Une nouvelle Chine n'est possible qu'avec la disparition du PCC

Dans la Chine communiste, on apprend dès l'enfance que le Parti communiste chinois (PCC) est la «mère» du peuple chinois et qu’on doit «aimer le Parti et le pays» comme on aime ses parents biologiques.


Dans l'esprit de la plupart des Chinois, la Chine et le Parti communiste chinois ne font qu'un. Le PCC profite de leur fort sens du patriotisme pour maintenir son contrôle sur leurs esprits.


Par exemple, lorsqu'un pays occidental critique le PCC pour quoi que ce soit, le Parti affirme aussitôt que «l'impérialisme occidental n'a jamais cessé d'essayer de nous anéantir», ce qui provoque alors des vagues d'insultes verbales fanatiques de ses partisans en colère, qui croient que c'est pour eux la seule façon de montrer leur «dignité» et leur «confiance nationale».


D'un autre côté, si un Chinois exprime une opinion que le PCC n'aime pas, il sera considéré comme un traître au pays et soumis à diverses formes de punition, y compris la mort.


Voici quelques exemples :


Chu Anping l’ « Anti-droitier »
Chu Anping était un universitaire, un journaliste libéral et un commentateur renommé à l'époque de la République en Chine. Il a été rédacteur en chef du Guangming Daily après la prise de fonction du PCC, mais a été purgé en 1957 après avoir fait des commentaires critiques sur l'inconduite de la gouvernance du PCC avant la campagne anti-droitiers, qui visait à éliminer les intellectuels qui ne montraient pas suffisamment de loyauté au PCC.


Chu a écrit dans l'un de ses articles avant l'arrivée au pouvoir du PCC :
Pour être honnête, en termes de liberté, c'est toujours une question de «plus» ou «moins» sous la domination du Parti national, mais ce serait «avoir» ou «ne pas avoir du tout» si le Parti communiste est au pouvoir.


En fait, le Parti communiste ne se soucie pas du tout d'avoir une constitution. Ce qu'ils recherchent, c'est l'expansion de l'armée et du territoire.


Pour les communistes, il n'y a que des «ennemis» ou «nous». Ils n'accepteront que ceux qui les suivent et considéreront ceux qui ne les suivent pas comme des ennemis. Il n'y a aucun sens d'humanité ou d'amitié pour les communistes.


Tout en travaillant sous le régime communiste, Chu a critiqué le fonctionnement des autocrates du PCC et a décrit la Chine comme un « Empire du Parti », ce qui a irrité les principaux dirigeants du PCC. En 1957, il a été qualifié d’« extrême droitier », puni et banni de la vie publique.


Chu a subi une autre série de persécutions pendant la « révolution culturelle » et a disparu en septembre 1966. Personne ne sait exactement ce qui lui est arrivé, bien que certains aient affirmé qu'il s'était suicidé.


La vie tragique de Qu Xiao
Qu Xiao, l'un des trois orateurs les plus éloquents et médiatisés du régime du PCC, a eu une vie tragique.

Son père est mort écrasé par un camion soviétique en 1951 alors qu’il avait 19 ans. Puis il a été purgé en tant que « droitier » en 1957 parce qu'il était soupçonné d'être antisoviétique à la suite de la mort de son père. Il a été emmené dans un camp de travail forcé en 1958 et libéré en 1961. Après le début de la révolution culturelle en 1966, il a été arrêté en 1968 et condamné à 20 ans pour avoir fait des commentaires «contre-révolutionnaires». Il a été libéré en 1979.


Malgré une telle injustice et la perte de sa liberté pendant des décennies, Qu Xiao ne pouvait pas voir que la cause profonde de ses souffrances était le PCC et continuait à croire ses mensonges et sa propagande.


Remarquant qu'il était un orateur public talentueux, le PCC l'a recruté pour travailler dans son département de propagande en 1985 et il l’a chargé de parler, chantant les louanges du PCC, à 2500 rassemblements pour laver le cerveau d'innombrables jeunes à travers la Chine.


À la fin des années 80, le PCC a envoyé Qu Xiao aux États-Unis pour parler à des étudiants chinois étudiant à l'étranger. Son objectif était d'inspirer leur patriotisme et de renforcer leur fidélité au Parti.
Le professeur Wang Rongzu, historien de la Chine pro-communiste de Taïwan, a été invité à cette première conférence de la tournée américaine de Qu Xiao.


Comme toujours, Qu Xiao a fait une présentation touchante et pleine d’émotion, relatant les rebondissements de sa vie tragique, en particulier ses années de misère derrière les barreaux. Des larmes coulaient sur son visage alors qu'il racontait les moments les plus douloureux.


Mais à la fin, il a soudainement changé de ton et a proclamé avec une ferveur zélée: «Le Parti communiste est notre chère mère. Même si une mère peut mal traiter son enfant, comment l'enfant peut-il cesser d'aimer sa mère? Nous ne devrions jamais nous venger du Parti. »


De tels récits seraient sans aucun doute accueillis par de forts applaudissements en Chine, mais celui-ci a très mal tourné aux États-Unis. Dès que Qu Xiao a eu terminé, le professeur Wang de Taiwan s'est levé et a dit avec émotion : «Je suis profondément troublé et très en colère qu’un jeune universitaire ait été emprisonné pendant 14 ans sans raison!»


«J'ai lu des reportages similaires lorsque j'étais à Taïwan, mais rien de pire que cela, rien de plus réel que ce que j'ai entendu tout à l'heure. » Il était très en colère [d'apprendre comment le PCC traite son peuple].


«Le Parti communiste est [une] mère? Comment une mère peut-elle torturer son enfant aussi longtemps? Même la pire belle-mère ne serait pas aussi cruelle. Comment le Parti peut-il encore s'attendre à ce que ses enfants battus lui soient fidèles?! » Le professeur Wang a continué, ignorant quelqu'un qui essayait de l'arrêter. « Dans toute société civilisée, ce qu'ils font serait puni par la loi! »


Qu Xiao a pâli, visiblement ébranlé par les remarques inattendues du professeur Wang.


Craignant que ses discours ne se retournent contre les États-Unis, Qu Xiao a annulé ses conférences restantes. Après son retour en Chine, il a cessé de participer à des activités publiques. Peu de temps après, il a été atteint d'une maladie cérébrale et a perdu la capacité de parler. Il est décédé en 2003.


Le PCC exagère toujours ses "bonnes actions" et s'attribue le mérite de toutes les réalisations du peuple. Si quelque chose tourne mal, il cherche un bouc émissaire et fait taire les gens en leur disant de ne pas étaler le linge sale de la Chine en public, rappelant à tous que les mauvaises nouvelles ne doivent pas être diffusées en dehors de la famille.


«N'étalez pas notre linge sale en public»
Le PCC exagère a toujours exagéré ses « bonnes actions » et se crédite de toutes les réalisations du peuple. Si quelque chose se passe mal, il essaie de trouver un bouc émissaire et fait taire les gens en leur disant de ne pas laver le linge sale de la Chine en public, rappelant à tout le monde que les mauvaises nouvelles ne devraient pas se propager en dehors de la famille.


Mais la vérité apparaîtra toujours tôt ou tard, et de plus en plus de gens sont prêts à dire la vérité malgré l'étreinte du PCC.


Fang Fang (Wang Fang), écrivaine bien connue en Chine, a récemment attiré l'attention internationale avec ses récits quotidiens sur les réseaux sociaux de ce qui se passait pendant le confinement de Wuhan. Dans son journal, elle a décrit les peurs, les frustrations, les difficultés et les aspirations des habitants, mais elle a également fait des commentaires négatifs sur la gestion de l'épidémie de coronavirus par la bureaucratie du PCC.


Même si Fang Fang n'a pas dit que le PCC était maléfique ni remis en cause son totalitarisme qui est la cause profonde de la pandémie, elle s'est rapidement retrouvée la cible de critiques de la part de nombreux internautes «patriotiques», qui l'ont traitée de «menteuse» et de traître »parce qu'elle avait« étalé leur linge sale en public ».


Ceci est très similaire à ce qui est arrivé à Boris Pasternak, l’auteur du Dr. Jivago. Dans le livre, Pasternak dépeint d’une perspective humaniste les événements majeurs entourant la révolution d'octobre en Russie.


Après l'annonce de l'attribution du prix Nobel à Pasternak en 1958, le département de la propagande de l'ex-Union soviétique a lancé une attaque contre lui, l'accusant de saper la "révolution rouge" et de plaire aux ennemis de l'Union soviétique. Le Dr. Jivago, publié pour la première fois par une maison d'édition occidentale, a été le premier livre interdit par un régime pour des raisons politiques.


La purge politique a eu un lourd tribut sur sa santé et Pasternak est décédé d'un cancer du poumon deux ans plus tard. Dans l'un de ses derniers poèmes, il écrit: «Perdu, comme une bête incarcérée ... ... Suis-je vraiment si pollué, Malfaiteur, tueur aussi? ...... Je crois que le jour est proche, Je crois que le jour est proche, où le cœur du bien surpassera la rage et la bassesse - même ici". »


Une nouvelle Chine sans le PCC se profile
Vers la fin des années 80 et le début des années 90, le communisme en Europe de l'Est et en Union soviétique s'est désintégré, marquant la fin de la guerre froide et la défaite complète du mouvement communiste international. Les pays d'Europe de l'Est, la Russie et d'autres États de la Communauté des États indépendants (CEI), ayant excisé la tumeur maligne du communisme, sont entrés dans une nouvelle ère qui embrasse la liberté et l'humanité.


La désintégration pacifique de l'ancienne Union soviétique a montré au monde qu'une nouvelle ère fondée sur la liberté et l'humanité n'est possible que sans le régime autocratique du Parti communiste. Et ce n'est qu'en désintégrant le Parti communiste chinois que le peuple chinois pourra jouir de la vraie liberté, des droits humains fondamentaux et du bonheur.


Compte tenu du réveil rapide de la communauté internationale et du peuple chinois, ce jour ne devrait pas être trop loin. Les gens doivent s'y préparer, et la meilleure façon d'accueillir une nouvelle Chine est de rompre complètement avec le PCC pervers et trompeur.


Version anglaise :
A New China Is Only Possible with the Demise of the CCP

Version chinoise :
没有共产党,才有新中国

Image : Cette affiche, placardée à la fin de 1966 à Pékin, montre comment faire face aux «ennemis de classe» pendant la Révolution culturelle (Jean Vincent / AFP / Getty Images) - Les 9 commentaires sur le Parti communiste – 7eme partie

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.