M. Dong Dejun de la Province de Jilin est mort après un brutal passage à tabac dans un camp de travail forcé

Le pratiquant de Falun Dafa M. Dong Dejun âgé de 61 ans vivait dans la ville de Dehui dans la Province de Jilin. Le 3 Février 2002 les policiers du Département de la police de la ville de Dehui l’ont arrêté. Le 27 mars M. Dong a été emmené dans le camp de travail de Yinmahe à Jiutai où en seulement deux jours il a été battu au point de devenir handicapé. Son système nerveux a été endommagé et il ne pouvait plus s’occuper de lui même. Après avoir été torturé jour et nuit pendant plus de 800 jours et nuits il est mort tragiquement le 27 juin 2004.

Quand la vérité sur le Falun Gong a été exposé dans la ville de Changchun par interception de réseau de la TV le 5 mars 2003, le régime de Jiang de rage a lancé l’ordre secret de « Tuez les (les pratiquants de Falun Gong) sans exception, » commençant ainsi une grande vague d’arrestation à travers la Province. Le 3 février, le Chef du Commissariat de Police du village de Wutai, Mou Xiaojun et les policiers Guo Fengjun et Li Xiuyou ont comploté ensemble avec les policiers du commissariat de police de la ville de Dehui pour s’introduire dans la maison de Dong Dejun. Devant plusieurs témoins, ils ont enlevé Dong Dejun et l’ont amené au poste de police.

Dong Dejun, fidèle à sa croyance en “Vérité, Compassion et Tolérance” n’a pas écrit la « lettre de garantie » (1) et a été alors illégalement détenu au centre de détention de la ville de Dehui. Puis il a été envoyé dans un camp de travaux forcés. Le 27 mars 2002 il a été envoyé à Jiutai, le fameux camp de travaux forcés.
Quelques jours plus tard, la famille de Dong Dejun a reçu un message du directeur du camp Meng Xianglin, lui demandant de venir à Changchun pour le chercher. Ils ne l’avaient pas vu depuis un peu plus de dix jours. Quand les membres de sa famille sont allés le voir à l’hôpital, M. Dong était émacié, inconscient et à l’article de la mort. Le camp a dit à la famille que c’était dû à sa grève de la faim. Cependant ce n’était pas la vérité.

Selon une source venant de l’intérieur du camp de Yinmahe, le deuxième jour de l’arrivée de Dong Dejun à la « brigade de rééducation » il a été cruellement torturé. Le témoin a dit que certains prisonniers ont traîné Dong du dortoir n°2 à la salle de bain à travers le couloir et l’ont battu et donné des coups de pieds. Après l’avoir maintenu au sol ils lui ont donné des coups de pieds sur la tête avec des chaussures en cuir lourdes. Dong Dejun a immédiatement perdu connaissance.

Quand ils ont réalisé que Dong Dejun était à l’article de la mort, les gardiens et les prisonniers ont amené Dong à l’hôpital de la ville de Jiutai en voiture afin d’essayer de lui sauver la vie. Cependant l’hôpital n’a pas pu le sauver parce que son cerveau avait été endommagé. De là ils ont envoyé Dong Dejun à l’Hôpital des Amitiés Sino Japonais à Changchun. Selon le spécialiste qui l’a examiné, son cerveau a été si gravement blessé qu’un grand caillot s’était formé. Personne ne pouvait rien pour l’aider. Afin de ne pas être tenu responsable, les fonctionnaires du camp ont menti à sa famille, qui l’a ensuite ramené à la maison.

Une fois revenu dans sa famille, Dong Dejun était toujours extrêmement faible. Sa Famille avait du mal à lui injecter des médicaments car ses veines s’étaient rétrécies. Grâce au soin affectueux de sa famille, l’état de santé de Dong Dejun s’est amélioré un petit peu et il survécut quelques temps. Malheureusement dû au dommage extrême du cerveau et des nerfs il ne s’est jamais réveillé du coma. Le coté gauche de son corps a été tellement battu qu’il était paralysé. Il était obligé de rester allongé au lit et il ne pouvait pas prendre soin de lui-même. Il vivait avec son père âgé de 83 ans. Sa nièce s’occupait de ses besoins journaliers.

C’est ainsi qu’un homme du troisième age en bonne santé et au standard moral élevé, qui suivait les principes de “Vérité, Compassion et Tolérance” a été persécuté à mort seulement 17 jours après avoir été arrêté et deux jours après qu’il ait été envoyé au camp de Yinmahe.

En juin 2004, après avoir subi la douleur de 800 jours de torture, la santé de Dong Dejun a empiré graduellement. Il est mort tragiquement le 27 juin, après un traitement médical inefficace.

Le personnel du camp de travaux forcés de Yinmahé est responsable de l’assassinat du pratiquant de Dafa Dong Dejun. L’éducateur de la « brigade de rééducation » Gao Ke est le principal coupable.

Téléphones des bureaux et du personnel impliqué:
Le Chef du Commissariat de Police du Village de Wutai, de la Ville de Dehui: Mou Xiaojun 86-431-7580010 (Office), 86-130891320 (Moblie); 86-431-7272828 (Domicile);
Le policier du commissariat de Wutai: Guo Fengjun, Li Xiuyou 86-431-7580010 (Bureau);
Le Chef de la Division Politique et de la Sécurité du Département de Police de la ville de Dehui: Zhao Yujie 86-431-7222053 (Bureau), 86-431-7224923 (Domicile), 86-13504397188 (Mobile);
Le Vice Président de la Division Politique et de la Sécurité du Département de Police de la ville de Dehui: Zhang Qingchun 86-431-7222053 (Bureau), 86-431-7264567 (Domicile), 86-13630545335 (Mobile).
Téléphones des personnes impliquées dans le camp de Yinmahe à Jiutai:
Le Directeur Guo Junpeng 86-431-2511197 (Bureau);
Le Directeur Administratif, Zhen Hailin 86-13331651669 (Mobile);
Le Directeur de la Santé, Wang Chunshi, 86-13844002938 (Mobile);
Gao Ke, Meng Xianglin (Meng a été transferré au Camp de Taravaux forcés pour femme de Changchun).

(1) « Lettre de Garantie »: une déclaration stipulant qu’il ou elle a des remords d’avoir pratiqué le Falun Gong et donne la garantie qu’il ou elle ne pratiquera plus le Falun Gong de nouveau, et il ou elle n’ira plus faire appel à Beijing en faveur du Falun Gong et ne s’associera plus avec des pratiquants de Falun Gong.

Version Chinoise disponible sur http://minghui.org/mh/articles/2004/7/21/79923.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.