Culture traditionnelle : Ne pas rechercher la vanité ni s’y complaire

Qi Jiguang naquit lorsque son père, Qi Jingtong était âgé de 56 ans, un âge déjà bien avancé. Jiguang était le seul fils dans la famille et le père portait une affection particulière à l’enfant. Il enseigna personnellement à Qi Jiguang à lire et pratiquer les arts martiaux. Cependant, il se montrait très strict sur tout ce qui concernait le caractère moral et la conduite de Qi Jiguang.

Un jour, alors que Qi Jiguang avait 13 ans, il portait une paire de chaussures de soie confectionnées à la main. Il en était très fier et allait et venait dans la cour. Son père le vit. Il l’appela dans la salle de lecture et le gronda avec colère : " Ayant de bonnes et belles chaussures, tu te mettras naturellement à rêver d’avoir de beaux vêtements. Quand tu auras de beaux vêtements, tu te mettras naturellement à rêver de manger de la bonne nourriture. A un si jeune âgé, tu as développé la mentalité de jouir de la bonne nourriture et des beaux vêtements. Ton avidité deviendra insatiable dans le futur. Lorsque tu grandiras, tu rechercheras les mets délicieux et les beaux vêtements. Si tu devais être un officier militaire, tu t’approprieras les salaires de tes soldats. Si tu continues ainsi, il te sera impossible de réussir dans les entreprises de tes aînés. "

Qi Jingtong apprit que les chaussures de soie étaient un cadeau du grand-père maternel de Qi Jiguang. Cependant il ne lui ordonna pas moins d’enlever les chaussures, et les déchira instantanément en morceaux afin que Jiguang ne développe pas la mauvaise habitude de se complaire dans le luxe.

Une fois, la famille Qi devait rénover une douzaine de leurs chambres qui tombaient en décrépitude. Qi Jingtong embaucha plusieurs artisans pour faire le travail. Parce que la famille avait besoin d’un endroit présentable pour recevoir les fonctionnaires de la cour royale, il demanda aux artisans d’installer quatre portes sculptées de motifs floraux dans le hall principal, et Qi Jiguang assista à l’installation.

Les artisans considéraient la famille Qi comme d’une grande noblesse et pensaient que cela semblerait trop simple de n’avoir que quatre portes sculptées. Ils s’adressèrent à Qi Jiguang en privé : " Tes aînés sont des généraux. Pour une famille aussi noble et prospère, toutes les portes dans toute la maison devraient être sculptées et ornées de motifs floraux, ce qui au total ferait douze telles portes. Seul un tel décor conviendrait au statut social de votre famille. " Qi Jiguang pensa que leur suggestion était raisonnable et en parla à son père.

Qi Jingtong gronda sérieusement Q Jiguang pour ses idées ostentatoires et extravagantes. Il mit en garde Qi Jiguang : " Si tu recherches et te complais dans la vanité, tu ne seras pas capable d’accomplir de grandes choses en grandissant. " Qi Jiguant accepta la critique de son père et dit aux artisans de n’installer que quatre portes sculptées.

Qi Jington enseignait aussi à Qi Jiguang que le but de l’étude des arts libéraux et la pratique des arts martiaux ne visait pas la recherche du renom, de l’accomplissement ou de la richesse personnels. Mais plutôt le bien de la nation, de la société et du peuple. Par conséquent nous devons prêter attention au caractère moral de " loyauté , en respectant les parents, l’incorruptibilité et l’intégrité " pour nous élever nous-mêmes.

Avec cet enseignement, la discipline de son père et l’exemple de son père et de sa conduite exemplaire, Qi Jiguang ne cherchait pas l’extravagance et se contentait d’une nourriture modérée. Il était diligent et sérieux dans ses études et sa pratique des arts martiaux. Par la suite il devint un général fameux ainsi qu’un remarquable stratège de la Dynastie Ming, et combattit contre l’invasion de minorités. C’est ce qui lui valut de voir son nom figurer dans l’histoire chinoise.

Il avait appris que l’étalage, la complaisance, l’attachement à sa propre apparence, l’acquisition de richesses, les accomplissements et les statuts – ces attachements visent à rechercher la flatterie et les louanges d’autrui, et toutes sont des manifestations de la vanité. La racine de la vanité est l’attachement à son propre ego. Cela ruinera certainement une noble aspiration, et cette personne sera condamnée à échouer dans les entreprises majeures.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.