Histoires de tolérance et de pardon dans l'Antiquité


La tolérance et le pardon font partie de la vertu chinoise traditionnelle. Ils sont une manifestation de la compassion et aident à résoudre de nombreux conflits, comme l’indiquent les exemples ci-dessous.


Ne pas se défendre lorsqu’on est lésé

Comme le dit un proverbe, les blessures venant des armes sont relativement faciles à endurer, tandis que les dommages causés par des rumeurs sont les plus difficiles à supporter. Comment les anciens Chinois traitaient-ils les gens qui les blessaient de cette façon? Prenons l’exemple de quelques personnages historiques.


Cai Xiang, un responsable réputé de la dynastie Song du Nord, était un jour en train de boire avec un groupe d'amis quand l'un d'entre eux a accidentellement blessé un passant en se vantant de ses talents d’archer. Mais le coupable a prétendu que c’était la flèche de Cai qui avait blessé la personne, et la rumeur s’est aussitôt répondu dans la ville toute entière. L'empereur l’apprit et convoqua Cai au palais pour lui demander si cela était vrai. Cai s'est simplement agenouillé et a demandé pardon. Il ne s'est pas défendu et n'a dit à personne qu'il était innocent, même après son retour du palais.


Dans une situation similaire, Gao Fang, de la dynastie Jin orientale, exerçait les fonctions de juge sous le gouverneur de la Défense, Zhang Cong'en, à Chanzhou. Duan Hongjin, un officier de l'armée, avait volé du bois d'œuvre du gouvernement pour se fabriquer des meubles. Zhang était furieux lorsqu'il a apprit le vol et a voulu faire exécuter Duan. Pour se protéger, Duan a affirmé que Gao lui avait dit de prendre le bois. Zhang a demandé à Gao si c'était vrai, et Gao a admis que c'était de sa faute. La vie de Duan a ainsi été épargnée.


Peu après, Zhang a payé le solde de Gao, lui a donné un cheval et l'a renvoyé de son poste. Gao est parti tranquillement et n'a jamais défendu son innocence.


Peu de temps après, cependant, Zhang a envoyé quelqu'un pour rappeler Gao. Un an plus tard, l'un des confidents de confiance de Zhang lui a dit que Gao avait pris sur lui le blâme pour sauver une vie. Cela a surpris Zhang et il a traité Gao avec encore plus de respect par la suite.


Pardon et générosité

Donner de l'argent peut ne pas être très difficile, mais être gentil avec ceux qui volent ce qui vous appartient n'est pas quelque chose que feraient les gens ordinaires.


Lorsque Zhang Zhichang étudiait au Collège Imperial, sa famille a demandé à quelqu'un de lui apporter 10 taels (500 g) d'or. Pendant que Zhang était sorti, son colocataire a ouvert sa valise et a pris l'or. Les fonctionnaires du collège ont effectué une fouille et ont trouvé l'or. Pour éviter d'humilier son compagnon de chambre, Zhang a nié que l'or était à lui.7-


Son compagnon de chambre, qui lui avait volé son or, l'a rendu à Zhang ce soir-là. Sachant que son camarade était issu d'une famille pauvre, Zhang lui a donné la moitié de l'or.


Voici une histoire à propos de la transformation d'un voleur en un bon citoyen. Yu Lingyi de Caozhou était un homme honnête et n'avait jamais nuit à personne pour un gain personnel. Sa famille est devenue assez riche dans les dernières années de Yu. Une nuit, quelqu'un s'est introduit dans sa maison pour le voler. Ses fils ont attrapé l'intrus, qui s'est avéré être le fils de son voisin. Yu lui a demandé: "Tu n'as jamais rien fait de mal dans le passé. Pourquoi t'es-tu tourné vers le vol ?"


" Parce que nous sommes si pauvres ", a répondu le voleur. Yu lui a alors demandé ce dont il avait besoin. Le voleur a dit : "Dix mille pièces suffiraient pour acheter de la nourriture et des vêtements." Alors Yu lui a donné l'argent et l’a laissé partir. Mais il l'a rapidement rappelé. Le voleur était inquiet, pensant que Yu pouvait avoir changé d'avis et être sur le point de le dénoncer aux autorités.


Yu lui a dit: «Tu es très pauvre, mais maintenant tu as tout cet argent sur toi et il se fait tard. Je crains que les patrouilleurs ne t’arrêtent et ne t’ interrogent sur l'argent. »Yu a dit au voleur de rester pour la nuit et de rentrer chez lui le lendemain. Le voleur avait profondément honte de ce qu'il avait fait et est devenu une personne très honnête par la suite. Les voisins ont tous loué Yu pour sa gentillesse.


La famille de Yu est devenue encore plus prospère dans la région. Beaucoup de gens attribuaient cela aux bénédictions reçues pour ses bonnes actions.


Généreux. Pas irresponsable

La générosité n’équivaut pas à l’imprudence. S’agissant de la sécurité et de la prospérité de l'État, il faut considérer ceux qui sont honnêtes et capables.


Zhang Qixian, chancelier bien connu de la dynastie Song du Nord, fût un jour promu officier du transit au sud du fleuve Yangtsé. Un jour, lors d’un festin familial, un domestique a volé plusieurs pièces d’argenterie et les a cachées dans ses vêtements. Zhang a vu ce qu'il avait fait mais n'a rien dit. Plus tard, après que Zhang soit devenu chancelier, il a nommé un grand nombre de ses serviteurs comme fonctionnaires, à l'exception de celui qui avait volé l'argenterie.


Un jour, le serviteur s'est agenouillé devant Zhang et a dit: "Je vous ai servi le plus longtemps, mais ceux qui sont venus après moi ont déjà été promus. Pourquoi, pleurait-il, m’avez-vous oublié?"


Zhang a répondu avec sympathie : "Je ne voulais pas dire cela, mais j'ai peur que vous ne m’en vouliez quoiqu’il en soit. Vous rappelez-vous que lorsque nous étions dans le sud, vous avez volé un jour volé de l'argenterie? J’ai gardé cela secret pendant près de 30 ans et même vous ne savez peut-être pas que j'ai vu ce que vous avez fait. Maintenant que je suis le chancelier chargé de nommer et de révoquer les fonctionnaires, je dois promouvoir ceux qui sont vertueux et renvoyer ceux qui sont corrompus et avides. Comment puis-je recommander un voleur à un poste officiel ? "


" Cependant, puisque vous travaillez pour moi depuis longtemps, je vous donnerai trente mille pièces. Vous pouvez partir maintenant et choisir un endroit pour vous installer. Puisque j'ai révélé que je sais ce qui est arrivé dans le passé, vous auriez trop honte de rester plus longtemps. "


Le serviteur était abasourdi. Les larmes aux yeux, il a fait ses adieux à Zhang.


Source : Ren Jing de Wu Liang sous la dynastie des Yuan


Version anglaise :
Stories of Tolerance and Forgiveness in Ancient Times

Version chinojse :
古人宽忍大度故事数则

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.