Les conséquences de transcrire les écritures bouddhistes avec peu de respect

Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=164471


Il y avait il y a mille ans au Japon un général nommé Toshiyuki Fujiwara qui était aussi un poète accompli.


La calligraphie chinoise a été introduite au Japon pendant les dynasties Sui et Tang et était, de même que la culture traditionnelle chinoise, profondément admirée. L'apprentissage de la calligraphie chinoise est devenu une mode au Japon et s'est développé en une école d'art. Fujiwara était aussi un fan de calligraphie.


Après que le bouddhisme se soit propagé au Japon, de nombreux Japonais ont commencé à l’apprendre et à transcrire les écritures bouddhistes. Fujiwara s'y intéressait beaucoup et certains de ses amis lui demandèrent de transcrire pour eux des écritures bouddhistes. Il a copié à la main environ deux cents passages des écritures bouddhistes (à peu près l’équivalent de deux volumes).


Convoqué aux Enfers

Un jour, Fujiwara est décédé, mais il avait l'impression que son esprit était toujours en vie. Deux émissaires menaçants des enfers sont venus le trouver. Ils l'ont ligoté et emmené.


Contrarié d'être maltraité, Fujiwara demanda ce qu'il avait fait pour mériter cela. " Nous ne savons pas", a déclaré l'un d’eux. "Nous ne faisons que suivre les ordres de vous arrêter. Mais avez-vous jamais copié des écritures bouddhistes? "


Lorsque Fujiwara a admis l'avoir fait, l'émissaire a demandé : " Combien en avez-vous copié? " " J'ai copié deux volumes à la demande de mes amis ", a répondu Fujiwara. "Alors voilà pourquoi vous êtes convoqué dans le monde des ténèbres. " a déclaré l’envoyé des enfers. .


Tandis qu'ils escortaient Fujiwara en silence, environ 200 soldats à l’apparence de fantômes et portant une armure galopaient à cheval. Leurs yeux brillaient de fureur et leurs lèvres étaient rouges comme du feu. Tremblant de peur, Fujiwara faillit s'évanouir. Ils se dirigeaient droit sur lui.


Quand Fujiwara a demandé : "Qui sont ces soldats?", Un des émissaires a répondu:"Ce sont les gens qui vous ont demandé de transcrire les écritures bouddhistes. Ils espéraient en vous demandant cela, gagner de la vertu et renaître dans un monde meilleur, ou qu'ils deviendraient des divinités ou renaîtraient en tant qu'humains. Mais vous n'étiez pas diligent lorsque vous avez copié les écritures. Vous n'avez pas cessé de manger de la viande et d'entretenir toutes sortes de désirs. Votre esprit errait avec des pensées aléatoires et était rempli de notions sexuelles démoniaques. À cause de cela, ils n'ont jamais acquis aucune vertu et ont fini comme vous les voyez maintenant. Ils vous haïssent et vous ont signalé aux enfers. Cherchant à se venger, ils ont exigé votre arrestation. Vous n'auriez jamais été convoqué ici autrement."


" Que va-t-il m'arriver?»" Demanda Fujiwara en proie à une peur abjecte. " Vous posez toujours des questions stupides ", a déclaré l'émissaire. " Ils vous découperont en 200 morceaux avec leurs épées, et chacun en prendra une portion contenant un petit morceau de votre coeur. La douleur sera insupportable."


" Comment puis-je être épargné?»" demanda-t-il. "Je ne sais pas", a répondu l'émissaire, "je ne peux pas vous aider. "


Fujiwara faisait les cent pas quand il remarqua une rivière. Elle était noire comme de l'encre et émanait une odeur nauséabonde. Il a demandé à l'émissaire : "Pourquoi l'eau est-elle si noire et si malodorante?"


L'émissaire a répondu : "L'eau était l'encre que vous avez utilisée pour copier les écritures. Les écritures copiées par des personnes ayant un esprit clair et calme ont toutes été acceptées par le ciel, mais celles comme celles que vous avez copiées avec un esprit sale ont été jetées dans des terres incultes. La pluie a lavé l'encre et créé cette rivière." Fujiwara fût dévasté d'entendre cela.


Il sanglotait et a demandé à l’émissaire : " Que puis-je faire pour être sauvé? S'il vous plaît, aidez-moi."


*L'émissaire a dit avec sympathie :" Je suis vraiment désolé pour vous, mais vous avez accumulé beaucoup de karma de péché. Je ne peux vraiment pas vous aider. " À ce moment-là, quelqu'un leur a dit de se dépêcher.


Bientôt, ils sont arrivés à un portail. À l'intérieur beaucoup de gens étaient attachés ou entravés. Ils étaient venus de nombreux endroits différents et l'endroit était surpeuplé.


La promesse de changer

Les 200 soldats regardaient Fujiwara avec de la haine dans les yeux, impatients de le découper en morceaux. Terrifié, Fujiwara demanda de nouveau à l'émissaire: "Etes-vous sûr que je ne peux rien faire?"


"Eh bien, vous pouvez essayer de faire une un serment, en promettant de copier quatre volumes des Écritures."Fujiwara fit donc une promesse dans son cœur avant de passer le portail, il copierait quatre volumes des Écritures pour compenser ses mauvaises actions. Bientôt, il a été emmené au palais de l'enfer.


Un fonctionnaire est sorti et a demandé: "Est-ce Fujiwara?" "Oui, c'est ça", ont répondu les émissaires. Le fonctionnaire s'est plaint de leur retard, puis a demandé: "Fujiwara, écoutez attentivement. Quelle vertu avez-vous accumulé dans le monde humain? "


" Rien de spécial", répondit Fujiwara. " Je n'ai copié que 200 passages des Écritures bouddhistes." Le fonctionnaire a déclaré: "Votre vie n'a pas encore pris fin, mais vous avez été convoqué ici parce que vous avez copié les écritures bouddhistes avec un esprit dégoûtant. Maintenant, je vais vous remettre à ceux qui vous ont signalé et les laisser s’occuper de vous comme ils le souhaitent. "


Effrayé, Fujiwara a dit: "J’ai promis de transcrire quatre volumes des écritures bouddhistes, mais je n'en ai terminé que deux. J'ai été convoqué ici sans avoir rempli mon engagement."


" Est-ce vrai? Apportez-moi le livre des enregistrements, ordonna le fonctionnaire. Un énorme livre a été apporté. Pendant qu'il le feuilletait, Fujiwara y jeta un regard et vit que chaque péché qu'il avait commis était enregistré et aucun acte de vertu - jusqu'à la toute fin, le serment qu'il avait fait avant d'entrer dans le palais de l'enfer.


Le fonctionnaire a dit: "Très bien, je vais vous donner une chance cette fois-ci. Vous pouvez retourner pour accomplir votre serment, mais vous devez vraiment faire ce que vous avez promis. " Sur ses mots, les 200 soldats ont disparu instantanément. Le fonctionnaire a encore une fois insisté: "Vous devez remplir votre serment une fois retourné dans le monde humain !". Sur ces mots, Fujiwara a été libéré.


Remords et regrets éternels

Quand Fujiwara est revenu à la vie dans le monde humain, il a vu sa femme pleurer tristement. Il avait l'impression de se réveiller d'un rêve, mais tout dans le rêve était encore si vivant. Il a pensé: " Cette fois, je dois transcrire les écritures bouddhistes avec un cœur pur. "


Peu à peu, Fujiwara a retrouvé la santé. Il a préparé son pinceau, son bâtonnet d'encre, son papier et sa pierre d’encre pour copier les Écritures. Il a demandé à quelqu'un de tracer des lignes spéciales sur le papier afin de pouvoir écrire proprement. Cependant, avec le temps, Fujiwara s’est perdu de nouveau. Il arrêtait souvent de copier et allait chercher des geishas pour le plaisir. Petit à petit, il a oublié tout ce qui s'était passé dans le monde souterrain. Sa vie a bientôt pris fin et il est décédé.


Un an plus tard, Ki no Tomonori, un célèbre poète Heian waka, fît un rêve, dans lequel Fujiwara semblait très étrange et horrible. Fujiwara lui a dit: "Je suis retourné dans le monde des hommes après m'être engagé à copier quatre volumes de textes sacrés du bouddhisme. Mais parce que ma volonté était faible, j'ai continué à être paresseux avec un esprit sale. Comme je n'ai pas rempli mon vœu, je dois être puni et je souffre maintenant d'une douleur insupportable."


"Si vous avez pitié de moi, trouvez du bon papier et demandez au moine du temple de Mitsui de copier quatre volumes des écritures bouddhistes pour moi." Puis il a éclaté en sanglots. Ki no Tomonori s'est réveillé dans une sueur froide. Il s'est levé à l'aube, a trouvé du papier et est allé voir les moines au temple Mitsui.


Dès que l'un des moines du temple a vu Ki no Tomonori, il a déclaré : "J'étais sur le point d'envoyer quelqu'un chez vous, mais vous êtes venu vous-même. C'est merveilleux. " Ki no Tomonori a demandé:" Attendez-vous quelque chose de moi? "Le moine lui a dit:" J'ai rêvé de Fujiwara la nuit dernière et il m'a dit qu'il aurait dû copier quatre volumes des écritures bouddhistes avec respect, mais à cause de la paresse, il est mort et souffre maintenant en enfer pour ses péchés. Fujiwara m'a également dit que vous aviez du papier et il m'a prié de copier les écritures pour réduire ses péchés. Il pleurait et m'a dit de vous questionner à ce propos. "


Ki no Tomonori a dit au moine ce qu'il avait vu dans son propre rêve. Les deux sanglotaient. Le moine prit le papier et copia les écritures bouddhistes avec un cœur pur et sincère.


Plus tard, Fujiwara réapparut dans leurs rêves et dit: "Merci à tous deux. Avec cette vertu, j'éprouve maintenant un peu de soulagement de la douleur insupportable." Il avait l'air beaucoup mieux et il y avait du bonheur sur son visage.


Source de l'histoire: Uji Shūi Monogatari au Japon


Version anglaise :
The Consequences of Transcribing Buddhist Scriptures with Little Respect
Version chinoise :
不敬心书写佛经的后果

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.