Canada Le Toronto Star : la Chine invite à la riposte

Samedi le 15 janvier 2005

Le Premier ministre Paul Martin prévoyait probablement de mettre l’accent sur l’investissement et le commerce lors de son voyage à Pékinla semaine prochaine, plutôt que sur les controverses de droits de l’homme.

Ce sera désormais plus difficile. Les bureaucrates de Pékin viennent juste de lui forcer la main.

L’ambassade chinoise à Ottawa a mis Martin dans l’embarras juste au moment où il se préparait à partir pour une tournée de dix jours en Asie, en révoquant les visas de deux journalistes canadiens de New Tang Dynastie qui devaient voyager avec le Premier ministre.

NDT est un service TV par satellite en langue chinoise, dirigé depuis New-York et d’autres centres. Pékin dit que c’est un « outil de propagande » pour le mouvement Falun Gong, qui est interdit en tant que [terme calomnieux émis par le régime de Jiang et le Parti communiste chinois omis] en Chine. Le président de NDT Joe Wang nie cela, bien que certains des cadres de NDT et de son personnel pratiquent le Falun Gong, le service est souvent critique de Pékin, et il donne au Falun Gong une couverture importante.

Quelle que soit la vérité, Martin a été justement hérissé par l’intervention impudente de Pékin avec des journalistes canadiens voyageant non seulement en Chine mais aussi en Thaïlande, au Sri Lanka, en Inde et au Japon.

Martin avait prévu de demander discrètement au Président Hu Jintao de donner davantage de liberté aux bouddhistes, aux chrétiens et aux autres. Il a maintenant une raison supplémentaire de le faire. Seulement publiquement.

Martin pourrait aussi vouloir aborder les cas de gens et de groupes dont Amnesty International dit qu’ils ont été harcelés ou emprisonnés injustement. Parmi eux un activiste de AIDS, un avocat qui a défendu les familles expulsées de leurs maisons, quelqu’un qui a vendu la mèche pour des chrétiens confrontés à l’abus, un ‘lobbyiste’ des droits des travailleurs et d’autres activistes.

La tentative de Pékin de dicter à Martin quels journalistes il doit avoir avec lui invite à une riposte ferme du premier ministre. C’est un rappel que la Chine a encore un long chemin à parcourir pour véritablement « s ouvrir » au monde.

Le Canada et la Chine ont investi à présent $1 trillion dans leurs économies mutuelles. Le Canada achètera pour $21 billion de marchandise à la Chine cette année, mais la Chine en achètera $7 billion du Canada. C’est une relation commerciale saine qui mérite d’être entretenue.

La censure des médias de Pékin, l’intolérance religieuse et la répression de la dissidence trahissent un mépris des voies légales et de la loi qui ne met pas en valeur notre relation. Pas plus que ne le fait la peur qu’a Pékin du pluralisme politique.

Ce sont des points que Martin doit aborder lors de son voyage. Il a une bonne raison.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.