Crimes contre les pratiquants dans la prison de Jiamusi dans la province du Heilongjiang

La prison de Jiamusi a toujours joué un rôle actif dans la persécution des pratiquants de Falun Dafa.
Par exemple, dans la troisième prison, le gardien de prison Yunlong a toujours été le plus actif des criminels impliqués dans la persécution des pratiquants. Il incite d'autres détenus à surveiller les pratiquants, ne leur permettant pas de communiquer entre eux et à enregistrer toutes leurs activités quotidiennes, y compris même les choses aussi banales que les habits qu'ils portent, ce qu'ils mangent, comment ils vivent et s'ils ont fait une promenade. Les gardiens essayent de forcer les pratiquants à écrire des « déclarations de repentir » et ils incitent d'autres détenus (dont la plupart ont commis un meurtre) à battre brutalement les pratiquants qui refusent de coopérer. Les gardiens même encouragent les détenus, en leur disant que peu importe le moyen qu'ils emploient, s'ils arrivent à "transformer" les pratiquants de Falun Gong, leur peine sera réduite. (Les détenus Zhang Jincheng et Hu Chuansuo ont ainsi tous les deux obtenu une réduction de leurs peines et ils ont été libérés.)

Avec un pareil soutien, les détenus ne se soucient pas de ce qu'ils font. Les pratiquants sont forcés chaque jour à rester debout contre un mur, avec leur tête penchée, leurs jambes posées sur une table, avec un bac rempli d'eau accrochée à leur cou et suspendu à 90 degrés au niveau de leur taille. Ce n'est qu'une des nombreuses formes perverses de persécution qu'ils emploient. Si les pratiquants refusent d'écrire des «déclarations de repentir », les gardiens leur donnent des coups de poing et quand leurs poings se fatiguent, ils utilisent leurs bâtons. Le pratiquant M. Duan Yifa à été battu tellement fort, qu'il a dû rester au lit pendant une semaine. Ses fesses, son dos et ses jambes entières sont devenus tout noirs et sont restés dans cet état pendant un mois. Certains prisonniers qui ont encore un peu de conscience ont dit: « Ces gardiens sont inhumains! » Un autre pratiquant, Huang Shisheng, a été battu tellement fort, qu'il n’a pas pu se redresser pendant une longue période. Dans certaines zones de la prison, les pratiquants ont été privés de sommeil pendant sept jours et sept nuits. Dans d'autres zones ont a vu, employer des formes de torture les plus brutales et inhumaines, telles que « les bâtons de bambou » (insérer des bâtons de bambou sous les ongles des pratiquants). Certains pratiquants ont été torturés presque à la mort.

Le sous-chef de la prison Liu Changyu est le plus méchant de gardiens. Il s'est entièrement engagé à persécuter les pratiquants. Suite à son instigation, les gardiens forcent les pratiquants à exécuter les travaux forcés.

Quand les pratiquants font la grève de la faim pour protester contre la persécution, les autorités les gavent. Après que Liu Junhua ait commencé la grève de la faim le 6 décembre, le gardien de prison Peng Lin a ordonné à des détenus criminels d'amener chaque jour M. Liu dans la zone de travail et de le ramener le soir. Cette situation a duré pendant un mois, malgré le fait que M. Lin ne pouvait plus le supporter. En faisant la grève de la faim depuis un demi-mois dans des conditions d'une torture sauvage et gavage, Liu est devenu très faible. On a blessé son œsophage avec l’insertion du tube en plastique qu'on lui enfonçait dans la gorge, il a développé une toux sèche et il vomissait du sang. Peng Lin a même dit : « Si vous ne l'avez pas bien enfoncé, alors enlevez-le et l'enfoncez encore une fois. » Avec un tube en plastique qui restait enfoncé à travers l'œsophage jusqu’à l’estomac pendant plus de dix jours, a blessé son œsophage et Liu éprouvait de grandes douleurs. Il était au seuil de la mort et ne pouvait plus être nourri de force.
Même après cela, au lieu d'être libéré, il a été envoyé à l'hôpital pour encore 40 jours de persécution. Quand ses vieux parents sont arrivés en avion de l'étranger pour lui rendre visite, ils ne pouvaient même pas reconnaître leur fils, dans cette personne émaciée, qui avait été une belle personne et pleine d'énergie. La mère de Liu s'est évanouie immédiatement et a repris connaissance seulement après avoir reçu des soignes intensifs à l'hôpital. Afin d'éviter la responsabilité, les autorités ont menti à la mère de Liu en lui disant que si Liu n'avait pas été gavé, qu’il serait mort depuis bien longtemps. La mère de Liu s'est laissée tromper par les autorités, et au lieu de les accuser de leurs crimes, à essayer de persuader Liu de commencer à manger.

Les employés de la prison de Jiamusi :
Bureau des hauts fonctionnaires de la prison de Jiamusi : 86-454-8816088, 86-454-8816259
Bureau des plaintes de la prison de Jiamusi : 86-454-8816015
Gardiens de la prison de Jiamusi
Le récemment nominé sous-chef de la prison: Liu Changyu
Responsable (chef?) divisionnaire de la première unité de garde: Wei Jianmin
Responsable divisionnaire de la troisième unité de garde: Wang Qingjun
Responsable pour l'éducation: Cui Haijun
Instructeur de la deuxième équipe : Peng Lin
Responsable de l'équipe d'éducation : Dong Guiyong
Instructeur de la première équipe : Song Yunlong

Traduit de l’anglais en Suisse le 13 février 2007
Version chinoise disponible à : http://minghui.ca/mh/articles/2007/1/30/147908.html
Traduit de l'anglais de : http://clearwisdom.net/emh/articles/2007/2/8/82476.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.