Séisme de Tangshan, SRAS et épidémie de coronavirus

Parmi tous les tremblements de terre du 20e siècle, celui de Tangshan, en Chine, le 28 juillet 1976, a probablement été le plus dévastateur avec un nombre de morts d'environ 240 000 personnes. Sa magnitude de 7,8 sur l’échelle de Richter n’en fait cependant que le 18e plus grand tremblement de terre du siècle.


Catastrophe naturelle versus erreur humaine
Aucun avertissement n'a été donné au public avant le tremblement de terre de Tangshan. En fait, lorsqu'une conférence nationale sur la prévention des tremblements de terre s'est tenue à Tangshan deux semaines plus tôt, le 14 juillet, de nombreuses tentatives d'experts de faire part de leurs conclusions sur un prochain tremblement de terre à Tangshan ont été réprimées pour des raisons politiques, en raison de la proximité de la ville avec Pékin.


Wang Chengmin était un jeune scientifique de l'Administration nationale des tremblements de terre. Après s'être vu interdire d'annoncer l'avertissement lors de la session plénière de la conférence, il a pris un risque et a partagé ses découvertes lors de séances de discussion en petits groupes dans la soirée du 17 et 18 juillet. "Un tremblement de terre de magnitude M5 ou plus est prévu dans la région de la ville de Tangshan et du comté de Luan entre le 22 juillet et le 5 août", a-t-il déclaré aux autres participants.


Un délégué du canton de Qinglong, province du Hebei, a entendu cela et l'a signalé à ses fonctionnaires locaux, qui ont rapidement informé tout le monde dans le canton. Lorsque le tremblement de terre a frappé le 28 juillet, personne n'est mort dans ce canton à la population de 400 000 habitants, qui n'était pourtant qu'à environ 115 km (71 miles) de Tangshan.


Le miracle de Qinglong a été documenté par les Nations Unies comme un exemple de prévention, d'alerte et de gestion des catastrophes.


Le miracle de Qinglong a également démystifié la propagande du Parti communiste chinois selon laquelle le tremblement de terre de Tangshan avait été "soudain" et sans le moindre signe d'avertissement.
Liu Huaqing, un amiral de la marine de l'Armée populaire de libération (PLAN) en Chine, a dit un jour à propos du tremblement de terre de Tangshan: "Ce tremblement de terre était une catastrophe naturelle, mais ses dégâts ont été aggravés par des erreurs humaines."


Les lanceurs d'alerte sont muselés en Chine
L'histoire se répète en Chine. Lorsque le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) a éclaté en Chine en 2003, Jiang Yanyong, chef de chirurgie à la retraite de l'hôpital militaire n ° 301 de Pékin, a révélé l'épidémie au public. Bien que Jiang ait sauvé d'innombrables personnes et que sa remarque « un médecin qui ment causera des morts » ait été largement citée, il a néanmoins été réprimé par des fonctionnaires du PCC et il est toujours assigné à résidence aujourd'hui.


Des incidents similaires se sont produits lors de la récente épidémie de coronavirus. Lorsque Xiao Hui et Wang Heyan, deux journalistes du magazine Caixin, se sont rendus à l'épicentre de Wuhan pour faire un reportage sur l'épidémie, tous deux ont été refoulés.


Xiao a déclaré qu’alors qu’elle prenait une photo du Marché de fruits de mer de Huanan, la source du virus, le jour du Nouvel An chinois (25 janvier), deux jours après la mise en quarantaine de la ville de Wuhan, quatre policiers de la sécurité se sont immédiatement précipités. "Aucune photo n'est autorisée. Effacez-la immédiatement ! " a hurlé l'un d'eux.


" Les supérieurs nous ont dit de faire ça", a déclaré un autre policier essayant d’attraper l’appareil photo. " Un journaliste japonais a été emmené hier au commissariat pour avoir pris des photos. "


Wang a dit qu'elle et ses collègues avaient contacté de nombreux médecins, espérant découvrir l'ampleur de l'épidémie. On leur a dit que le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies avait interdit aux médecins d'être interviewés ou de discuter de l'épidémie avec le public, même de façon anonyme.


À l'heure actuelle, le coronavirus s'est propagé dans toutes les provinces de Chine et dans plus de 10 pays.


Version anglaise :
Tangshan Earthquake, SARS, and Coronavirus Epidemic
Version chinoise :
唐山地震中的青龙奇迹

Image :Un dessin satirique sur l'éruption du virus dans le journal danois Jyllands-Posten a déclenché la fureur en Chine (Business Insider)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.