Des députés du Conseil national slovaque rencontrent l'enquêteur du prélèvement forcé d'organes en Chine

 


Trois députés du Conseil national de la République slovaque ont rencontré le Dr Wang Zhiyuan, président de l'Organisation mondiale chargée d'enquêter sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG), le vendredi 20 septembre 2019. Les membres du Conseil national Anna Veresova, M. Peter Osusky et M. Ondrej Dostal étaient présents.


Le Dr Wang s'est présenté, notant qu'il était médecin en Chine depuis 25 ans et considérait l'occasion d'exercer sa profession, qui peut sauver des vies, comme un grand honneur. Mais en 2006, il a appris qu'en Chine, les organes destinés à la transplantation étaient prélevés sur des prisonniers de leur vivant et que le Parti communiste chinois (PCC) forçait les médecins à tuer des personnes. Cela a été un choc.


Après avoir vérifié ces informations, les enquêteurs de la WOIPFG ont commencé à enquêter dans toute la Chine. Ils ont découvert que les plus grands hôpitaux et établissements de transplantation d'organes de presque chaque province avaient participé à ce type de prélèvement d'organes. Lors d'entretiens téléphoniques, 20 hôpitaux ont confirmé utiliser les organes de pratiquants de Falun Gong pour les greffes.

 
 


Le Dr Wang a expliqué qu'en appelant ces hôpitaux, les enquêteurs se sont présentés comme les parents d'une personne nécessitant une greffe. Dans la plupart des pays développés, le temps d'attente moyen pour des organes est de deux à trois ans, mais en Chine, il est de deux à trois semaines. Certains hôpitaux ont ouvertement admis utiliser des organes de pratiquants de Falun Gong.


L'équipe du Dr Wang a découvert que le prélèvement d'organes était systématiquement géré et organisé par le régime communiste. Il a décrit ce crime comme un crime contre l'humanité et un crime de génocide qui se poursuit encore aujourd'hui.


Lors de la dernière enquête, qui s'est déroulée du 19 octobre au 2 décembre 2018, 17 présidents et directeurs de 12 hôpitaux de transplantation dans 11 provinces ont répondu qu'ils pourraient garantir un organe pour une transplantation dans un délai de une à deux semaines. Dix des personnes interrogées ont admis qu'elles utilisaient toujours les organes de pratiquants de Falun Gong.


Le Dr Wang a fait des suggestions aux députés du Conseil national sur la manière d'aider à faire cesser ce crime. M. Peter Osusky, député, a évoqué la possibilité d’adopter une loi interdisant aux citoyens d’accepter une transplantation d’organe d’origine inconnue. La loi Magnitsky, adoptée aux États-Unis, permet également de refuser un visa aux personnes ayant commis des violations des droits de l'homme.


Version anglaise :
Slovakia: National Council Deputies Meet with Investigator of Forced Organ Harvesting in China

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.