Le Saint Graal: Derrière la plus célèbre quête du Roi Arthur

 
" Le départ des chevaliers", numéro 2 des tapisseries du Saint-Graal, dessin d'ensemble et personnages de Sir Edward Burne-Jones, tissés par Morris & Co. 1891-94 pour Stanmore Hall. Cette version tissée par Morris & Co. pour Lawrence Hodson de Compton Hall 1895-96. Laine et soie travaillées sur coton. Musée et galerie d'art de Birmingham. (Domaine public)


Le Saint Graal. Qu’est-ce que c’est? De nos jours, vous pouvez appeler quelque chose le Saint Graal de remplir-les-blancs. Vous pouvez remplir n’importe quel domaine ici, et le Saint Graal de cela signifie que quelque chose est très difficile à trouver mais d’une grande valeur dans ce domaine. Les diamants rouges sont les plus rares et peuvent être appelés le " Saint Graal " des joyaux ou des diamants. Le " Carolina Reaper" est actuellement considéré comme le piment le plus piquant du monde. Il est relativement difficile à faire pousser et à trouver, donc nous pourrions l’appeler le Saint Graal des piments.


Mais qu’est-ce que le Saint Graal lui-même ? D’après la légende, c’est la coupe dans laquelle Jésus Christ a bu au cours de la célèbre Cène, la veille du jour où il a été arrêté et tué. C’est la même Cène dont Léonard de Vinci a fait un tableau et qui est devenue l’une des peintures les plus précieuses au monde.


Selon la légende, cette même coupe a été utilisée pour recueillir le sang de Jésus alors qu’il était cloué sur la croix le jour suivant. Après la mort de Jésus, Joseph d’Arimathie a emmené le Saint Graal en Angleterre, où il a été perdu.


Sans compter les récents livres et films relatifs au Saint Graal, tels que ceux mettant en vedette Indiana Jones ou les écrits de Dan Brown, le Saint Graal a en réalité gagné sa place dans l’imaginaire populaire au travers du quasi-mythique Roi Arthur et ses Chevaliers de la Table Ronde, qui auraient vécu il y a environ 1 500 ans. Ils étaient célèbres pour leur bravoure, leur chevalerie et leurs nombreuses grandes aventures.


La quête du Saint Graal est devenue leur plus grande et plus célèbre quête. Mais pourquoi ?

 
"Les Chevaliers de la Table Ronde convoqués à la quête par l'étrange demoiselle " numéro 1 des tapisseries du Saint Graal, dessin d'ensemble et personnages de Sir Edward Burne-Jones, tissées par Morris & Co. 1891-94 pour Stanmore Hall. Cette version tissée par Morris & Co. pour George McCulloch 1898-99 varie légèrement de l’originale tissée pour Stanmore Hall. Laine et soie travaillées sur coton. Musée et galerie d'art de Birmingham. (Domaine public).


La légende

La légende démarre avec le Roi Arthur et ses chevaliers assis ensemble autour de la Table Ronde à Camelot lorsqu’ ils entendent soudain un coup de tonnerre, selon " Le Morte d’Arthur " de Sir Thomas Malory.


Puis ils voient une lumière incroyablement brillante qui laisse tout le monde sans voix, car elle est si brillante qu’ils peuvent se voir comme ils ne se sont jamais vus auparavant. Un parfum merveilleux remplit également les lieux, et une image du Graal apparaît comme recouverte d'un tissu blanc et soyeux, qu'ils ne peuvent pas toucher.


Après sa disparition, Sir Gawain initie la quête pour obtenir le Saint Graal. Le Roi Arthur s’oppose à la quête, sachant qu’elle apportera beaucoup de souffrances à ses chevaliers. Il dit à Gawain : " Car quand ils partiront d’ici, je suis sûr qu’ils ne se reverront plus jamais dans ce monde, car beaucoup périront dans la quête. "


Cependant, les quêtes périlleuses sont ce que des chevaliers entreprennent de par leur nature, de sorte que le roi Arthur est impuissant à les empêcher d’y aller.


Avant le départ des chevaliers, un mystérieux vieux chevalier vêtu comme un moine arrive et dit : " Je vous avertis franchement, celui qui n’est pas purifié de ses péchés ne verra pas les mystères de notre Seigneur Jésus Christ. "


Ici, il devient clair que la quête du Saint Graal n'est pas une sorte de quête ordinaire pour prouver ses capacités au combat ou pour se battre pour l'honneur du roi. C'est plutôt une quête spirituelle qui vise à se cultiver soi-même.


Les Chevaliers de la Table Ronde se séparent à la recherche du Graal. Une des premières aventures de certains consiste à vaincre sept chevaliers maléfiques qui ont un château rempli de femmes qu’ils ont capturées et gardent emprisonnées. Sir Gawain dit que ces sept chevaliers représentent les " sept péchés capitaux ", qui sont dans la tradition Chrétienne : la colère, la paresse, la gloutonnerie, la cupidité, la luxure, l’arrogance et la jalousie.


En cherchant le Graal, les chevaliers doivent résister à de tels péchés et chercher les impuretés en eux-mêmes. Aussi souvent qu'ils s'engagent dans des combats, ils prient Dieu, confessent leurs péchés, et promettent de faire mieux.


La bataille intérieure des Chevaliers

Dans la quête, le chevalier connu comme étant le plus grand guerrier, Sir Lancelot, rencontre le Saint Graal dans un état semi-conscient et semi-endormi. Il essaie de le soulever mais il n’y parvient pas. Son échec, réalise-t-il, est dû au fait que son cœur n’est pas pur. Par la suite, Lancelot avoue à un ermite qu'il a eu des pensées déplacées au sujet de la reine du roi Arthur, Guenièvre.


Il confesse : "Toutes mes hauts faits dans la bataille que j'ai menée, je les ai faits pour l'amour de la reine, et pour elle, je me suis battu, que ce fut bien ou mal, et ne l'ai jamais fait pour l’amour de Dieu seul". Il promet sincèrement de s'amender.

 
" L'échec de Sir Lancelot pour entrer dans la chapelle du Saint-Graal ", numéro 3 des tapisseries du Saint Graal, dessin d'ensemble et personnages de Sir Edward Burne-Jones, tissées par Morris & Co. 1891-94 pour le Stanmore Hall. Laine et soie travaillées sur coton. (Domaine public)


Sir Percival, errant seul, est sauvé de la famine par une belle demoiselle qui, bien que riche, a été désavouée et qui a besoin de sa protection. Il tombe éperdument amoureux d'elle, mais juste avant de satisfaire ses désirs avec elle, il aperçoit un symbole sacré attaché à son épée et se souvient de ses vœux de chevalerie. Il se reprend immédiatement, et la demoiselle et la tente où elle est couchée s'évaporent en une fumée noire. L'histoire continue en révélant que la demoiselle était en fait un démon de l'enfer.


Après ce terrible choc, Sir Perceval dit : " Puisque ma chair a été mon maître, je la punirai ", et il s’entaille la cuisse, versant son sang. Il dit alors :" Oh bon Seigneur, prenez ceci en paiement pour ce que j’ai fait contre vous. … J’étais à deux doigts de perdre ce que je n’aurais jamais retrouvé, ma virginité. "


Le troisième chevalier majeur dans la quête du Saint Graal est Sir Galaad, le fils de Sir Lancelot. Contrairement à son père, Sir Galaad est connu pour sa pureté et sa sainteté et peut même guérir miraculeusement des gens qui sont malades.


Lorsque les chevaliers parviennent au Roi Pêcheur (aussi connu sous le nom de Roi estropié car il est infirme), qui garde le Saint Graal, le fils du Roi Pêcheur leur remet l'ancienne épée brisée de Joseph d'Arimathie. Les chevaliers se rendent compte qu'ils doivent en ressouder les morceaux, mais ils sont incapables de le faire jusqu'à ce qu'ils la donnent finalement à Sir Galahad. Il est capable d'en assembler les morceaux, et ils se fondent soudainement l’un dans l’autre. L'épée lévite alors dans l'air. Comme le dit l'histoire : "L'épée s'éleva grande et merveilleuse, et fut si forte que beaucoup d'hommes se cachèrent effrayés."


La voix de Jésus Christ est alors entendue, leur disant qu’ils doivent se rendre dans un lieu mythique près de la Terre Sainte (où Jésus a vécu et enseigné), appelé Sarras, pour ramener le Saint Graal là d’où il était venu.


Obtenir l’éveil

Il est à noter ici que les chevaliers n’ont pas pensé qu’ils devraient garder pour eux-mêmes le Saint Graal ou le rapporter au Roi Arthur. La relation avec une puissance divine, supérieure, est très claire. Les chevaliers savent qu’ils ne sont que de simples êtres humains qui doivent obéir.


Sir Galahad reçoit également l'ordre de guérir le Roi Pêcheur estropié avec une lance magique, ce qu'il fait.


Après quelques aventures en se rendant à Sarras, patrie du Saint Graal, les trois chevaliers y parviennent. À ce moment-là, Sir Galaad, ayant accompli sa quête et préservé sa pureté, est emmené au ciel en même temps que le Saint Graal.

 
" L’aboutissement : La Vision du Saint Graal par Sir Galaad, Sir Bors et Sir Perceval ", numéro 6 des tapisseries du Saint Graal, dessin d'ensemble et personnages de Sir Edward Burne-Jones, tissées par Morris & Co. 1891-94 pour le Stanmore Hall. Cette version tissée par Morris & Co. pour Lawrence Hodson de Compton Hall 1895-96. Laine et soie travaillées sur coton. Birmingham Museum et Art Gallery. (Public Domain)


Le texte dit : " Une grande multitude d’anges emporta son âme nue au ciel, comme ses deux compagnons chevaliers l’ont vu. Aussi, les deux chevaliers ont vu venir du ciel une main, mais ils n’ont pas vu le corps. Et puis elle est arrivée droit au Saint Graal, l’a pris avec la lance et les a emmenés au ciel. "


Nous pourrions dire que Sir Galaad a achevé sa ‘cultivation’ spirituelle ou a atteint éveil. Au regard de cette histoire, il y a une abondance de leçons pour ceux qui cherchent à entreprendre la cultivation spirituelle, ou qui cherchent à mieux la comprendre.


Tout d'abord, il faut connaître les fondements du bien et du mal, ici capturés par les dangereux sept péchés mortels qui se manifestent comme les sept chevaliers maléfiques vaincus les premiers.


Deuxièmement, on doit avoir l’intention juste de vouloir se cultiver soi-même. On ne peut pas être comme Sir Lancelot, qui accomplissait de hauts faitss pour l’amour de la reine et non pour l’amour de Dieu. Bien sûr, on doit agir pour le but juste, pour un objectif spirituel plus élevé, et en fin de compte pour sa propre cultivation personnelle, et l’accomplissement (ntd éveil) final.


Troisièmement, on ne peut pas être trompés par de fausses illusions du monde ordinaire, comme Sir Perceval qui fut leurré par la belle et riche dame. De telles illusions sont très aguichantes mais qui sont des démons sortis pour vous détruire si elles vous font quitter votre quête spirituelle.


Troisièmement, on ne peut se laisser tromper par les fausses illusions du monde ordinaire, comme Sir Percival l'a été par la belle et riche dame. De telles illusions sont très séduisantes, mais ce sont des démons qui vont vous détruire s'ils vous détournent de votre quête spirituelle.


Quatrièmement, nous voyons que Sir Galahad est déjà bien engagé sur la voie vers l'éveil, car sa pureté et son état d'esprit lui ont permis d'avoir la capacité de guérir les gens, de ré assembler le glaive de Joseph, et finalement de monter au ciel.


Enfin, l'histoire enseigne que l'être humain n'est pas destiné à posséder le Saint-Graal, mais qu'il est quelque chose de divin qui est au-dessus de lui. Ainsi, le Saint-Graal est finalement ramené d'où il vient et où il devrait être. Ce thème du retour à l'origine est similaire à celui que l'on retrouve dans la tradition taoïste, où le but ultime est de revenir au vrai soi originel.


Cette signification intérieure de la cultivation spirituelle et de la recherche de l'éveil est en réalité ce qui se cache derrière l'histoire du Saint Graal et sa popularité et, dans une large mesure, la popularité du roi Arthur. C'est ce qui est vraiment important et c'est pourquoi les gens du monde entier ne peuvent que le considérer avec admiration, conduisant à d’inépuisables contes, histoires, films, livres, etc, qui sont renouvelés à chaque époque.


Toutes les citations sont adaptées de « Le Morte d’Arthur » de Sir Thomas Malory.

Evan Mantyk est professeur d’Anglais à New York et président de la ‘Society of Classical Poets’. (Ndt : Société des Poètes Classiques)


Version originale en anglais

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.