Medias Italiens : les questions économiques et celles des droits de l’homme ont été soulevées lors de la rencontre avec Li Lanqing.

AGI L’Agence de Nouvelles rapportait le 24 Mai que le Vice Premier Ministre rencontrait Li Lanqing, Vice-Président de la Chine. Conseiller et chef du bureau 610. Ils ont abordé les questions économiques et des droits de l’homme. En voici la traduction : le Vice Premier Ministre Italien Feni et le Vice Premier Ministre Chinois Li Lanqing ont eu un entretien de plus d’une heure dans l’immeuble CHIGI. Les questions concernant la coopération bilatérale économique, l’immigration, les droits de l’homme et les églises catholiques ont été amenées dans la conversation.

A propos des questions concernant les droits de l’homme et la liberté religieuse, le Vice Premier Ministre Feni a dit : « j’aimerais explicitement exhorter le gouvernement Chinois à continuer à garantir une véritable liberté religieuse, et éliminer les différences de traitement entre « églises patriotiques » et les soi-disant « églises clandestines » parce que ceci pour nous est inacceptable. » Après la discussion le Vice Premier Ministre a dit aux reporters : « c’était un « dialogue » critique, en termes de dialogue, lorsque les deux côtés ont différents points de vue sur les valeurs, un dialogue devrait être nécessaire. »

L’ (ANSA) Agence Nationale de Nouvelles a rapporté :
(Rome, 17 :30, 24 Mai) Alors que le Parti du Progrès, une organisation de droits de l’homme « bas les mains Cain », le Falun Gong et des groupes Tibétains protestaient contre la visite du Vice Premier Chinois Li Lanqing devant les bâtiments CHIGI, le cortège de la délégation arrivait par la porte de derrière pour éviter de voir les protestataires. Selon un communiqué de presse du Parti du Progrès, « En dépit d’aussi vicieuses stratégies , un groupe de membres du Parti du Progrès posté autour de l’entrée de derrière ont confronté la délégation Chinoise. Ils ont agité le drapeau de leur parti, des affiches Tibétaines et du Falun Gong à une distance de deux mètres de la délégation. Puis la police a immédiatement fait barrage. Selon ce communiqué de presse, le plus cruel des dictateurs n’a pu entrer dans les Bâtiments du CHIGI que par la porte de derrière.


(Translated on May 31, 2002, from http://www.yuanmingeurope.net/articles/200205/8367.html)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.