À la recherche du vrai soi, 10e partie : Naviguer à travers la colère, la dernière tentation


 
Alors que s'achèvent les leçons de vie d'Ulysse, il est enfin capable de retrouver sa bien-aimée Pénélope, son âme. "Ulysse et Pénélope" de Johann Heinrich Wilhelm Tischbein. (Domaine public)

Finalement, Ulysse arrive à la dernière des neuf tentations de l'âme telles que représentées dans les Neuf Types de personnalité de l’Ennéagramme. Après les tempêtes de l'océan soulevées par Poséidon en colère contre Odyssée, Athéna, la déesse de la sagesse, aplatit les "vagues briseuses", et au lieu d’être "complètement perdu", il arrive le troisième jour (sûrement, une résurrection pour lui) sur l'île des Phéaciens.


À ce stade, nous devons comprendre que c'est un homme très différent de celui qui est parti de Troie près de 10 ans plus tôt. Il a enduré et vaincu - avec l'aide divine - huit péchés capitaux qui l'avaient presque entièrement détruit : la paresse (Type Neuf), la luxure (Huit), la gourmandise (Sept), la peur (Six), l’avarice (Cinq), l’envie (Quatre), la tromperie (Trois), et enfin, avec Calypso, la fierté (Deux).


Maintenant, pour qu'il retourne à Ithaque et qu'il récupère enfin sa propre âme - sa belle Pénélope - il doit surmonter ce dernier vice (Type Un) qui asservit les êtres humains - surtout les êtres humains de Type Un. En d'autres termes, puisque l'Ennéagramme est un outil de la personnalité, le dépassement de tous les neuf vices signifierait, en termes psychologiques, que l'on est redevenu une personne entière - non entravée par les faiblesses que ces vices représentent.


Les personnes de type 1 pensent "j'ai raison", et elles ont un désir fondamental de faire le bien et ont donc tendance à être idéalistes ; leur péché mortel, souvent réprimé, est la colère. Parce que les Uns sont perfectionnistes, et donc réformateurs, leur colère est (et quasiment doit être) réprimée, car ils savent que s'ils étaient parfaits, ils ne la ressentiraient pas !


À leur meilleur, les Uns sont de bonnes personnes désireuses d'améliorer le monde. Bien sûr, dans le pire des cas, ils sont moralisateurs, arrogants et très critiques à l'égard des autres.


Nous ressentons cet idéalisme et ce désir de faire le bien presque dès qu'Ulysse atterrit. Et comme le fait remarquer Michael J. Goldberg, Ulysse lui-même s'y intéresse : S'éveillant sur les berges d'une rivière, il "parle doucement, avec retenue, courtoisie et modestie, à la sublime Nausicaa raffinée", les vertus mêmes des Phéaciens. ".


La princesse lui offre un bain et de l'huile, pour qu'il puisse se laver et s'oindre. Éloquemment, alors qu'elle le ramène en ville pour rencontrer le roi et la reine de Scheria, elle suggère, lorsqu'ils arrivent en ville, qu'il devrait, pour des raisons de convenance, faire son propre chemin jusqu'au palais. Quelle différence d'avec la séductrice Calypso !

 
Ulysse rencontre la gracieuse et modeste princesse Nausicaa. "Ulysse et Nausicaa", 1619, par Pieter Lastman. Huile sur panneau. Alte Pinakothek, Munich. (Domaine public)

Les bons et sages Phéaciens

Le roi Phéacien, Alcinoüs, régnait et les "dieux l'ont rendu sage". Sa femme, la reine Arete, mérite son nom : il peut provenir du grec "araomi", qui signifie "prier", comme dans "prié pour" par ses parents, ou "prié" par des suppliants tels qu’Ulysse. Goldberg suggère que le sens est "vertu" ou "excellence".


Toutes ces significations renvoient à un fait : les Phéaciens sont un peuple particulièrement pieux et sage. En effet, ces gens, comme le dit Homère, ont "un génie pour le beau travail, et un bel esprit aussi". Sur les mers, leurs navires sont infaillibles et imbattables.


Le roi, la reine et les Phéaciens soutiennent tous massivement Ulysse : Ils applaudissent sa nature héroïque, ils promettent de le ramener à Ithaque le lendemain, et aussi - c'est incroyable - ils lui donnent généreusement tant d'or et de cadeaux éclipsant tout ce qu'il a gagné et perdu depuis Troie. Quelle générosité, quel esprit, quelles personnes merveilleuses. Et en plus de cela, nous entendons Alcinoüs dire à Ulysse : "Je ne suis pas un homme pour la colère imprudente et oisive. L'équilibre est le meilleur en toutes choses." L'équilibre est le meilleur en toutes choses - exactement ce que le dieu de la modération, Apollon, pourrait dire ; et pas de "colère insouciante et oisive" ? Comment, alors, aborde-t-on ici la question de la colère de type 1, puisqu'elle ne semble jamais apparaître ? Tout ce que nous avons, c'est une courtoisie et des manières parfaites, ainsi qu'une orientation vers l'action et l'excellence.


 
"Scène portuaire avec le départ d'Ulysse du pays des Phéaciens", en 1646, Claude Lorrain. Huile sur toile. Louvre. (Domaine public)


Résoudre la colère d'Ulysse

Il est tout à fait approprié que la dernière tentation qu'Ulysse doive surmonter soit la colère. Tout d'abord, selon Robert Fagles, le nom dUlysse"peut être associé au verbe grec odussomai - ressentir de la colère, de la rage ou de la haine" ; et ce verbe suggère des états actifs et passifs.


La colère est donc la question interne, passive, donc, toujours non résolue alors qu'Ulysse débarque à Scheria, l'île des Phéaciens ". Il doit accepter qui il est vraiment et, ce faisant, se purger de toutes les émotions négatives et les distractions qui l'ont assailli depuis qu'il a pris la mer.


Cela se traduit, remarquablement et avant tout, par la poésie : Ulysse pleure d'entendre sa propre histoire racontée par le barde Démodocus, et ceci s'avère un prélude. Après avoir montré aux Phéaciens ce dont il est réellement capable dans les compétitions sportives qu'ils organisent, montrant ainsi ses véritables pouvoirs, Ulysse raconte sa propre histoire en tant que lui-même. C'est cathartique, car en faisant cela, Ulysse trouve l'acceptation des Phéaciens et, de manière critique, réalise son propre potentiel héroïque. Les masques, les identités qu'il a adoptés - en particulier "Personne" au Type Deux - sont maintenant démantelés, révélant ainsi le vrai héros.


 
Ulysse pleure en entendant sa propre histoire chantée par un poète de la cour. "Ulysse à la cour d' Alcinoüs", vers 1815, Francesco Hayez. Huile sur toile. Galleria Nazionale di Capodimonte, Naples. (Domaine public)


La colère de Poséidon

Ulysse n'est pas seulement un agent de la rage, de la colère et de la haine, mais aussi sa cible. Nous le voyons dans tous les événements qui lui sont arrivés, et surtout dans la colère incessante de Poséidon.


Et voici un point curieux : Les Phéaciens sont cousins des Cyclopes, et donc les deux races descendent de Poséidon. Aussi différents que semblent être les Cyclopes et les Phéaciens, leurs racines profondes et émotionnelles proviennent de la même source.


En dépit de tout le vernis de leur comportement civilisé, de leurs codes éthiques et de leur générosité exceptionnelle, les Phéaciens dérivent de Poséidon - ce dieu turbulent et émotionnel. Nous devons donc comprendre qu'avec le Type Un, les apparences ne sont pas toujours ce qu'elles semblent être : Leur île semble rationnelle et saine d'esprit, mais est-ce bien le cas ?


Nous avons dit au début que les Phéaciens font toujours ce qu'il faut, et qu'exprimer de la colère serait donc une mauvaise chose. Ainsi, la tempête de colère est réprimée, mais cela ne veut pas dire qu'elle n'est pas là. Comme l'a fait remarquer James Hollis, citant Jung, " ce que nous avons ignoré ou nié intérieurement nous arrivera très probablement sous forme de destin extérieur ".


Et c'est exactement ce qui arrive : Ulysse rentre chez lui avec l'aide des Phéaciens, car il s'est débarrassé de sa colère et de ses faux personnages, les " personnes " qu'il prétend être.


Mais la colère rôde encore chez les Phéaciens. Ils ramènent Ulysse chez lui avec son trésor, si rapidement que même Poséidon ne peut les arrêter. Mais le dieu, enragé, furieux au-delà de toute mesure, s'empare de la question avec son frère Zeus, roi des dieux. Le sort extérieur de leur colère refoulée s'abat sur les Phéaciens : Leur navire est transformé en pierre et leur port est entouré d'une immense barrière montagneuse.


Payer pour la colère non reconnue

Alcinoüs n'a jamais ignoré la colère de leur père ancestral, le dieu Poséidon ; en particulier, la colère contre le fait qu'ils aient faisaient traverser la mer aux gens en sécurité, car ce désastre a été prophétisé par le père d'Alcinoüs.


La colère provient de la même source que la colère antérieure d'Hadès et de Zeus contre Asklepios, qui avait tellement de succès dans son métier de guérisseur qu'il a commencé à guérir les morts et les ramener à la vie ! Pour cette transgression, Zeus l'a tué d'un coup de foudre.


De façon similaire, les Phéaciens ont privé Poiséidon de son pouvoir, rendant la mer (les tempêtes d'émotion) complètement impuissante, car les Phéaciens traversent toujours la mer en sécurité. D'où la rage et la colère insensées de Poséidon à leur égard.


Et ainsi, connaitre cette colère - mais la nier constitue aussi un acte suprême d'orgueil, car le pire de tous les péchés de la Grèce antique était d'ignorer ou de désobéir à la volonté des dieux.


En niant la colère de Poséidon et en imaginant qu'ils sont à l'abri de ses conséquences, les Phéaciens nient la colère en eux-mêmes. Ils doivent donc maintenant faire face à la colère de Poséidon.


Colère juste

Ulysse, cependant, est maintenant à la maison, mais pas "Enfin à la maison !" Il doit encore faire face aux prétendants qui assaillent sa femme, son âme, Pénélope.


Maintenant Athéna, la déesse de la sagesse, lui apparaît directement et le soutient directement, ce qui n'est jamais arrivé auparavant. La purge de tout ce qui était faux en lui, y compris sa colère, de même que la poésie des Phéaciens l'a amené à se révéler, signifie qu'il est dans son bon sens, car Athéna est à côté de lui.


La colère qu'il va maintenant exprimer contre les prétendants est une colère juste, car ce n'est pas la colère humaine, mais la volonté des dieux que chacun d'entre eux soit détruit.


 
"Ulysse tue les prétendants" de Slobodna Dalmacija. (Domaine public)


Qu'apprenons-nous sur le fait d'être un Type Un et d'éviter ses erreurs ? Évitez le perfectionnisme et permettez les erreurs : Le fait que les Phéaciens aient toujours réussi à livrer leur cargaison a irrité Poséidon, qui a alors bloqué leurs activités.


Ne croyez pas trop fermement à la justesse de votre propre cause, mais faites preuve d'humilité ; rappelez-vous qu'il y a d'autres opinions. Examinez attentivement vos propres émotions ; rappelez-vous que c'est là que règne Poséidon. La mer agitée est un symbole de notre propre inconscient.


Si cela peut être fait, alors le héros ou l'héroïne peut arriver dans son pays d'origine prêt à mener le bon combat dans toute sa force et sans les neuf vices ou faiblesses débilitants et dérangeants qui assaillent la psyché humaine. De cette façon, ils peuvent enfin revendiquer leur belle âme, Pénélope, comme la leur.


Voilà qui conclut la série en plusieurs parties "Finding the True Self", dans laquelle nous discutons de neuf types de personnalités, de leurs défauts, et montrons comment Ulysse, à travers ses aventures, les a vaincus pour retrouver son chemin de retour.

James Sale est un homme d'affaires anglais dont la société, Motivational Maps Ltd, opère dans 14 pays. Il est l'auteur de plus de 40 ouvrages sur la gestion et l'éducation publiés par de grands éditeurs internationaux, dont Macmillan, Pearson et Routledge. En tant que poète, il a remporté le premier prix du concours 2017 de la Society of Classical Poets, récemment présenté au Princeton Club de New York.


Version originale

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.