De John Leighton Stuart à Mike Pompeo, le Parti communiste chinois attaque quiconque révèle ses vraies couleurs

Début mai, les médias d'État chinois ont attaqué le secrétaire d'État américain Mike Pompeo, qualifiant ses propos sur l'origine du coronavirus de " fous et évasifs ".


Le Quotidien du Peuple, journal officiel du Parti communiste chinois (PCC), a consacré des éditoriaux entiers à vitupérer contre Pompeo pour sa critique de Pékin. La chaîne de télévision publique chinoise CCTV a qualifié Pompeo d ' " ennemi public " dans l'un de ses commentaires. L'agence de presse officielle Xinhua l'a dénoncé comme " l'un des pires secrétaires d'Etat de l'histoire américaine ".


Pompeo n'était pas le premier homme politique américain à être publiquement condamné par le PCC.


John Leighton Stuart a été ambassadeur auprès du gouvernement nationaliste de Chine de Chiang Kai-shek en 1946. Lorsque le Parti communiste a pris le pouvoir en 1949, Mao Zedong a publié une monographie en première page du Quotidien du Peuple intitulée "Adieu, Leighton Stuart", dans lequel il appelait Stuart un agresseur des impérialistes américains et l’ennemi de la Chine.


Mais la vérité était tout le contraire.


Stuart: "Le communisme est un système de démons"
John Leighton Stuart est né en 1876 à Hangzhou, province du Zhejiang en Chine. Ses parents étaient missionnaires. Stuart est retourné aux États-Unis à l'âge de 11 ans pour terminer ses études. Il a étudié au New York Concord Theological Seminary et est retourné en Chine en 1904 en tant que missionnaire. Il a vécu en Chine pendant 50 ans. Il a dit une fois qu'il y avait plus de substance chinoise que d'éléments américains dans son sang.


Stuart a enseigné au Yuying College et à la Zhejiang School. Il a fondé la célèbre université de Yanjing et en a été le premier président. Il parlait couramment chinois et avait une profonde compréhension de la culture chinoise. Il a dit dans ses mémoires : "Le cœur de la littérature traditionnelle chinoise souligne l'harmonie entre les êtres humains et l'ordre moral cosmique. En plus d'approfondir mon respect pour la culture chinoise, sa lecture à long terme cultive également mon caractère et renforce ma croyance en Dieu. "


En raison de ses convictions chrétiennes, Stuart avait une meilleure compréhension du communisme que la plupart des gens de son temps. "Le communisme est un système de démons qui nie l'existence de Dieu et nie que les gens ont une âme. Ils déclarent que tout est matériel et que toutes les actions sont matérialistes. Ils forcent tous les êtres humains à les accepter et utilisent la force et la tromperie pour atteindre leurs objectifs. Le communisme consiste à tout dévorer pour assurer sa propre survie. Son désir n'est jamais satisfait. Ni la gentillesse ni la chaleur ne peuvent changer son attitude. Car ce démon perturbe le monde, nous devons faire de notre mieux pour l'arrêter", a-t-il écrit.


Il a averti que la politique américaine envers la Chine devrait être basée sur les principes fondateurs des États-Unis et ne pas être influencée par des promesses hypocrites et des intérêts économiques. Pour cette raison, il a été étiqueté par le PCC comme un ennemi du peuple chinois.


Le PCC incite à la haine pour atteindre ses objectifs
Pour le PCC, le but de châtier quelqu'un n'est pas tant de critiquer la position ou l'opinion de l'accusé, que de provoquer la colère et d'inciter à la haine. Il ne s'agit pas de faire comprendre aux gens les erreurs ou les absurdités des accusés, mais de faire obéir les gens au Parti communiste. Pour faire preuve de loyauté envers le PCC, il faut suivre son exemple et s'en prendre à celui qu'il cible.


Historiquement, le PCC a sali les intellectuels, les propriétaires fonciers, les étrangers, les chefs religieux et autres. Les Chinois n’ont eu d’autre choix que de condamner ceux qui étaient qualifiés d'ennemis du Parti communiste.


Par exemple, pendant la persécution du Falun Gong, les policiers ont forcé les pratiquants à maudire le Falun Gong et son fondateur. Ceux qui ont refusé ont été emprisonnés. Les autorités peuvent prolonger arbitrairement leurs peines de prison s’ils refusent de maudire et d'abandonner le Falun Gong. Dans les centres de lavage de cerveau, les pratiquants sont forcés d'utiliser le blasphème pour montrer qu'ils se sont soumis aux exigences de renoncer au Falun Gong.


Reconnaître les vraies couleurs du PCC
Dans ses attaques contre Pompeo au début du mois de mai, CCTV l'a accusé de quatre crimes et de tomber en dessous de la ligne de base de l'humanité. Il a été qualifié d '" ennemi commun de l'humanité".


Selon un rapport de RFI, " Pompeo pourrait avoir été le premier secrétaire d'État américain à être attaqué dans le " style de la révolution culturelle " depuis l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et les États-Unis. " Certains analystes pensent que c'est parce que Pompeo a adopté une ligne dure contre la Chine et n'a pas hésité à dénoncer Pékin pour avoir caché la vérité à propos du coronavirus.


Dans une interview accordée à Fox News le 29 avril, Pompeo a déclaré : " Le Parti communiste chinois a maintenant la responsabilité de dire au monde comment cette pandémie est sortie de Chine et dans le monde entier, provoquant une telle dévastation économique mondiale. " Il a accusé le PCC d'utiliser la " désinformation classique " pour dissimuler la vérité.


S'exprimant dans le cadre de l'émission "This Week" sur ABC le 3 mai, Pompeo a déclaré : " Nous avons vu qu'ils ont jeté les journalistes dehors", en référence aux ordres donnés aux correspondants américains du New York Times , du Washington Post et du Wall Street Journal de quitter la Chine. "Nous avons vu que ceux qui ont essayé de dénoncer ce sujet , des professionnels de la santé en Chine, ont été réduits au silence. Ils ont stoppé les reportages - tout le genre de choses que font les régimes autoritaires, la façon dont les partis communistes opèrent "


Le PCC peut-il se soustraire à ses responsabilités?
Durant les 70 ans après que Mao Zedong a écrit " Adieu, Leighton Stuart ", plus de 80 millions de Chinois sont morts de morts non naturelles sous le régime communiste. Le PCC n'a jamais admis ses propres méfaits. Au lieu de cela, il a toujours insisté sur sa "grandeur " face à ses ennemis présumés.


Alors que la majeure partie de la Chine était toujours en confinement en raison de la pandémie, le PCC a publié, en février 2020, un livre intitulé La Grande Guerre contre la pandémie . Le livre de deux millions de mots loue le PCC et son leader pour sa vision stratégique et son excellent leadership dans la lutte contre la pandémie.


Face aux appels croissants en faveur d’une enquête internationale sur les origines du coronavirus, Xinhua a publié une courte animation intitulée " Il était une fois un virus " se moquant de la réponse américaine à la pandémie.


Le gouvernement chinois adopte également une position de plus en plus dure face aux critiques des autres pays en adoptant une "diplomatie du guerrier-loup". Un article récent de Voice of America déclarait : "Alors que de nombreux pays dans le monde ont l'intention de tenir le Parti communiste chinois pour responsable et de demander des compensations pour avoir dissimulé la vérité sur la propagation du coronavirus en Chine qui a conduit à la pandémie mondiale, les médias d’État du PCC se sont engagés dans des campagnes de diffamation ces dernières semaines".


Sans aucun doute, Mike Pompeo est l'une des cibles.


Certains analystes ont comparé les pertes en vies humaines, le chaos et la dévastation de l'économie mondiale causés par COVID-19 à l'équivalent d'une autre guerre mondiale. De nombreux pays ont lancé des enquêtes sur le rôle du PCC dans la dissimulation de la propagation du virus. Le PCC peut-il cette fois-ci se soustraire à sa responsabilité ?


Version anglaise :
From John Leighton Stuart to Mike Pompeo, the Chinese Communist Party Attacks Whoever Reveals Its True Colors

Version chinoise :
从司徒雷登到蓬佩奥-谁说真话党骂谁

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.