Pratiquantes torturées dans les camps de travaux forcés de Yinmahe à Jiutai et Heizuizi à Changchun.

Camp de travail de Yinmahe, Jiutai.

Pendant la célébration du Nouvel An 2001 tous les camps de travaux forcés de Changchun ont été bondés avec les pratiquants du Falun Gong récemment arrêtés. En conséquence le 8 février 2001, au camp de Yinmahe à Jiutai, ont été créées 2 nouvelles sections pour les femmes, les sections 5 et 6. Plus de 300 pratiquantes y ont été détenues et 36 personnes y ont été envoyées de Changchun pour aider à appliquer le lavage de cerveau. J’ai été emprisonnée à Jiutai à la mi février 2001 et j’ai été forcée dès mon arrivée d’écrire une déclaration de renoncement au Falun Gong. Quiconque ne voulait pas écrire cette déclaration était privé de sommeil et la police formait des équipes pour lui faire subir le lavage de cerveau. En outre elle était forcée de rester debout face au mur, sans bouger ni dormir, pendant de longues périodes dans un corridor sombre et froid. Même la nourriture devait lui être apportée par d’autre personnes. Certaines pratiquantes ont été forcées de rester debout pendant plus de 20 jours. Leurs jambes enflaient et elles pouvaient à peine se tenir debout. Malgré tout, les disciples de Dafa gardaient leur croyance juste dans la Grande Loi. Ici je voudrais vous raconter l’histoire de la pratiquante Wang Yin.

Un jour d’avril, la directrice de division Yu Li a vu Wang Yin lire des articles du Maître. Elle a saisi les articles et l’a emmenée au bureau, lui demandant d’où elle les avait obtenus. Yin réalisa que de tels articles ne devaient pas tomber dans les mains de la police. Prudemment elle a demandé de les regarder un instant, et aussitôt entre ses mains elle les a avalés. Yu ordonna aux gardiens Song, Qu, Jin, Zhang et Wang ainsi que les policiers Wang et Zhang de torturer Yin. Ils se relayaient pour la battre avec des matraques électriques. De l’extérieur du bureau nous pouvions entendre les coups et les jurons. Pendant ce temps ils ont fait venir d’autres pratiquantes déterminées au bureau, pour leur montrer en guise de menace, comment ils torturaient Yin. Nous avons vu la tête de Yin, son visage et son corps brûlés, noirs et couverts de cloques par l’électricité. Cette torture à duré plus de 2 heures, mais Yin n’a pas cédé. Les gardiens l’ont alors forcée à écrire une déclaration par laquelle elle renonçait à sa pratique, en la menaçant d’ arrêter sa mère (elle aussi pratiquante). Après 4 jours Yin a signé la soi-disant garantie d’arrêter sa pratique de sorte à ne pas mettre sa mère en danger. Pour que les autres ne voient pas ses blessures la police l’a enfermée seule. Toutefois en passant devant sa cellule nous avons vu son visage enflé et déformé, couvert de cloques. Son cou était rouge et noir, c’était horrible au delà de toute description. Après un mois, Yin a écrit une déclaration disant que la garantie était nulle. Pour cette raison son délai d’emprisonnement a été prolongé de trois mois et elle a été gardée sous contrôle plus sévère.

Un jour de juillet, la disciple de Dafa Yu Shuqing ne s’est pas présentée au travail. Le policier Wang l’a convoquée au bureau et à commencé de la battre sauvagement avec un manche de parapluie en acier inoxydable. Finalement elle s’est évanouie sous les coups, toutefois, elle continuait de dire : « Je ne suis pas une criminelle et je ne veux pas travailler. Pratiquer Vérité, Compassion et Tolérance n’est pas faux ! » Yu pensait que les cruelles tortures de la police devaient cesser et elle a couru dehors en criant : « Le policier Wang bat les gens ! » Plusieurs policiers l’ont ramenée. Lorsque j’ai vu Yu son visage était enflé et tuméfié, elle ne pouvait pas manger. En apprenant que Yu Shuqing avait été battue, Wang Yin s’est inquiètée et lui a rendu visite dans sa cellule pour l’encourager. Pour cette raison le gardien a battu Yin. Il lui a menotté les mains dans le dos et l’a attachée à la partie supérieure des lits superposés, la forçant de se tenir complètement tendue et l’a aussi privée de sommeil. Elle a fait une grève de la faim pour faire appel. Plus tard en septembre puisque Yin était si déterminée de pratiquer le Dafa, la police l’a envoyée au camp de travaux forcés de Heizuizi à Changchun. Elle y a subi des tortures encore plus cruelles. Voyant qu’elle était paralysée la police l’a relâchée sur certificat médical.

Camp de travaux forcés de Heizuizi à Changchun.
1. Ayant été forcées d’apposer nos empreintes digitales sur le ‘’document de repentir’’, 35 pratiquantes déterminées parmi nous avons été envoyées au camp de travaux forcés de Heizuizi le 7 novembre 2001. Lors de notre arrivée les collaborateurs du mal Wang Yaru et Zhao Shulian nous ont dit : « Si vous n’abandonnez pas le Falun
Gong nous vous battrons avec les matraques électriques ». L’instructeur Zhang a dit aussi que les pratiquantes venant de Juitai étaient toutes très obstinées et parce qu’elles avaient été traitées avec trop d’indulgence à Juitai elles avaient besoin d’une bonne correction. Ici les pratiquantes têtues étaient forcées de mettre leurs empreintes digitales sur le document de repentir. Ils faisaient équipe par 4 ou 5 employés, s’acharnant sur chaque pratiquante, la prenant par la taille, les jambes et la tête. Saisissant ensuite leurs mains ils pressaient les doigts sur la lettre. Suite à tout celà les mains des pratiquantes étaient enflées et meurtries. Il ne leur était pas permis de dormir avant 2 heure le matin et elles devaient se lever à 5 heure pour subir davantage de lavage de cerveau.

2. Sur le ‘’lit de la mort’’.
La pratiquante de Dafa Chen Hongyu, âgée de 30 ans, était une étudiante d’université. Parce qu’elle refusait d’être forcée à se repentir ils ont commencé de la torturer le deuxième jour de notre arrivée. Juste au moment de nous endormir, nous avons été réveillées par des bruits de coups et des jurons. Parce qu’elle refusait d’abandonner le Falun Gong elle était battue avec les matraques électriques et la ceinture de cuir (une ceinture spéciale de 5 cm de large, 50 cm de long et ½ cm d’épaisseur. Elle était attachée sur le ‘’lit de la mort’’ avec les mains menottées derrière sa tête, fixées de chaque côté du lit et les pieds écartés, attachés sur les montants inférieurs. Pour une description détaillée de cette torture et des autres pratiquées dans les centres de détention et des camps de travaux forcés de Chine, consultez le site : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2001/11/24/16156.html

Le quatrième jour lorsque les brutes lui ont demandé d’écrire une lettre par laquelle elle reniait le Falun Gong, elle refusa résolument, de sorte qu’ils l’ont remise sur le ‘’lit de la mort’’ et enfermée dans une cellule avec les criminels. Elle a été impitoyablement torturée physiquement et mentalement pendant sept jours et sept nuits. Elle gardait sa croyance rigoureuse dans le Falun Dafa. Lorsqu’ils l’ont renvoyée vers nous, elle paraissait plus mince, avec des tâches de rouille, sur ses habits, laissées par les câbles du ‘’lit de la mort’’. Les chefs de la 6eme brigade Zhu et Li et plusieurs instructeurs ont cruellement torturé les pratiquantes de Falun Gong avec des matraques électriques, des ceintures de cuir, le ‘’lit de la mort’’, des coups de poings et de pieds. Les autres pratiquantes torturées étaient : Gao Zhimin, Qu Runzhi, Wang Xinshan, Yu Shuqing, Lu Jianjie et Li Yanhua, etc.

2. Une jeune fille pratiquante a subi la torture dans le camp de travaux forcés.
Une adolescente de 16 ans, appelée Shang Siling, était étudiante à l’université de Yanbian. Avec sa mère elles ont été illégalement envoyées dans le camp de travaux forcés pour un an car elles étaient toutes deux pratiquantes déterminées de Dafa. La jeune fille de 16 ans a été battue avec la matraque électrique, battue férocement avec la ceinture de cuir et mise sur ‘’le lit de la mort’’ pendant 17 jours. Ils ne l’ont fait redescendre que lorsqu’elle a fait la grève de la faim. Maintenant elle ne peut redresser son dos lorsqu’elle marche, ni relever sa tête. Lorsque je l’ai vue elle était dans le camp depuis seulement un mois, mais déjà tellement battue qu’elle se trouvait dans un état pitoyable. Chaque fois que je revoyais cette jeune fille je ne pouvais retenir mes larmes.

4. Tortures brutales.
Les pratiquantes de Dafa de la province de Jilin sont envoyées d’habitude dans le camp de travail pour femmes de Heizuizi. En accord avec le règlement, toute personne sérieusement malade devait être soignée à l’extérieur du camp. Mais le camp de Heizuizi ignorait ce règlement et continuait de recevoir des pratiquantes dans un état pitoyable suite aux tortures subies dans d’autres endroits. Ainsi beaucoup de pratiquantes ont été arrêtées dans d’autres régions.

Dans la 3me division de la 6me brigade il y avait une pratiquante de Dafa nommée Lei Yangping, qui habitait à Changchun. Parce qu’elle imprimait du matériel de Dafa, elle a été arrêtée par la cruelle police d’investigation criminelle de la ville de Changchun. Ils l’ont torturée sur le ‘’banc du tigre’’ avec les deux mains menotées au dessus de la tête et les deux pieds, largement écartés de chaque côté, attachés à des chevilles de fer. Ensuite ils ont placé des balles entre les doigts et les ont fortement serrés ensemble jusqu’à ce qu’ils saignent et que la chaire soit à vif. Les policiers cruels procédaient en frottant les doigts par des mouvements en avant et en arrière. Lorsque les os étaient à nu c’était un vrai supplice.
En même temps, les cruels policiers utilisaient la matraque électrique pour la frapper sur tout le corps. Lorsqu’elle perdait conscience ils lui versaient de l’eau froide sur le corps pour la réveiller. Lorsqu’elle revenait à elle ils recommençaient le même processus. La torture a continué pendant 27 jours. Elle était à peine capable de respirer. Son corps était complètement meurtri, il n’y avait aucun endroit sans contusion. Ensuite, quand elle a été envoyée dans un centre de détention à Changchun, ils ont essayé de la fouiller, ils n’ont pu enlever ses vêtements car ils étaient tout imbibé de sang. Plus tard Lei Yangping a été transportée au camp de travaux forcé de Heizuizi, même sur le point de mourir le camp l’a non seulement acceptée mais a continué de la torturer et de lui faire subir des lavages de cerveau, même qu’elle était agonisante. En décembre 2001 le camp de travail de Heizuizi à de nouveau accepté beaucoup de pratiquantes de Dafa trop malades pour y rester. De plus ils les battaient et les forçaient d’assister au séances de lavage de cerveau et aux travaux pénibles.

5. Pièce secrète pour tortures cruelles.
A côté de notre secteur se trouvait un entrepôt. C’était en fait une salle de torture secrète équipée avec un ‘’lit de la mort’’ et d’autres instruments de torture. Un jour, la pratiquante Zhou a recommencé une grève de la faim et refusé de signer son nom. Elle a alors été battue par l’instructeur Zhang de la 2me équipe ( qui était instructeur pour les vrais criminels). Le matraquage a duré longtemps, et était très bruyant et n’ a cessé que lorsque Zhang tellement fatigué ne pouvait plus souffler.

Plus tard, Zhang est venu à notre place de travail avec une épée brillante et nous a dit : « Ceux d’entre-vous qui ont abandonné le Falun Gong ne doivent pas avoir peur, je ne frappe que ceux qui refusent de l’abandonner ». Et puis il nous a menacés avec avant de sortir. Les policiers impitoyables utilisaient cette épée d’une autre époque pour battre les pratiquants de Dafa ; c’était extrêmement douloureux. Dans cette salle secrète, d’innombrables pratiquantes ont été torturées.

http://minghui.ca/mh/articles/2002/1/21/23568.html
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/2/1/18310.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.