Mr. Zhang Hongquan, un pratiquant de l'agglomération de Daqing, dans la province du Heilongjiang, a été persécuté à mort

M. Zhang Hongquan, un ingénieur IT à la Compagnie de Surveillance des forages du Bureau de l'Administration du gisement pétrolier de l'agglomération de Daqing a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1997 et retrouvé un corps sain.

Toutefois sa vie a changé après le 20 juillet 1999, lorsque le régime communiste chinois a réprimé le Falun Gong. Zhang Hongquan s'est rendu dans les agences de son gouvernement local pour clarifier la vérité à propos du Falun Gong mais ce qui l'attendait là était l'arrestation. En 2000, il a été détourné de son chemin par son employeur alors qu'il se rendait à Pékin pour faire appel en faveur du Falun Gong, et a été par la suite détenu pendant des mois. Ils l'ont persécuté en lui retenant son salaire, puis il a été licencié.

M. Zhang Hongquan est allé dans le village de Longhugang, dans le comté de Dumeng, en novembre 2001 pour clarifier la vérité, mais le secrétaire du parti local l'a dénoncé et il a été emmené au Centre de détention du comté de Dumeng, où il a été passé à tabac par la police plusieurs fois et a commencé une grève de la faim qui a duré plus de 90 jours pour protester de la persécution illégale. Les gardes l'ont gavé avec du poulet à travers un tube sale, lui causant une sérieuse phthisis, et il a perdu le contrôle de ses fonctions corporesses. Bien que M. Zhang fut au seuil de la mort, les autorités au centre de détention ont dit qu'elles le détiendraient jusqu'à sa mort. En 2002, M. Zhang a été condamné à trois ans et demi d'emprisonnement.

Zhou Xin, un garde au Centre de détention de Dumeng, a emmené M. Zhang à la prison numéro 3 de la ville de Harbin, mais ils ont refusé de l'accepter du fait de sa mauvaise santé jusqu'à ce que Zhou Xin les achète.

A la prison numéro trois, M. Zhang a refusé de renoncer à ses convictions et il a été enfermé dans la petite cellule et fréquemment passé à tabac par les gardees. Ils l'ont gavé de force jusqu'à ce que sa vie soit en danger. La prison a saisi l'opportunité pour extorquer 30.000 yuans à sa famille comme soit disant tarif de traitement.

Plusieurs pratiquants de Falun Gong ont été persécutés à mort à la Prison Numéro Trois, et pour dissimuler la vérité les autorités ont transferré certains des pratiquants détenus à d'autres prisons. Monsieur Zhang Hongquan a donc été transferré à la Prison de Mudanjiang où la torture a continué.

En juillet M. Zhang a été relâché, mais il a perdu en partie la mémoire. Il ne reconnaissait plus que les membres de sa famille et ne pouvait se souvenir où il venait juste d'aller, sans parler des choses qui s'étaient produites des années auparavant. Plusieurs pratiquants d'autres régions ont aussi souffert des mêmes symptomes après qu'ils aient été relâchés de la prison. Ils ont vraisemblablement reçu des injections de drogue endommageant le système nerveux central, amenant une perte des fonctions de la mémoire et de la coordination.

En septembre 2006, après avoir un peu récupéré, M. Zhang est retourné travailler et a continué à clarifier les faits. Il a été arrêté de nouveau alors qu'il affichait des informations sur le Falun Gong, et a été emmené au Centre de détention de Longfeng, où il a été inhumainement traité, et plusieurs mois plus tard il a été condamné à trois ans de travail forcé.

Du fait de la persécution continue qu'il a soufferte pendant toutes ces années, la phthisis de M. Zhang a réapparu alors qu'il était dans le camp de travaux forcés. Une cavité s'est creusée dans ses poumons, mais il n'a été relâché qu'après plusieurs requêtes de sa famille. Néanmoins, M. Zhang Hongquan est finalement décédé le 24 février 2007.

Date de l’article original: 11 /3/2007

Version chinoise disponible à :
http://minghui.ca/mh/articles/2007/3/1/149919.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.