Un article sur le prélèvement forcé d'organes circulant sur les réseaux sociaux : " Une des pires atrocités de masse de ce siècle"

Health Europa Quarterly enquête sur l'horrible pratique du prélèvement forcé d'organes dans les prisons chinoises
 

En 2019, HEQ a été contacté par les représentants de survivants de la persécution, de la torture et du prélèvement forcé d'organes des pratiquants de Falun Gong en Chine, espérant faire connaître leur situation. Les pratiquants de Falun Gong, une pratique spiritualiste chinoise qui consiste en une combinaison de méditation et d'exercices de Qigong, sont persécutés en Chine depuis 1999. Le Parti communiste chinois a arrêté d'innombrables membres de cette pratique.


De nombreux pratiquants ont rapporté que, alors qu'ils se trouvaient dans le vaste réseau de centres de détention et de camps de travail forcé de Chine, ils ont été torturés. Des preuves indiquent que les pratiquants de Falun Gong, les musulmans ouïghours, les Tibétains et d'autres prisonniers ont été soumis à des prélèvements d'organes vivants forcés. En raison du manque de donneurs d'organes volontaires dans le pays, la Chine a pris des mesures extrêmes afin de fournir des transplantations à ses ressortissants et aux "touristes d'organes".


Ces "touristes d'organes" viennent du monde entier pour acheter un organe à un prisonnier non consentant pour un montant minimum d'environ 5 000 livres sterling (5 857 euros). Les pratiquants de Falun Gong qui ont été emprisonnés dans les centres de détention et les camps de travail en Chine déclarent avoir subi des examens médicaux et des tests sanguins inexpliqués comme précurseurs du prélèvement d'organes vivants ; tandis que les médecins qui ont participé à la pratique déclarent des sous-sols remplis de prisonniers vivants dont les organes ont été prélevés sur demande.


Le China Tribunal
En juin 2019, le Tribunal chinois, une enquête judiciaire indépendante sur la transplantation forcée d'organes en Chine, a rendu son jugement final. La conclusion du Tribunal, basée sur un large éventail de preuves et de témoignages fournis par plus de 50 témoins, a conclu que des crimes contre l'humanité avaient été commis contre les populations musulmanes ouïgoures et de Falun Gong en Chine.


Sir Geoffrey Nice QC, qui a présidé le Tribunal, a souligné que la seule raison pour laquelle son jugement n'a pas explicitement déterminé qu'un génocide avait été commis est que le Tribunal n'a pas été en mesure de prouver au-delà de tout doute raisonnable "l'intention très spécifique" d'exterminer le Falun Gong et les Ouïghours.


Le jugement final du Tribunal a déclaré : "Le prélèvement forcé d'organes a été commis pendant des années dans toute la Chine à une échelle significative et que les pratiquants de Falun Gong ont été une - et probablement la principale - source d'approvisionnement en organes. La persécution concertée et les tests médicaux des Ouïghours sont plus récents, et il se peut que des preuves du prélèvement forcé d'organes de ce groupe apparaissent en temps voulu.


Le Tribunal n'a pas eu la preuve que l'importante infrastructure associée à l'industrie de la transplantation en Chine a été démantelée et, en l'absence d'une explication satisfaisante quant à la source d'organes facilement disponibles, il conclut que le prélèvement forcé d'organes se poursuit jusqu'à aujourd'hui".


Le Conseil des droits de l'homme
L'avocat du tribunal chinois Hamid Sabi a présenté les conclusions du tribunal au Conseil des droits de l'homme des Nations unies (ONU) : "L’exécution de crimes contre l'humanité visant le Falun Gong et les Ouïghours [a] été prouvée au-delà de tout doute raisonnable. Victime pour victime et mort pour mort, le fait de couper les cœurs et autres organes de personnes vivantes, irréprochables, inoffensives et pacifiques constitue l'une des pires atrocités de masse de ce siècle.


La transplantation d'organes pour sauver des vies est un triomphe scientifique et social - mais tuer le donneur est un crime. Les gouvernements et les organismes internationaux doivent faire leur devoir non seulement en ce qui concerne l'éventuelle accusation de génocide, mais aussi en ce qui concerne les crimes contre l'humanité, que le Tribunal ne considère pas moins odieux. Il est de l'obligation légale des États membres des Nations unies et du devoir de ce conseil de se pencher sur ce comportement criminel".


Des survivants et des médecins s'expriment
HEQ s'est entretenu avec deux survivants du Falun Gong dans les prisons et les camps de travail chinois, qui ont tous deux fait état de traitements horribles. Nous avons également interviewé la bioéthicienne Wendy Rogers et le professeur Jacob Lavee, co-fondateur de Médecins contre le prélèvement forcé d'organes, qui nous ont donné un aperçu des implications médicales et éthiques de la transplantation forcée d'organes.


Lavee a contribué à la mise en œuvre de la loi pionnière d'Israël interdisant aux citoyens israéliens de recevoir des organes prélevés de force, et Rogers a publié des recherches qui ont conduit à la rétractation de plusieurs articles universitaires qui s'appuyaient sur l'utilisation d'organes provenant de sources non éthiques.


Le jugement final du Tribunal chinois conclut : "Les gouvernements et tous ceux qui interagissent de manière substantielle avec la [République populaire de Chine]... devraient maintenant reconnaître qu'ils interagissent - dans la mesure révélée ci-dessus -avec un État criminel". Depuis que le jugement a été rendu, très peu de choses ont changé. Plus d'un million de pratiquants du Falun Gong auraient été tués dans le célèbre système de goulag chinois, et un autre million de musulmans d'origine kazakhe et ouïghoure sont aujourd'hui emprisonnés dans des camps de travail.


Les gouvernements et les entreprises du monde entier continuent de faire des affaires avec la Chine. Les survivants et les universitaires que nous avons interrogés ont clairement indiqué que des violations épouvantables des droits de l'homme ont été commises au cours de plusieurs années et que ces abus se poursuivent encore aujourd'hui.


Cet article est désormais consultable dans sa version originale à : Health Europa Quarterl

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.