Le camp de travail de Jiamusi, division des femmes (province du Heilongjiang) torture brutalement les pratiquantes de Falun Gong

Le Parti communiste chinois (PCC) a donné des ordres directement aux camps de travail leur demandant d’utiliser des méthodes de torture inhumaines contre les pratiquants. Depuis le lancement de la persécution du Falun Gong le 20 juillet 1999, j’ai été emprisonnée deux fois dans des camps de travail pour un total de quatre ans et demi. Pendant cette période j’ai vécu la torture et j’ai vu des pratiquantes être brutalement torturées.

Toutes les pratiquantes fermes dans leur pratique ont subi des tortures inhumaines dans le camp de travail de Jiamusi

1. Isolation: Le personnel du camp de travail met les pratiquantes fermes dans des cellules d’isolation. Les pratiquantes ne sont pas autorisées à quitter la cellule d’isolation pour quelque activité que ce soit et surtout pas pour des activités extérieures. En même temps on ne leur permet pas d’étudier la Loi (Ndt : les enseignements du Falun Gong), de pratiquer les exercices ou de se rassembler avec d’autres pratiquants aussi fermes qu’eux. Si jamais ils se rencontrent par hasard on ne leur permet même pas de se regarder. La visite de la famille et des amis n’est pas autorisée. Un membre de la famille ou un ami n'est autorisé à voir une pratiquante que s'il calomnie d'abord le Maître et Falun Dafa. Pendant la période d’isolation les pratiquantes sont forcées à regarder des programmes télévisés qui calomnient le Maître et Falun Dafa. Le personnel du camp essaie de détruire la volonté des pratiquantes par une isolation extrême et par une pression psychologique. Ils veulent que les pratiquantes renoncent à la pratique et à leur croyance en Vérité, Compassion et Tolérance.

2. S’asseoir sur un petit tabouret: Le soi disant « petit tabouret » est en fait un axe de moins de 20 cm (8inches) de haut et moins de 25 cm (10 inches ) de diamètre. Il est utilisé pour enrouler des fils isolés industriels. Il y a un trou au milieu de l’axe et à l’intérieur du trou il y a une longue vis qui dépasse du trou. Quand on reste assis longtemps sur l’axe la vis en fer se colle à la fesse et à la chair et le sang colle au pantalon. Une fois libérée les victimes de cette torture ne peuvent plus marcher. Toutes les pratiquantes sont soumises à cette torture qu’elles soient jeunes ou âgées. Personne n’a le droit de mettre un tapis sur le tabouret. Si on découvre qu’un ou une pratiquante a mis une couverture il ou elle est battu(e). Parfois ils pincent les victimes, leur donnent des coups de pied, les choquent avec des bâtons électriques ou les menottent. Le pratiquant doit se lever à 5H30 du matin, après ses besoins quotidiens, tels aller aux toilettes, se laver, le pratiquant est emmené dans la cellule d’isolation où il reste assis sur le tabouret jusqu’à 23H30 ou minuit. Celui ou celle qui parle ou ferme les yeux pendant qu’il ou elle est assis(e) sur le tabouret, restera assis sur le tabouret encore plus longtemps que prévu. Certains pratiquants restaient sur ce tabouret jusqu’à minuit trente ou une heure du matin.

Les tortures cruelles subies par les pratiquants
Pendant le Nouvel An Chinois de 2001, après que l’appel des pratiquantes dénonçant passages à tabac, abus verbaux et autres tortures ait été rejeté par le bureau d’inspection du camp de travail, elles ont demandé à rencontrer le directeur du camp. Zhu Tiehong l’instructrice politique de la division a demandé à toutes celles qui voulaient rencontrer le directeur de la suivre. Une dizaine de pratiquantes ont été ainsi emmenées dans un bâtiment vide. Liu Hongguang le dirigeant de la division ainsi que des dizaines de gardes mâles et femelles attendaient à l’intérieur du bâtiment. Ils ont entouré les pratiquants et deux ou trois gardes attrapaient une pratiquante et la jetaient sur un lit vide comme un sac de pommes de terre. Elles ont été détenus selon la méthode de « stricte surveillance » pendant neuf jours dans ce bâtiment. La pratiquante Mme Jin Lihong de Qitaihe a clarifié la vérité à un des dirigeants du camp de travail. En réponse, les tortionnaires ont fourré une couverture en coton dans sa bouche pour l’arrêter de parler. Mme Jin a failli mourir. La pratiquante Mme Yang Yubo de Huanan a été condamnée par des dirigeants des équipes d’inspection à rester sur la chaise en fer pendant trois jours et trois nuits parce qu’elle a protesté contre la torture des pratiquantes. Une fois libérée ses jambes étaient enflées et elle pouvait à peine marcher. La pratiquante Mme Wang Shujun de la ville de Jiamusi a été diagnostiquée d’une nécrose des reins avant le Nouvel An Chinois 2001.Elle avait des problèmes pour respirer et pour uriner. Elle devenait aveugle et était à l’article de la mort. Le personnel du camp de travail a eu peur qu’elle ne meurt dans le camp et l’a libérée.

En 2001, alors que la pratiquante âgée Mme Zhao Yaxian de Fujin lisait des conférences écrites par le fondateur de Falun Dafa, M. Li Hongzhi, le chef de la division Mu Zhenjuan l’a attrapée et lui a ordonnée de lui remettre les articles. Mme Zhao a refusé. Mu Zhenjun a essayé de prendre les articles de force et ce faisant a cassé un os de la main de Mme Zhao. Fin 2002 une nouvelle garde du nom de Chen Jing a cassé un os de l’avant bras de Mme Lu Jing. Mme Lu était une pratiquante de Yilan. La pratiquante Mme Zhang Yufang qui vivait en banlieue de la ville de Jamusi a failli perdre l’œil droit suite à un passage à tabac par la garde Hou Li. La cheville de Mme Zhang est devenue enflée et est toujours en mauvais état. La jambe de la pratiquante Mme Meng Guifen a été blessée suite au tabassage par des gardes mâles et a mis plusieurs mois à guérir.

En octobre 2002, les gardes du camp de travail de Jiamusi division des femmes ont torturé des pratiquantes pour leur faire renoncer à la pratique de Falun Dafa. Les méthodes de torture incluaient les chocs avec des bâtons électriques, être menottée et suspendue, avoir les mains menottées dans le dos, être tabassée, restée assise pendant une longue période de temps sur une chaise en fer et être mis en isolation.

Une fois que les gardes ont sélectionné une victime, ils la soumettent à une torture cruelle appelée la position «contorsion dorsale forcée » Les deux mains des pratiquantes sont menottées derrière le dos avec une main passant par-dessus une épaule. Les deux mains sont alors menottées ensemble au montant du lit. La victime est forcée de s'asseoir par terre à angle droit et n'est pas autorisée à plier les jambes. Cela cause de grandes souffrances aux pratiquants. Pendant qu'elles sont soumises à cette torture les gardes et les détenues criminels tordent et tirent constamment les mains des victimes leur causant une douleur insupportable. Les mains enflent en peu de temps et les menottes coupent les poignets. La victime est à bout de souffle, a des battements rapides du cœur et est trempée de transpiration.

Certains pratiquants ne supportant plus la douleur écrivaient ou signaient sous la contrainte les déclarations déjà préparées par les gardes. Bien que les déclarations qui trahissent le Maître et la Loi étaient écrites sous la contrainte, les pratiquants qui les signaient soufraient d’une grande détresse mentale. Les pratiquants étaient convaincus qu’ils avaient commis une disgrâce qui ne pouvait pas être effacée avec des mots ou des actes. La douleur mentale était pire que la douleur physique.

Les pratiquants qui ont subi les tortures y compris Mme Pu Yanchun du bureau administratif de Hongxinglong une étudiante de troisième année du département anglais de l’université de Heilongjiang, Mme. Li Guoyund de Hegang, Mme Zheng Yingchun de Fuyuan, Mme. Wang Yingxia, Mme Kang Aimin, Mme Tong Li de Jiamusi et Me Huang Xiaolei de Hegang, une étudiante de deuxième année de l’Ecole des Arts de Harbin, toutes ces victimes ont eu diverses blessures. Mme Zhao Lixia de la ville de Jiamusi a eu une maladie de cœur après avoir subi la torture de « la position forcée des deux mains derrière le dos ». Mme Zhang Xiaogeng de la ville de Jiamusi a eu un grand hématome sur le poignet et n’arrivait plus à utiliser sa main pour travailler. A cause de la torture physique et de l’immense pression mentale, certaines pratiquantes ont été mentalement traumatisées y compris Mme Sun Shujie de la ville de Shuangyashan, Mme Wang Fengjun et Mme Yang Shuhui de la ville de Jiamusi. Les pratiquantes Mme Tang Hong de la ville de Jiamusi et Mme Fang Cuifang du conté de Boli sont décédées à cause du remord profond qu’elles ont ressenti après avoir renoncé au Falun Gong. Le camp de travail fait tout pour bloquer les nouvelles sur les décès suite à la torture. Les gardes nous séparaient et le grillage de notre section était toujours fermé. Toutes les cellules d’isolation étaient tout le temps fermées.et les portes et les fenêtres étaient couverts de tissu. Les gardes n’avaient aucune honte de leurs activités criminelles et continuaient à battre, insulter et à rire des pratiquants. Ils avaient perdu tout raisonnement mental d’un être humain.

Mme Yin Ling était une pratiquante de la ferme d’état N°597 du conté de Baoqing. Pour protester contre la persécution de la pratiquante Mme Li Shuhua, Mme Yin a entamé une grève de la faim avec Mme Li. Sept jours après elle a été emmenée à l’hôpital pour un examen. Personne n’a pu avoir les résultats. Au retour de l’hôpital le médecin l’a mis sous perfusion. Mme Yin a refusé de coopérer à chaque fois qu’on voulait la mettre sous intraveineuse. Les tortionnaires ont attaché ses mains sur le côté du lit et l’ont mise assise par terre pour lui faire des injections. Hong Wei la chef d’équipe l’a abusée verbalement. Un autre chef d’équipe Mu Zhenjuan a insulté à haute voix Falun Dafa et le fondateur de Falun Dafa. Le dixième jour Mme Yin ressentait le besoin pressant de faire pipi mais à chaque il y avait très peu d’urine. Finalement elle a perdu connaissance, mais le personnel du camp n’a pas voulu la libérer. Ils ne l’ont pas amenée chez elle jusqu’à ce qu’elle soit comateuse. L’oncle de Mme Yin a dit que selon l’autopsie ses organes internes avaient des blessures ouvertes.

Après le Nouvel An de 2003 une douzaine de pratiquantes ont été enfermées dans un espace de moins de dix mètres carrés. A cette époque la fille de 16 ans de Mme Tang Fengqun a écrit une lettre à sa mère emprisonnée, se plaignant du fait qu’il n’y avait personne pour s’occuper d’elle à la maison. L’hiver était très froid, elle était glacée et ses jambes étaient très froides. Elle ressentait le besoin d’uriner toutes les heures. Elle espérait que sa mère serait libérée le plus vite possible. Après avoir lu la lettre Mme Tang Fengkun n’a pas pu s’empêcher d’avoir un sourire forcée. Le garde de permanence, Liu Yadong, et le chef de la division ont sauté sur un lit ont tiré Mme Fengkun du petit tabouret et lui ont giflé le visage. Pendant qu’ils la giflaient sur les joues le garde criait sur elle en disant : « Tu peux encore sourire ! Laisse-moi te donner une leçon. Vous les pratiquants du Falun Gong vous êtes tous inhumains. Je te demande comment peut-on appeler ça un sourire. » Mme Yin en voyant le sourire ironique a eu envie de pleurer. Quelle mère ne s'inquiéterait pour son enfant. Pourtant que pouvait faire Mme Yin ? Elle était enfermée dans le camp de travail tout simplement parce qu’elle a refusé de dire : « Je ne pratiquerai pas le Falun Gong de nouveau ». En fait le personnel du camp de travail ne veut entendre que les mots : « Je laisse tomber!»

Le 25 juin 2003, li Xiujin le chef d’équipe de permanence avec le garde Sun Hui ont demandé que les pratiquantes aient à faire un « devoir ». Ils ont demandé aux pratiquantes de copier mot à mot quelque chose qui leur était soumis par les gardes. La pratiquante Mme Lu Jing a subi la torture dite « «contorsion dorsale forcée »» parce qu’elle leur a clarifié la vérité. Puis elle a été menottée sur le lit en fer. Ses cris à vous glacer le sang résonnent toujours à mes oreilles. Li Xiujin avec une cigarette dans une main et des menottes dans l’autre a crié : « Ceux qui n’ont pas peur de la mort qu’ils viennent ici ! Laissez-moi voir qui osera ne pas faire son « devoir » ! » Nous ne voulions pas subir plus de torture ou supporter une douleur psychologique en trahissant Maître et la Loi. Nous ne voulions plu subir de nouveau les passages à tabac, les chocs électriques, la torture des menottes ou la douleur mentale et l’humiliation de la plus cruelle des tortures dite « «contorsion dorsale forcée » »

Sous l’ordre du chef de la division He Xia, les chefs de section Liu Yadong, Gao Xiaohua et Mu Zhejuan ont commencé à battre les pratiquants tout en les injuriant. Mme Cai Rong, Mme Bao Lixia, Mme Cheng Hanbo, Mme Dai Lixia, Mme Fei Jinrong et Mme Yang Fengying ont été tabassées au point d’être entièrement couvertes de bleus et personne ne pouvaient les reconnaître. Quand ils ont commencé à être fatigués ils ont demandé aux détenus Wang Na, He Yaqin et Wang Jie de battre les pratiquants. Mme Mei Fei Jinrong a reçu des coups de pieds sur les reins et en conséquence elle n’a pas pu redresser son dos pendant plusieurs mois et elle avait du sang dans l’urine. Quand ils ont fini de les battre ils ont menotté les pratiquants sur le rail du lit en fer. Ils les ont forcées à rester assis sans bouger pendant plus de dix heures. Elles n’étaient pas autorisés à aller aux toilettes et ils n’ont jamais cessé de les abuser verbalement. Mme Ma Xiaohua a été menottée aux deux panneaux du lit et ses fesses et ses jambes ont été attachées avec des cordes. Liu Ydong a ordonné aux détenus de ne pas lui donner d’oreiller ou de couverture et de ne pas la laisser bouger ou leur peine d’emprisonnement sera prolongée. Mme Ma a été menottée de cette manière pendant 25 jours et nuits, en conséquence son dos a été blessé. Liu Yadong a donné l’ordre que les pratiquants ne devaient pas se brosser les dents ou prendre une douche pendant 25 jours. Mme Fei Jinrong a eu les mains menottées derrière le dos pendant 30 jours et a subi la torture « «contorsion dorsale forcée » » à trois reprises. Mme Zheng Yingchun a subi cette torture une fois. Mme Su Yanhua de la Manufacture de Papier de Lianjiangkou a été menottée à un lit parce qu’elle a pratiqué les exercices et sa peine a été prolongée. En plus des tortures que les pratiquants subissaient leurs peines d’emprisonnement ont été prolongées d’un ou deux mois.

Le 5 novembre 2003, nous avons été transférées du quartier de « surveillance stricte » au soi disant groupe de transformation . Les autorités ont essayé toutes les méthodes pour nous faire renoncer à Falun Dafa. Pendant ces dernières années, le personnel du camp de travail n’a pas atteint son but de faire renoncer les pratiquantes au Falun Dafa, quelle que soit les méthodes qu’il a utilisées. Aussi ils on pensé à une autre méthode de torture encore plus cruelle. Ils ont ordonné aux pratiquantes de s’asseoir en cinq rangées. Nous étions assises dans un espace de deux mètre carrés et ils nous forçaient à regarder des vidéos qui calomnient Maître. On ne nous autorisait pas à fermer les yeux, à sortir de l’espace des deux mètres carrés, à parler ou à dormir et on ne pouvait utiliser les toilettes qu’à heures fixes. Nous devions nous asseoir bien droites et ne pas changer de position. Nos mains devaient rester sur nos genoux. Nous n’avions pas le droit de bouger même si on avait extrêmement mal aux fesses. Il y avait plusieurs douzaines de pratiquants dans cet espace. Nous étions entourées de gardes mâles et femelles de notre section et d’autres sections. Des rangées de menottes se trouvaient sur les tuyaux de chauffage. Il y avait aussi des bâtons électriques à haut voltage et des bâtons en caoutchouc. On subissait des abus verbaux et la violence. De temps en temps des pratiquantes étaient trainées à l’extérieur pour être battues. L’air était glacial. L’horreur et la grande pression physique et mentale nous donnaient l’impression que les jours duraient des années. De nombreux pratiquants avaient les fesses blessées par les vis des tabourets. Le sang suintait des blessures et se collait sur les sous vêtements et les pantalons. Quand on enlevait les pantalons les croûtes s’enlevaient en même temps et c’était extrêmement douloureux, c’était comme si on pelait une couche de peau. Des douzaines de pratiquants ont été forcées à s’asseoir sur ces tabourets pendant 100 heures, dont Mme Zheng Yingchun de Fuyuan, Ms. Deng Chunxia de Baoquanling, Mme Tang Fengkun, Mme Wang Yuhong, Mme Li Shuhua de la ville de Jiamusi et Mme Su Yanhua de la Manufacture de Papier.

Yu Wenbin, le chef de la division pour femme a dit : « Pour s’occuper des pratiquants du Falun Gong vous ne devez pas vous préoccuper de la loi. Vous pouvez faire ce que vous voulez pour les punir. » Chaque fois que les gardes ou les détenus torturent de façon inhumaine les pratiquants ils haussent le volume des hauts parleurs afin de couvrir les cris ou ils amènent les pratiquants dans un endroit éloigné pour les torturer et garder leurs activités criminelles secrètes.


(à suivre)

Traduit de l’anglais de
http://clearwisdom.net/emh/articles/2007/2/10/82541.html

Version chinoise disponible à
http://minghui.ca/mh/articles/2007/1/9/146447.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.