" Une société saine ne devrait pas avoir qu’une seule voix "

Li Wenliang, un ophtalmologiste de 34 ans de Wuhan qui a le premier annoncé le nouveau coronavirus sur les réseaux sociaux chinois, est décédé du virus le matin du 7 février.


La mort du Dr Li a déclenché beaucoup de colère et d’émotions parmi le public, de nombreux internautes ayant critiqué les autorités pour l'avoir réduit au silence et accusé de répandre des rumeurs lorsqu'il a sonné l'alarme sur le coronavirus.


Chen Jue, un utilisateur de Facebook, a laissé un commentaire sur Voice of America (VOA) sous la nouvelle de la mort du Dr Li: "Combien de personnes sont mortes parce qu'elles ont cru dans le gouvernement ! En raison de la condamnation publique des huit lanceurs d’alerte [y compris le Dr Li], tant de gens ont cru à l'affirmation du gouvernement selon laquelle il n'y avait aucun risque ou problème de sécurité concernant le virus. Puis ils ont été infectés et sont morts. Je dirais que c'est le prix qu'ils ont payé pour avoir cru dans le gouvernement (communiste chinois)! "


"Une société saine ne devrait pas avoir qu’une seule voix"
Fin décembre 2019, le Dr Li a envoyé des messages à un groupe de discussion de ses anciens élèves de l'école de médecine, les avertissant d'un nouveau virus de type SRAS attaquant le système respiratoire. Le 1er janvier 2020, lui et sept autres collègues travaillant dans le même hôpital ont été arrêtés par la police de Wuhan pour "propagation de rumeurs ". Cet incident a été rapporté à une heure de grande écoute sur la chaîne de télévision publique CCTV (China Central Television).


Interrogé et soumis à des pressions par la police, le Dr Li a été contraint d'écrire une déclaration critique contre lui-même pour " avoir enfreint la loi et gravement perturbé l'ordre social".


Hu Fayun, un auteur de Wuhan, a déclaré à VOA que "d'après les messages et les déclarations de Li, il n'était qu'un internaute typique qui se souciait de sa famille et des autres. Il a envoyé l'avertissement concernant le virus pour s'acquitter de sa responsabilité en tant que médecin, et c'est également la réaction normale que quiconque aurait face à l'urgence. Juste pour avoir dit la vérité, il a été soumis à un traitement extrêmement injuste. Et aussi à cause de cela, de nombreux internautes chinois qui se trouvaient dans des situations similaires se sont soudainement réveillés."


Alors que l'épidémie devenait de plus en plus grave, le gouvernement a reconnu plus tard les efforts du Dr Li pour informer le public du coronavirus.


Dans une interview avec un média chinois Caixin , le Dr Li a dit qu'il n'était plus important de savoir s'il était réhabilité, mais " qu’une société saine ne devrait pas avoir une seule voix. "


Peu après la mort du Dr Li, cinq autres membres du personnel médical de la province du Yunnan ont été arrêtés, détenus et condamnés à une amende pour avoir "pris des vidéos non autorisées et diffusé des informations sur le contrôle et la prévention de l'épidémie".


Un internaute a commenté : « La police n'a fait que suivre l'ordre de réprimander les dénonciateurs et la présentatrice que lire les scripts donnés par leurs superviseurs au sujet des arrestations. Mais ce n'est que lorsque tout le monde ose dire: "Je refuse de mentir" ou "Je refuse d'exécuter l'ordre" que nous ne nous retrouverons pas un jour dans une situation d’impuissance et ne mourrons pas comme des chiens."


Un journaliste citoyen arrêté pour avoir diffusé des vidéos de sacs mortuaires
Outre le personnel médical qui a diffusé l’information, il y a des journalistes citoyens qui ont risqué leur vie en enquêtant sur l'épidémie. Certains ont également été pris pour cible par la police.


Fang Bin, journaliste citoyen à Wuhan, diffuse des informations sur l'épidémie via des plateformes en ligne. Peu de temps après avoir partagé une vidéo de sacs mortuaires à l'extérieur d'un hôpital et d'un homme fondant en larmes après avoir perdu son père à cause du virus, Fang a été arrêté et détenu pendant quelques heures.


Fang a déclaré à VOA que la police prétendait être du personnel du centre de prévention des épidémies. Ils ont frappé à sa porte à 19 heures le 1er février et ont exigé qu’il subisse un examen physique car il était récemment allé à l'hôpital. Il est parti avec eux, pour être emmené au poste de police et interrogé. Ses deux ordinateurs ont également été confisqués, ils n'ont pas été restitués lorsqu’il a été relâché.


Fang a dit que parce qu'il avait publié une vidéo demandant de l'aide avant l'arrestation, la police pourrait avoir subi des pressions pour qu’ils le libèrent en raison de l'attention du public à son sujet.

Version anglaise :
“A Healthy Society Shouldn’t Have One Voice Only”

Version chinoise :
“一个健康的社会不应只有一个声音”

Image : le Dr. Li Wenliang, un ophtalmologiste de 34 ans de Wuhan qui a le premier annoncé le nouveau coronavirus sur les réseaux sociaux chinois, est décédé du virus le matin du 7 février.. (YouTube/Capture d'écran)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.