maladies des gens, dont des maladies incurables. Donc il a décidé de commencer la pratique et a demandé à sa femme de lui confectionner un coussin de méditation. Elle a travaillé à faire le coussin pendant son temps libre et l'a terminé en une semaine—quelques jours après que la persécution ait commencé le 20 juillet 1999.


Il a pensé que c’était un coup de chance que sa femme ait pris aussi longtemps pour finir le coussin, autrement il aurait pu être la cible de la persécution. Il l’a même remerciée pour avoir pris son temps. Je lui ai dit que même s’il avait appris les exercices sur le point de pratique pendant trois jours, il aurait été capable de les faire seul après ça. Il a fait un signe de tête mais souriait pensivement.


Je l’ai aussi encouragé à pratiquer les exercices même si sa santé était bonne, car cette pratique pouvait lui donner quelque chose que l’argent et le pouvoir ne lui donneraient jamais. Je lui ai dit que même trouver un livre des exercices de Dafa aujourd’hui n’était pas facile. Il a immédiatement dit : "Je peux trouver un livre, pas de problème. " Je lui ai dit de chercher le livre avec des photos de Maître Li enseignant les exercices.


Quand je l’ai encouragé à changer de travail, il a répondu : "Je suis un vétéran de l’armée et je n’ai pas de compétences professionnelles, donc il me serait difficile de trouver un employeur qui voudrait m’embaucher. " J’ai dit: "Rien dans ce monde n'est trop difficile à faire. Si vous voulez vraiment changer de travail, une opportunité se présentera." Il est parti avec un air très satisfait.


‘B’ l'agent des permis de résidence de la "classe d'instruction judiciaire"

Parce que ‘B’ et moi-même nous connaissons depuis longtemps, nos conversations sont toujours agréables. Un jour ‘B’ m’a dit tout à coup : "Si moi, un officier de police, vous demandait si vous avez déjà distribué des circulaires de Dafa, je sais que vous ne me répondriez pas. Si je mentionne un lieu précis ainsi qu’une heure précise où j’ai trouvé certaines circulaires , vous ne l’admettriez pas. Je sais que chacun de vous pratiquants êtes capable de distribuer des documents de Dafa et que vous êtes très doués aussi pour le faire. " Nous avons tous les deux ri.
.

Il a dit : "Plusieurs fois j’ai vu des dépliants affichés quelque part, mais je n'ai jamais pu attraper les personnes qui les affichaient. Homme ou femme, jeune ou vieux, ils ont tous disparu en un instant ; ça va vraiment vite ! " J’ai dit: "Quand vous voyez ces dépliants mais ne pouvez pas attraper les personnes qui les affichent, c’est parce que vous n’êtes pas supposé les attraper. Si vous les attrapiez, vous auriez commis un crime contre le ciel et recevriez certainement des rétributions. " Il a immédiatement di t: "La rétribution existe vraiment et j’en ai déjà reçu! " Après que je lui ai demandé de quoi il s’agissait, il m’a raconté l’histoire suivante:


"Plus d’une fois je vous ai vu vous les pratiquants mettre des circulaires dans les boites à journaux, donc j’ai fabriqué un étau en métal et me suis promené aux alentours des différents quartiers habillé en civil, enlevant toutes les circulaires que je voyais. Parfois quand d’autres personnes me voyaient faire ça elles m’insultaient, pensant que je volais leur journal. J’ai été horriblement embarrassé quand cela s’est passé.


"Un soir après être sorti du travail, j’ai vu une femme mettre quelque chose dans plusieurs boites à lettre. Mais quand j’ai essayé de la rattraper, elle a soudainement disparu. Donc je suis retourné pour attraper les circulaires avec mon étau en métal mais je n'ai pas pu les attraper malgré tous mes efforts (la boite à lettre était suspendue assez haut.)


"Alors j’ai pris deux briques par terre, les ai posées l’une sur l’autre puis je suis monté dessus pour atteindre la boite avec mon étau. Ce faisant, j’ai perdu l’équilibre et suis tombé, glissant dans une flaque d’eau puis dans un tas de charbon. J’ai pensé que c’était très étrange que je roule aussi loin et que je percute un tas de charbon. Quand je me suis levé, j’étais couvert de suie noire, de la tête au pied."


Je n’ai pas pu m’empêcher de rire de son histoire, mais quand je me suis excusé, il a commencé à rire aussi. Après ça je lui ai sincèrement dit. "À partir de maintenant vous ne devriez plus faire ces choses-là. " Il a répliqué: "C’est mon travail; je suis payé pour le faire. " J’ai dit : "Qui saura si vous avez fait cette partie de votre travail ou pas? " Avec chaque circulaire que vous prenez, vous commettez un crime de plus contre le ciel. On vous a déjà averti de ne pas le faire. Si vous ne vous arrêtez pas aujourd’hui, même les membres de votre famille peuvent souffrir de rétribution. "C’est vrai !" s'écria t-il. "Ma fille a été percutée par une motocyclette et ma femme par une voiture. Comme c’est dangereux ! " Je lui ai dit que nous devions prêter attention à ce que le ciel veut que nous fassions. Puis je lui ai raconté une petite histoire.


Une pratiquante âgée qui vit seule avec une retraite de 360 yuans par mois donne 200 yuans aux pratiquants chaque mois de façon à ce qu’ils puissent produire des documents clarifiant les faits. Au moment où la nouvelle année chinoise approchait, une compagne de pratique est allée lui rendre visite.


Après être restée chez elle peu de temps, elle a réalisé que cette pratiquante âgée mangeait seulement des bouillies en y mélangeant quelques feuilles de légume, trois fois par jour. Elle n’a pas pu s’empêcher de pleurer quand elle a vu ça. Cette pratiquante âgée avait silencieusement persévéré comme cela pendant plusieurs années avec la compréhension que : "Tant que les gens arrivent à comprendre les faits concernant Dafa, ce n’est pas un problème pour moi d’endurer des épreuves."


Après avoir découvert cela, les autres pratiquants ne voulaient plus prendre son argent, donc elle a pleuré et pleuré, disant : "Je suis âgée et je ne peux pas utiliser un ordinateur pour imprimer des documents par moi-même. Le Maître m’a sauvé alors que j’étais près de la mort et je ne sais pas comment exprimer ma gratitude. Si vous ne prenez pas mon argent je ne sais pas comment je pourrais continuer à vivre ! "


Tout ceux qui ont entendu ses paroles ont éclaté en larmes. Finalement un arrangement a pu être fait par lequel on accepterait d'elle 100 yuans chaque mois pour faire des documents. Après avoir raconté cette histoire j’ai, moi aussi pleuré et l’humeur de ‘B’ était aussi très solennelle. Je l’ai encouragé à ne plus faire ces choses là et lui ai dit que notre Maître est venu pour sauver les gens.

‘C’ gardienne dans un camp de travail

Une garde que je connais parle souvent avec moi en privé. C’est comme ça que j'ai appris qu’elle avait une très mauvaise santé. Je savais que si je lui parlais directement de Dafa, elle ne serait pas capable d’accepter ce que j'avais à dire. Au lieu de ça, j’ai parlé de l’origine du qigong et de son efficacité à guérir.


Quand notre conversation est devenue plus ouverte et amicale, je lui ai dit que les méthodes régulières de qigong ne cultivent pas l’esprit, donc elles ne peuvent pas véritablement éliminer la racine de la maladie d’une personne. Je lui ai dit que j’avais commencé à pratiquer Dafa seulement après avoir absolument compris ce point là.


Petit à petit je lui ai parlé des merveilles de Dafa et elle a finalement un peu accepté ce que je lui disais à son niveau. Un jour elle est venue me trouver et a dit : "Je serai absente pendant une semaine donc je vous verrais à mon retour. A bientôt !" J’ai dit: "Votre santé n’est pas bonne et vous ne pouvez pas bien dormir. Laissez-moi vous apprendre une méthode qui vous permettra de dormir sans problème. "


Puis je lui ai dit: "Asseyez-vous en méditation sans penser à rien et essayez d’entrer dans un état de tranquillité. Progressivement essayez de prolonger la durée de cet état. " Puis je me suis assis sur un lit et lui ai appris les mouvements. Elle a dit : "C’est bien, je le ferais avant d’aller dormir, à partir de ce soir. "


Une semaine plus tard elle est venue et m’a dit: "J’ai pratiqué cet exercice pendant une semaine et je me sens très bien. " Nous avons tous les deux sourit. Puis je lui ai parlé des enseignements de la Loi du Maître et des limitations de la science, ce qu’elle a accepté assez facilement. Après avoir parlé pendant à peu près deux heures et demie, elle m’a soudainement demandé : "M’enseignez-vous le Falun Gong ?! "


J’ai dit: "Vraiment, peu importe quelle pratique c’est, tant que cela vous aide, n’est-ce pas? De plus, cela vous libère réellement. " Elle a rougi et a dit qu’elle avait quelque chose à faire puis elle est partie. Avec le temps, elle me posait souvent des questions concernant Dafa et m’a dit comment sa pratique progressait. Je l’ai encouragée à chercher un livre de Dafa à lire, ce à quoi elle a répliqué : "Je pense qu’il y a une copie de Zhuan Falun dans mon bureau, " puis elle a souri. Même après que je sois parti du camp de travail forcé, nous sommes toujours restés en contact.


''D', Mon voisin, et agent de police

En 2002, juste après ma libération d’un camp de travail forcé, ‘D’est venu chez moi pour me rendre visite, disant : "Rien ne peut vous changer, vous n'avez qu'un seul mot à la bouche : ‘cultivation ’. Nous avons tous deux sourit, de même que tous les membres de ma famille.


Je l’ai encouragé: "Parce que vous travaillez au poste de police local, vous devez traiter les pratiquants avec bonté. Vous devez ausi prendre bien soin des livres de Dafa que vous confisquez. Quoi que vous fassiez, ne détruisez pas les livres, ce serait un crime contre le ciel. " Il a dit d’un ton grave: "Oui, je m’en souviendrais. "


Puis il m’a dit: "Vos emblèmes du Falun sont tous vivants. Comment se fait-il que vous ne m’ayez jamais dit ça ? Dans le passé quand je les prenais je les mettais dans une boite. Au total, j’avais collecté au moins une centaine d’emblèmes. Plus tard certaines personnes m’ont dit qu’elles sont vivantes et capables de tourner et même très vite. Donc je suis allé ouvrir la boite et j’ai regardé et pas une seule emblème n'était dedans. Les autres officiers de police les avaient prises et emportées chez eux. Ils connaissaient apparemment ces emblèmes avant moi ! "


Quand je l'ai interrogé concernant les livres de Dafa qu’il avait confisqués, il a dit : "Pendant ces deux années nous avions des livres qui arrivaient chaque jour, dont les livres de gens qui ont abandonné la pratique. Nous avons stocké ces livres dans une pièce à part, ils remplissaient presque la pièce. Pendant quatre ans personne n’a osé détruire ces livres. Ces deux dernières années, chaque officier a pris un livre, nous laissant seulement un tiers du volume originel des livres. Chacun dans son cœur sait ce qui se passe. " Alors nous avons tous deux sourit.


'E' Un directeur retraité d’un poste de police local, ‘E’

J’ai rencontré ‘E’ lors d’un mariage où il a déversé sa rancune et son indignation concernant l’état des affaires dans le monde aujourd’hui. Quand nous avons parlé, je l’ai encouragé à faire les "trois démissions" (démissionner du Parti communiste chinois et de ses deux organisations de jeunesse). Il s’est avéré qu’il était au courant de tout, des désastres du ciel aux désastres causés par l’homme ; du chef de la perversité, Jiang Zemin, au Falun Gong et aussi les "Neuf commentaires sur le parti communiste". En 20 minutes il a été d'accord pour les trois démissions en utilisant son nom réel.


Parce qu’il savait que j’avais un ordinateur et imprimais des circulaires de Dafa chez moi, la deuxième fois que nous nous sommes rencontrés, il m’a demandé si il pouvait avoir une copie de toutes les différentes circulaires que j’avais. Il a dit qu’après les avoir lues il les ferait passer aux autres et que c’était plus commode pour lui de le faire que pour moi.


En parlant avec chacun des ces policiers, j’ai appris que certains pratiquants les avaient encouragé à s'acquitter des trois démissions avant moi, mais ils avaient tous refusé. Pourquoi ? Parce que nous n’avons pas fait attention à notre façon de parler.


Pratiquants, s’il vous plait faites attention à ce problème car il est très important que nous donnions une bonne impression aux gens afin qu'ils nous fassent confiance. Et quoi que vous fassiez, je vous prierai de ne pas essayer de persuader les gens de renoncer au parti communiste en leur disant : "Quelqu’un que vous connaissez a déjà fait les trois démissions. " Certains ont refusé de démissionner pour cette unique raison.


La chose la plus difficile à faire pour un être humain est de changer sa façon de penser. Sous la force toute puissante de la rectification de la Loi, il semble en surface que ce soit les policiers et les gardes de prison qui essayent de changer notre croyance, quand en fait, c’est nous qui changeons leur manière de penser et les sauvons !


Dans nos interactions avec les gens ordinaires, il n'y aucun problème qui ne puisse être résolu si nous nous disciplinons nous-mêmes pour agir d’après les principes de la Loi et que nous essayons patiemment de sauver chaque être que nous rencontrons. Je sais au plus profond de moi que si je rencontre un problème que je ne peux pas résoudre, c’est parce que j’ai certains attachements que je n’ai pas encore abandonnés.


Heshi au Maître et à mes compagnons de pratique !

Date de l'article original : 20/11/2008
Version chinoise disponible à http://minghui.ca/mh/articles/2008/11/8/189401.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs : chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.