AP: Le Falun Gong face au Procès de Hong Kong

HONG KONG (AP) – Seize pratiquants de Falun Gong sont passés en jugement Lundi, ce procés a fait naître l’inquiétude que Honk Kong ne soit doucement en train de supprimer les libertés qu’elle a promis de maintenir lorsqu’elle est rentrée sous autorité Chinoise voici cinq ans.

Le cas criminel est le premier dans l’ancienne colonie Britannique contre les [pratiquants] du [groupe] spirituel interdit caractérisé par des exercices lents et ses doctrines tirées de la philosophie orientale.

Les 16 défendants parmi eux quatre de nationalité Suisse ont été arrêtés le 14 Mars devant un bâtiment du gouvernement où ils protestaient contre la traitement du [groupe ] par la Chine.

Le Falun Gong a dit qu’ils suspecte Hong Kong d’agir sous la pression de Beijing pour étouffer le message du [groupe]. Mais les autorités de Hong Kong disent qu’ils essayaient seulement de protéger l’ordre public.
Bien que le Falun Gong soit interdit en Chine continentale […], le groupe demeure légal à Hong Kong, où il a manifesté de nombreuses fois.
[...]

Dans une déclaration lue aux journalistes avant que le jugement très discuté ne commence, les défendants ont dit qu’ils avaient de bons arguments.

Il est impossible de croire que « notre petit, poli et pacifique appel » ait maille à partir avec la loi dans une société civilisée comme Hong Kong, a dit Erich Bachmann, 40 ans, un des défendants de Suisse.

"Hong Kong, avec sa tradition de droits de l’homme, devrait être un exemple pour les droits de l’homme, la loi, la liberté d’expression d’assemblée et de croyance, » a dit Bachmann. « La Chine tue tant de gens innocents au bon cœur. Est-ce juste ?

Les poursuivants ont ouvert leur procès avec des accusations plus sévères contre six des défendants, les accusant d’avoir entravé la police qui essayait de les faire partir de devant l’entrée du Bureau de Liaison de la Chine à Hong Kong. Trois des défendants avaient déjà été accusés de ce crime, coupable d’une peine maximum de deux ans de prison. Les neuf sont tous des Chinois de Hong Kong.
Les 16 [pratiquants] de Falun Gong ont été inculpés de deux chefs d’accusation de la moindre offense d’obstruction publique, pour laquelle ils pourraient écoper de trois mois de prison ou d’une amende.

Trois défendants sont aussi accusés d’agression aux officiers de police qui ont interrompu la protestation le 14 mars.

Les activiste des droits ont exprimé leurs craintes que Hong Kong ne soit en train de réprimer peu à peu le Falun Gong et la liberté d’expression, même si les libertés de style occidental étaient garanties pour au moins 50 ans lorsque le territoire est retourné à la Chine en 1997.
Certains disent que quelque chose comme cela ne serait jamais arrivé du temps de la colonie.

"Je pense que le Falun Gong aurait pu opérer plus librement, » a dit Lau Yuk-kai, directeur de Human Rigths Monitor de Hong Kong une organisation non gouvernementale.



AP: Le pratiquant de Falun Gong Suisse Erich Bachmann s’adresse aux media devant le Tribunal des Magistrats Occidentaux à Hong Kong.


On voit le pratiquant Suisse Erich Bachmann, 40 ans, du village de Kreuzlingen dans l’objectif de la caméra video d’un reporter alors qu’il s’adresse aux media devant le cour des Magistrats Occidentaux à Hong Kong lundi 17 juin 2002 peu avant le début d’un procès contre lui, trois autres [pratiquants] Suisse et 12 pratiquants Chinois de Hong Kong. Les 16 pratiquants sont accusés d’obstruction à l’ordre public lors d’une protestation devant le bureau de liaison du gouvernement Chinois. D’autres sont face à des accusations plus sérieuses, obstruction et aggression contre la police, dans le premier procés criminel contre le Falun Gong dans le territoire.. (AP Photo/Anat Givon)
http://story.news.yahoo.com/news?tmpl=story&u=/020617/168/1phg6.html

AP: Des supporters non-identifiés agitent des drapeaux Suisses alors que quatre Suisse et douze Chinois de Hong Kong, pratiquants de Falun Gong, posent pour une photo.


Des supporters non-identifiés agitent des drapeaux Suisse et douze Chinois de Honk Kong, pratiquants de Falun Gong, posent pour une photo devant le tribunal des Magistrats Occidentaux lundi 17 juin 2002, peu avant l’ouverture de leur procès qui le premier procès criminel contre des [pratiquants] du mouvement Falun Gong. Les membres Suisses sont du second de gauche à droite : Roland Isenschmid, 39, of Bern, Duy-Quoc Lam, 28, du village de Zollikofen près de Bern, Simone-Claudia Schlegel-Grunenfelder, 28, de Bern et Erich Bachmann, 40, du village of Kreuzlingen dans le Nord Est de la Suisse On lit sur la banderole: "Falun Dafa (autre appellation du Falun Gong) est bon." (AP Photo/Anat Givon)
http://story.news.yahoo.com/news?tmpl=story&u=/020617/168/1phgb.html


AP Photo:Les pratiquants Suisses du Falun Gong tiennent une banderole sur laquelle on lit "Falun Gong est bon" devant la cour des Magistrats.


Photo by Kin Cheung/Reuters


Source:
http://story.news.yahoo.com/news?tmpl=story&u=/020617/170/1pfzr.html
Our Source: http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/6/18/23239.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.