Hong Kong Les pratiquants sont restés justes et droits face aux fausses accusations

L (nom omis pour raisons de sécurité) est un des témoins qui assistait au procès. Pendant l’interrogation, L. a répondu aux questions de manière noble. En même temps, le pratiquant s’est servi de diverses opportunités pour indiquer clairement la vérité derrière les fausses accusations, exposant ainsi effectivement la mauvaise intention derrière ces accusations. Le plaignant est resté à de nombreuses occasions sans argument.
Lors de l’examen-croisé, le plaignant a noté que L lisait d’après un carnet de notes lorsqu’il répondait aux questions. IL a aussitôt accusé le pratiquant de se servir de notes pour s’aider à garder une cohérence dans ses affidavits et le Juge a ordonné à L de remettre son carnet au tribunal. Le plaignant a essayé de diminuer la crédibilité des déclarations de ce pratiquant en mentionnant de nouveau le carnet dans ses remarques finales.
Quelque temps plus tard, L. partagea une copie de ses notes avec l’autre pratiquant. Il y avait là des phrases d’encouragement à penser et à agir droitement. Par exemple, « chaque mot, chaque phrase doit être en accord avec « Vérité, Compassion et Patience, » et « clarifier la vérité avec compassion, et ne jamais se mettre en colère » et « dire la vérité sans s’engager dans une discussion. » Il y avait aussi des déclarations exposant la réalité derrière le procès, comme, « L’affaire d’aujourd’hui n’a rien à voir avec l’obstruction d’un trottoir, ce fait n’a pas besoin d’être discuté. Cette affaire est une bataille entre le bien et le mal, le bon et le pervers. » Les pratiquants étaient touchés par les pensées droites de L, et immédiatement ont atteint la compréhension que chacun devrait faire plein usage de cette opportunité pour clarifier la vérité et faire connaître au public la pureté des pratiquants de Dafa, et réaliser l’absurdité des fausses accusations.

Puis, les pratiquants reprenant des phrases de L. pendant la discussion de groupe firent remarquer qu’elles étaient simplement des principes de Fa et comment il les comprenait. Ils louèrent les actions droites de L. Avant le procès le jour suivant, les pratiquants communiquèrent avec leur avocat. Après avoir lu des extraits des notes de L. , l’avocat se montra très satisfait. Il se servit du matériel des pratiquants et ajouta, « Si tous mes témoins pouvaient être comme L. »

La droiture et la détermination du pratiquant étaient pleinement exposées dans le tribunal. En même temps, le champ d’énergie dans le tribunal changeait. Si le juge pouvait confisquer les notes dont le pratiquant se servait pour encourager des actions droites, le juge ne pouvait pas enlever « Vérité, Compassion, Patience » du cœur des pratiquants de Dafa.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.