Culture traditionnelle : Confucius et Zi Gong

 

Zi Gong était de l’Etat de Wei durant ‘’La Période du Printemps et de l’Automne’’ (722 Avant J.C – 481 Avant J.C). Il étudia avec Confucius et le prit comme Maître. Ses études terminées, il demanda : ‘’ Quel type de personne suis-je ?’’ Confucius répondit : ‘’Tu es un actif.’’


Zi Gong avait souvent de très bonnes opinions et propos. Il disait par exemple : ‘’L’homme noble commettant des erreurs est tout comme le soleil et la lune durant une éclipse solaire et lunaire. Lorsque cela arrive, les gens peuvent tous le voir, lorsqu’il se corrige, les gens l’admirent encore.’’


Une fois Zi Gong dit : ‘’ Si je n’aime pas ce que les autres font, je ne dois pas le faire aux autres.’’ Ceci appartient déjà à l'état de ‘’bienveillance.’’ ‘’Ce n’est pas l'état que tu es capable d' atteindre’’ déclara alors Confucius.


Zi Gong demanda : ‘’ Et qu'en est-il de ne pas être influencé si on est pauvre, et de ne pas être autoritaire si on est riche? Confucius répondit : ‘’C’est bien. Mais ce serait mieux si étant pauvre, tu es quand même heureux, et riche, tu aimes les bonnes manières.’’


Confucius continua : ‘’Le principe que tu as mentionné est très bon. Mais tu ne peux pas encore dépasser les pensées de riche et de pauvre. Si tu peux parvenir à ne pas être influencé en étant pauvre, et ne pas être autoritaire en étant riche’, je pense que tu auras déjà parcouru un long chemin.


Mais, si tu peux suivre les arrangements prédestinés de la vie, étant pauvre ou riche, et te concentrer sur la recherche de la vérité, alors ton cœur ne sera pas contraint par les pensées de la richesse ou de la pauvreté. Si tel est le cas, pourquoi alors devrais-tu t’inquiéter de la façon de vivre dans des situations de richesse ou de pauvreté ?’’


Grâce aux propos de Confucius Zi Gong put tout à coup atteindre un plus haut niveau de vérité. Il dit à Confucius : ‘’ Maître, Le Livre des Chants [ Shijing, collection de 305 poèmes et paroles éditées par Confucius aux alentours de 600 avant J.C] dit que nous devrions considérer tout ce que nous faisons comme le traitement de l’os, de l’ivoire, du jade et de la pierre, qui encourage les gens à apprendre les uns des autres et à s'améliorer constamment. Maître, vous avez utilisé un plus haut niveau de vérité pour m’éveiller. Ceci ne se conforme t-il pas à ce qui est dit dans Le Livre des Chant ?’’ Confucius sourit et dit : ‘’Oui, tu a raison. Je t’ai dit comment les choses se sont produites auparavant, tu peux ainsi comprendre comment les choses arriveront plus tard. De plus, tu comprends réellement les enseignements de la poésie. Je peux commencer à parler de poésie avec toi, dès maintenant.’’ Zi Gong fut très heureux de l'entendre.


Plus tard, Zi Gong servit comme fonctionnaire dans l’état de Wei. Quelques personnes diffamèrent Confucius. Zi Gong dit alors : ‘’Confucius ne saurait être diffamé. Les autres hommes de vertu sont comme un tertre et peuvent être dépassés. Mais Confucius est comme le soleil et la lune et ne peut être dépassé. Ces personnes qui calomnient Confucius ne peuvent que se mettre dans une situation désespérée. Mais, ils ne sauraient en aucun cas nuire au soleil ou à la lune. De plus, cela montrera aussi qu’ils ne connaissent pas leur propre position.’’


Chen Ziqin dit à Zi Gong: ‘’ Vous traitez Confucius de façon si respectueuse. Confucius a t-il plus de vertu que vous ?’’


Zi Gong répondit : ‘’Un seul mot d’un homme peut montrer sa sagesse, mais aussi sa stupidité. Nous devons être attentifs à ce que nous disons ! Confucius ne peut probablement pas être dépassé. C’est comme le fait qu'on ne peut pas grimper à une échelle pour atteindre le ciel. Si Confucius était devenu un seigneur féodal ou un ministre, s’il avait encouragé les gens, ils se seraient donnés du mal ; s’il avait guidé le peuple, ils auraient avancé ; s’il s'était concilié le peuple, ils l’auraient suivi ; et s'il avait harmonisé le peuple, le peuple aurait été harmonieux.’’


Zi Gong aimait louer la vertu d'autrui mais ne pouvait tolérer les vices d'autrui. Il aimait aussi faire des affaires. Il utilisait les différences de prix durant les saisons différentes pour acheter des biens alors qu’ils étaient moins chers et les vendre lorsqu’ils étaient plus chers. Il accumula beaucoup de richesses. Mais il passa finalement ses dernières années paisiblement dans l’état de Qi.

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.