Rapport sur les crimes de Jiang Qingming, un ancien chef du Bureau 610

Selon un avis publié par Minghui.org, le gouvernement des États-Unis resserrerait son contrôle d'émission de visas pour les violeurs des droits de l'homme et les responsables impliqués dans la persécution religieuse. Même ceux qui ont reçu leur visa pourraient se voir refuser l'entrée aux États-Unis.


L'avis pressait "les pratiquants de Falun Gong du monde entier de réagir, et de rassembler et soumettre à Minghui.org, des informations sur les persécuteurs, les membres de leurs familles et leurs patrimoines de manière à les localiser géographiquement et vérifier leur identité. "


Ce rapport expose les crimes commis par Jiang Qingming, l'ancien directeur adjoint du Bureau 610 de la province du Liaoning, contre les pratiquants de Falun Gong, pendant son mandat de 2015 à 2017.


Le Falun Gong, aussi connu sous le nom de Falun Dafa, est une pratique de l'esprit et du corps qui est persécutée par le régime communiste chinois depuis juillet 1999.


Informations de base

Jiang Qingming (姜庆明), homme, né en avril 1973, vit dans la ville de Yingkou, province du Liaoning. Il détient une maîtrise. En janvier 1997, il est devenu membre du Parti communiste chinois (PCC).


Jiang Qingming (姜庆明)


Avant novembre 2015, Jiang était un directeur du Bureau de recherche de la Commission des affaires politiques et juridiques du Liaoning (PLAC). Entre novembre 2015 et février 2017, il a été directeur adjoint du Bureau 610 de la province du Liaoning. Puis en février 2017, il a été membre permanent du Comité du Parti de Yingkou et secrétaire du Parti du PLAC de Yingkou.


Sous le mandat de Jiang, 35 pratiquants sont morts des suites de la persécution

En tant que directeur adjoint du Bureau 610 du Liaoning, entre septembre 2015 et 2017, Jiang a supervisé la persécution des pratiquants de Falun Gong, y compris les arrestations, les descentes policières dans les domiciles, les détentions, les emprisonnements et les lavages de cerveau.


Uniquement en juin 2016, plus de 100 pratiquants de Falun Gong à travers la province du Liaoning ont été arrêtés. Avant ces arrestations, la police a surveillé les pratiquants, en les observant, en exerçant une surveillance près de leurs domiciles, en les localisant avec des GPS, en les mettant sous écoute téléphonique et en les surveillant sur le Web.


Entre 2016 et 2017, selon les informations recueillies par Minghui.org, 4079 pratiquants de la province du Liaoning ont été persécutés pour leur croyance. Parmi les 4079 pratiquants persécutés, 35 sont morts des suites de la persécution ; 400 ont été condamnés à la prison ; 117 ont été jugés et sont en attente d'un verdict ; 47 ont été inculpés et sont en attente d'un procès ; 180 ont fait l'objet d'un mandat d'arrestation officiel et sont en attente d'être inculpés ; 1361 sont en garde à vue et attendent la délivrance de mandats d'arrestation officiels ; 49 sont en liberté sous caution et attendent la délivrance de mandats d'arrestation officiels ; et 1890 ont été harcelés ou ont échappé à des arrestations. Au moins 622 des 4079 pratiquants ont vu leurs domiciles saccagés et se sont vus extorqué des sommes d'argent totalisant 5,11 millions de yuans.

Certains pratiquants du Liaoning ayant perdu la vie en raison de la persécution : de gauche à droite, incluant leurs noms et leurs villes.

Première rangée en haut : M. Wang Yuquan (Jinzhou), Mme Cheng Fuhua (Dalian), Mme Gao Lianzhen (Fuxin), M. Shao Zhongye (Dandong) ;
rangée du milieu : Mme Du Jingqin (Fushun), Mme Tian Caiying (Fushun), Mme Ren Guixia (Jinzhou), Mme Wang Yanqiu (Jinzhou) ;
rangée du bas : Mme Shen Zhenlan (Anshan), Mme Wu Jingmei (Dalian), Mme Xu Guixia (Shenyang), M. Lu Yuanfeng (Shenyang), Mme Wang Guiling (Mudanjiang).


Une chambre d'hôpital transformée en salle d'audience

M. Song Yuegang de la ville de Benxi a été arrêté pour avoir déposé des plaintes pénales contre l'ancien dictateur chinois, Jiang Zemin, qui a lancé la persécution du Falun Gong. Des billets de banque avec des messages imprimés sur le Falun Gong ont été trouvés dans le domicile de M .Song et ont été utilisés comme « preuve » contre lui. En plus, la police a saccagé son domicile et confisqué 9000 yuans.


Le 13 décembre 2016, M. Song a d'abord été jugé par le tribunal du district de Xinhu, mais le procès a été ajourné quand M. Song s’est tout à coup effondré et a dû être transporté à l'hôpital. L'avocat de M. Song a demandé qu'il soit libéré sous caution, mais il a essuyé un refus.


La seconde audience a eu lieu le 22 décembre 2016 dans la chambre d'hôpital de M. Song et les huissiers ont dû le soutenir, car il avait du mal à s'asseoir tout seul. L'infirmière a vérifié sa tension artérielle, qui était très élevée (157/116). En dépit de son état, le juge a poursuivi l'audience et plus tard, a condamné M. Song à trois ans de prison.


Condamné à cinq ans de prison pour sa croyance

M. Wang Qing, de la ville Beipiao, a été condamné à cinq ans de prison pour sa croyance dans le Falun Gong. Le 22 juin 2016, l'audience d'appel a eu lieu devant le tribunal de Beipiao. Meng Fanshi du tribunal intermédiaire de Chaoyang présidait le procès en tant que juge. Il a interrompu M. Wang plusieurs fois, lui interdisant de mentionner le Falun Gong ou les poursuites pénales contre Jiang Zemin. Shi Fulong, l'avocat de M. Wang, a protesté du comportement de Meng auprès du responsable du parquet.


Shi a défendu l'innocence de M. Wang, sa liberté de croyance et son droit légal de déposer des plaintes pénales contre Jiang Zemin. Il a aussi allégué que des biens personnels, y compris une clé USB, un ventilateur et une poésie, trouvés dans la maison de M. Wang et portant des messages du Falun Gong, ne causaient aucun mal à autrui et n'auraient jamais dû être utilisés comme preuve par le tribunal de première instance pour le condamner à une peine de prison de cinq ans


Il reste à investiguer si la cour d'appel a confirmé ou infirmé le verdict de culpabilité de M. Wang.


Un juge menace un avocat pour qu'il plaide coupable

Le 7 juillet 2016, Mme Song Guixiang de la ville de Dandong a comparu devant le tribunal de Yuanbao. Le mari de Mme Song était le seul membre de sa famille autorisé à assister au procès. Ma Shuhe, le président du tribunal pénal, qui avait condamné de nombreux pratiquants auparavant, a présidé tout le procès.


Préalablement à l'audience, Ma a tenté d'empêcher l'avocat de Mme Song, de plaider non coupable au nom de sa cliente en le menaçant d'augmenter la peine de Mme Song.


Malgré les menaces de Ma, l'avocat a plaidé non coupable au nom de Mme Song et a défendu son innocence devant la cour.


La sœur d'une pratiquante de Falun Gong en procès, détenue pendant des heures

Le 26 juin 2016, Mme Zhang Jihong, une pratiquante de la ville de Huludao, a comparu devant le tribunal de Suizhong. Sa sœur a été bloquée à l'extérieur du tribunal et détenue pendant plusieurs heures quand elle a refusé de calomnier le fondateur du Falun Gong comme demandé par le responsable Liu Huanyu qui a aussi demandé si elle était une pratiquante de Falun Gong.


Le 30 juin 2016, une autre audience a eu lieu et Mme Zhang a été condamnée à deux ans de prison.


Un témoin menacé

Le 14 juin 2016, M. Chen Yan, du canton de Faku, devait comparaître devant le tribunal de Faku. Deux jours avant l'audience, sa femme et son témoin, Mme Wang Guizhi, se sont rendues au palais de justice pour remplir la paperasse requise pour les témoins. Le juge Sun Kai leur a dit que le procès serait reporté au 16 juin maintenant que M. Chen avait un témoin pour témoigner pour sa défense.


Le 15 juin, Hou Dongbo, le directeur adjoint du Département de police de Faku, a envoyé ses policiers au domicile de Mme Wang, la menaçant de l'arrêter si elle se présentait au tribunal pour défendre M. Chen.
Durant le procès, le procureur Yao Tianchi a passé une vidéo de la police, où la police interrogeait Mme Wang, quatre ans plus tôt, et il a dit que cela montrait qu'elle avouait que M. Chen lui avait donné des documents de Falun Gong.


La vidéo, cependant, montrait que les policiers qui l'interrogeaient ne lui ont jamais posé une question au sujet de M. Chen, et qu'ils lui avaient soumis, à elle, une analphabète, un document [préparé à l'avance], pour qu'elle y appose ses empreintes digitales. L'avocat de M. Chen a donc conclu que la vidéo constituait une preuve non admissible.


Les crimes de Jiang Qingming continuent dans la ville de Yingkou

En février 2017, après que Jiang a été nommé secrétaire du Parti du PLAC de Yingkou, il a continué à diriger la persécution des pratiquants du Falun Gong. En voici quelques exemples :

Le 5 décembre 2017, Mme Li Xiufeng a été arrêtée, quand elle s'est rendue au poste de police de Xinxing pour porter des copies de documents du gouvernement, montrant que la pratique du Falun Gong était légale. La police l'a envoyée au centre de détention de Yingkou. Le 6 août 2018, durant le procès, devant le tribunal de Zhanqian, Mme Li et son avocat ont plaidé l'innocence. Cependant, elle a été condamnée à trois ans de prison et envoyée à la prison pour femmes de Shenyang.


Le 29 septembre 2017, Mme Sun Guilan du district de Bayuquan a été arrêtée par des policiers du poste de police de Chentun, alors qu'elle parlait du Falun Gong à d'autres personnes sur un marché fermier. Le 5 juin 2018, elle a été détenue et jugée par le tribunal de Bayuquan.


En novembre 2017, une autre pratiquante du district de Bayuquan, Mme Yan Chunxiang, a été arrêtée alors qu'elle distribuait des calendriers portant des messages sur le Falun Gong. Elle a été envoyée au centre de détention de Yingkou et le 18 mai 2018 a comparu devant le tribunal de Gaixhou. Elle a été condamnée à sept mois de prison.


Le 28 juin 2016, des policiers du Département de police de Zhanqian et du poste de police de Jianshe ont arrêté Mme Gao Xiuhua, âgée de 65 ans. À la suite d'une audience tenue en avril 2017, le 19 mars 2018, le tribunal de Xishi l'a condamnée à une peine de deux ans. Elle a ensuite été envoyée à la prison de Masanjiazi.


Le 2 mai 2018, la police du district de Laobian a arrêté Mme Liu Xingyan et Mme Ma Suyuan. Mme Liu a été gardée dans le centre de détention de Yingkou tandis que Mme Ma a été libérée sous caution, à cause de son mauvais état de santé. Le tribunal de Laobian a condamné Mme Yan à deux ans de prison. Mme Ma a été condamnée à trois ans de prison et a été libérée sous caution, en raison de son mauvais état de santé.

Voir aussi :

En dépit de l'obstruction du juge, l’avocat plaide non coupable pour une pratiquante de Falun Gong

(en chinois) :
辽宁北票市王庆被二审非法开庭

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2019/11/3/180585.html
Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2019/10/31/395207.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.