Quelques histoires à propos du célèbre médecin Hua Tuo

 


Hua Tuo (140-208 après JC) a vécu pendant la dynastie des Han de l’Est et était un médecin renommé dans les Trois Royaumes. À un jeune âge, il a voyagé pour apprendre la médecine et ne s’intéressait pas le moins du monde à devenir un fonctionnaire du gouvernement. Avec une maîtrise étendue de la médecine, il était en particulier célèbre pour son expertise chirurgicale. Ultérieurement on s’est référé lui comme à un "Sage de la Chirurgie" ou au "fondateur de la chirurgie".


Un enfant sage

Déjà enfant, Hua était intelligent et prudent. Son père est mort lorsqu’il avait 7 ans, laissant la famille dans la pauvreté. Sa mère a donc dû demander l'aide d'un ami de son mari, un certain docteur Cai.


Apprenant que Hua était disposé à apprendre la médecine, Cai a décidé de l'éprouver.


Plusieurs disciples du docteur étaient alors en train de cueillir les feuilles d'un mûrier dans la cour, mais ne pouvaient pas atteindre les plus hautes branches.


Le docteur lui a demandé s'il connaissait un moyen de cueillir les feuilles de la plus haute branche et Hua a répondu : "Sans problème."


Il a demandé une corde et a attaché une petite pierre à une extrémité. Il a lancé la pierre par-dessus la branche, a tiré la corde, faisant plier la branche et atteignit facilement les feuilles.


Satisfait de ce qu’il voyait, le docteur a ensuite indiqué deux chèvres qui se battaient. Les yeux rouges, toutes deux étaient très agressives et personne ne pouvait les séparer.


De nouveau, le médecin a demandé au garçon ce qu'il suggérerait de faire. Cette fois, le garçon a répondu : "Je peux essayer."


Saisissant deux poignées d'herbe, il les a placées de chaque côté des chèvres. Affamées et épuisées par le combat, les chèvres se sont détournées l’une de l’autre et ont commencé à manger l'herbe.


Remarquant que Hua était intelligent et agile, le docteur décida de l’enseigner.


De superbes compétences médicales

Selon Hou Hanshu (Livre des Han postérieurs) , la femme d'un général du nom de Li était malade et on a demandé à Hua de la soigner. Après avoir examiné son système de méridien, Hua a dit que cela était causé par une blessure durant la grossesse et que le fœtus devait être avorté.


Le général a déclaré : "Ma femme a effectivement été blessée quand elle était enceinte. Mais elle a déjà fait une fausse couche. " Lorsque Hua a insisté sur le fait qu'un fœtus vivant était toujours à l'intérieur, le général l'a congédié.


L'état de la femme a empiré et, 100 jours plus tard, le général a de nouveau appelé Hua. Après avoir vérifié son système de méridien, Hua a fait le même diagnostic, puis il a expliqué: "Il y avait deux fœtus. Le premier a fait l’objet d’une fausse couche et provoqué des saignements si abondants que le deuxième n'a pas pu être expulsé. Ce fœtus, qui n’est plus en vie, est logé si fermement qu’il ne peut pas sortir seul. "


Hua l'a traitée par l'acupuncture, puis avec des herbes médicinales, et le fœtus mort a été retiré avec succès.


Apprendre des divinités

Hua a souvent visité des montagnes et des grottes renommées. Sur la montagne Gongyi, il a un jour entendu quelqu'un dans une grotte parler de médecine. Par curiosité, Hua s’est glissé pour écouter.


Un homme disait : "Ce jeune homme, Hua Tuo, est juste ici. Nous pouvons lui apprendre la médecine." " Hua est naturellement avide", a déclaré un autre homme," et il n'a aucune pitié. Nous ne pouvons pas la lui enseigner. "


En entrant dans la grotte, Hua vit deux hommes âgés. Tous deux étaient vêtus d' écorces d'arbres et portaient des chapeaux de paille. Il a dit : "Je suis toujours intéressé par la médecine, mais je n'ai pas encore rencontré de vrai maître. J'espère que vous deux sages savez que je suis sincère et que vous allez m'apprendre la médecine. Je serai éternellement reconnaissant et ne vous décevrai jamais"


"Oui, nous pouvons vous enseigner la médecine, mais cela pourrait vous causer des ennuis plus tard", a dit un des hommes. "Vous ne devriez pas traiter les gens en fonction de leur statut social ou de leur richesse. Si vous n'êtes pas avide d'argent et que vous n'êtes pas rebuté par le travail, vous pourrez éviter les ennuis."


Hua les a encore une fois remerciés et leur a dit: "Je n'oserai pas oublier votre conseil. Oui, je peux faire cela. "


Les deux hommes ont souri. Pointant une grotte à l'est, l'un des hommes a déclaré: "Il y a un livre sur un lit de pierre. Lisez-le. Veuillez quitter la grotte maintenant et gardez cela secret. Vous ne pouvez montrer ce livre à quiconque."


Hua prit le livre et jeta un regard derrière lui, seulement pour voir que les deux hommes avaient déjà disparu. Effrayé, il partit rapidement en entendant la grotte s’effondrer derrière lui.


Une ordonnance pour traiter la cupidité

Pendant l'ère des Trois Royaumes, Yang Xiu et Yang Dang, oncle et neveu, ont servi Cao Cao. Yang Xiu était intelligent et compétent, mais son arrogance et son attitude conflictuelle avec Cao l'ont conduit à la mort.


Yang Dang était responsable de l’approvisionnement militaire, y compris de la nourriture. Bien que n’étant pas un haut fonctionnaire, il faisait fortune en conservant une partie des fournitures pour lui-même.


Xiu étant exécuté, Dang a su qu'il n'avait plus le soutien dont il avait besoin et était inquiet. Craignant d'être puni pour son affiliation avec Xiu, il prévoyait de faire encore fortune grâce à un autre transit de matériel militaire avant de prendre sa retraite.


Il était malade à l’époque et souffrait de congestion thoracique. Il avait l’impression qu’ une pierre était coincée dans sa poitrine. En conséquence, Dang avait des difficultés à s'asseoir ou à se tenir debout, et rester au lit était encore plus douloureux. Il a vu beaucoup de médecins, mais ils n’ont rien pu faire.


Plus tard, Dang a appris que Hua pratiquait la médecine non loin de là, il lui a donc demandé à plusieurs reprises de le soigner. Ayant entendu parler du comportement de Dang, Hua s'excusa à plusieurs reprises et ne le vit pas. À la fin, Dang a demandé à son fils de se prosterner devant Hua, en suppliant son aide avec des larmes inondant son visage. Voyant sa sincérité, Hua est venu examiner le système de méridien de Dang. Il lui a donné ensuite deux prescriptions et lui a demandé de les prendre l'une après l'autre.


Après le départ de Hua, Dang a lu la première prescription et a constaté qu'elle contenait huit médicaments à base de plantes: erwu, guoluhuang, xiangfuzi, lianqiao, wangbuliuxing, faxia, biba et zhusha. Familier avec la littérature, Dang a associé les premiers caractères chinois de ces médicaments, qui se sont avérés être: "Er guo xiang lian, wang fa bi zhu" (avec deux actes fautifs liés, [on] sera exécuté).


Pensant que Hua était au courant de son complot, Dang avait peur et transpirait abondamment. Néanmoins, il a senti que la congestion était d’une manière ou d’une autre atténuée, aussi a-t-il annulé son plan de gagner plus d'argent grâce au transit d'approvisionnement à venir.


Ensuite, il a pris la deuxième prescription, l'a regardée, a crié, vomi du sang et s'est évanoui. Sa famille était paniquée et a commencé à pleurer. Les six médicaments de cette recette étaient: chang [shang] shan, ruxiang, guangui, muxiang, yimucao et fukuai. Les premiers caractères chinois de ces médicaments enchaînés se lisaient: "Shang ni guan mu yi fu" (voici un cercueil pour vous). Pas étonnant que Dang ait eu une telle réaction !


Après un moment, Dang a repris conscience, sa famille toujours éplorée autour de lui. Il a ouvert les yeux et s’est senti vraiment bien. Sa congestion thoracique avait disparu - il était guéri.


Cette fois, Hua est venu sans invitation. "Votre congestion thoracique a été causée par le ralentissement de votre circulation sanguine du fait de votre cupidité. Alors que la cupidité sortait avec la sueur, vous avez guéri de la " maladie ". Néanmoins, vous êtes toujours faible, je vais donc vous rédiger une prescription pour que votre rétablissement soit complet ", a-t-il dit. Dang a pri le médicament et s'est rétabli. Dès lors, il n'a plus jamais osé profiter illégalement des fournitures militaires.


Héritage de la médecine chinoise

Wang Bo, un poète renommé du début de la dynastie Tang, avait un bon ami appelé Cao Yuan. D'après le Xintangshu (Nouveau livre des Tang), Wang a appris beaucoup de médecine de Cao et a écrit l'héritage de la médecine chinoise.


La médecine chinoise fait partie du divin, elle a été transmis à Qibo (fonctionnaire de Huangdi), puis à Huangdi (l'Empereur jaune), à Lijiushi à Yin Yi (chancelier de la dynastie Shang), au roi Tang (dynastie Shang), à Liliushi, à Jiang Ziya, au roi Wen (dynastie Zhou), à Lijiushi, à Yihe, à Liliushi, à Bian Que, à Lijiushi, à Hua Tuo, à Liliushi, à Huanggong, et à Cao Yuan.


En raison de leur connexion divine, Bian Que et Hua Tuo maîtrisaient tous deux de grandes compétences médicales et étaient connus pour leurs capacités surnaturelles.


Version anglaise :
Stories about the Renowned Physician Hua Tuo


Version chinoise :
华佗的故事

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.