L'histoire de Wen Tianxiang : loyauté et courage

 


Wen Tianxiang (1236-1283 apr. J.-C.) était un poète et un homme politique chinois dans les dernières années de la dynastie Song du Sud. Il est un symbole bien connu de patriotisme et de droiture pour avoir protégé la dynastie Song et refusé de céder après avoir été capturé par l'empereur Yuan, Kublai Khan [1].


Wen Tianxiang a démontré son talent littéraire à un âge précoce. À 20 ans, l'empereur Lizhong de la dynastie Song lui a attribué la première place à l'examen impérial après les examens locaux et régionaux. Par la suite, il a occupé plusieurs postes au sein du gouvernement des Song du Sud.


En 1275, l'armée Yuan (mongole), dirigée par le général Bayan, a envahi les territoires Song et a pris le contrôle de nombreuses villes. La défense des Song s'est effondrée et un certain nombre de généraux des Song ont été tués ou capturés. Wen a constitué une armée de 30 000 soldats avec sa fortune familiale pour combattre les Mongols. Lorsque les Mongols se rapprochaient de la capitale, Wen fut promu chancelier et reçut l'ordre de négocier la paix avec l'armée mongole. Il a été ensuite arrêté par Bayan, mais il s'est échappé et est retourné à Fuzhou, où il a conduit l'armée Song dans de nombreuses batailles.


L'armée de Bayan s'est emparée d'une grande partie de la Chine et a forcé l'impératrice Dowager à donner un ordre de reddition en 1276. La famille royale des Song, y compris l'impératrice Dowager et l'enfant empereur, a été envoyée à Dadu (aujourd'hui Pékin), la capitale de la dynastie Yuan. Cependant, Wen continua à combattre les Mongols jusqu'à ce qu'il soit capturé en 1278.


Wen a fait deux tentatives de suicide après avoir été capturé, mais sans succès. On lui a offert un poste dans le gouvernement Yuan, mais il a refusé catégoriquement. Il a écrit les célèbres classiques de " Zheng Qi Ge "(Le chant de l'esprit juste) et " Passer par Lingdingyang". Ce dernier se terminait par les lignes suivantes :

    Tous les hommes sont mortels,
    mais ma loyauté illuminera les annales de l'histoire pour toujours.


En 1279, Wen est arrivé à Dadu sous escorte armée. Sachant que Wen était respecté et influent au sein des régions Han, l'empereur Yuan a essayé d’obtenir son allégeance pendant les quatre ans au cours desquels Wen a été emprisonné. Mais Wen a rejeté toutes les propositions de Kublai Khan.


Un jour de 1282, Kublai Khan lui a demandé personnellement : " Qu'aimeriez-vous avoir ? "


" Je ne souhaite qu'une mort rapide", a répondu Wen. Il a été exécuté le lendemain à l'âge de 47 ans.


Taoïsme et éveil

Peut-être la partie la plus intéressante et la plus mystérieuse de la vie de Wen Tianxiang sont les quatre dernières années avant son exécution. Beaucoup croyaient qu'au cours de cette période, un maître taoïste avait rendu visite à Wen en prison et lui avait enseigné le taoïsme.


Wen semblait avoir une affinité prédestinée avec le taoïsme. Dans un de ses poèmes, il a décrit comment il a aimé la nature et vécu dans la solitude loin du monde séculier pendant ses premières années. Il a également décrit sa rencontre fortuite avec Ling Yang Zi, un maître taoïste :

    “...
    De façon inattendue, j'ai rencontré le Grand Maître Lu (Ling Yang Zi),
    comme si la réunion avait été organisée il y a de nombreuses vies ;
    Les mots étaient peu nombreux, mais profonds quand nous étions ensemble,
    alors que je regardais en haut et en bas, tous mes soucis se sont estompés.


C'est Ling Yang Zi qui lui a rendu visite en prison. Selon les écrits de Wen : " J'ai rencontré un saint qui m'a appris le Da Guang Ming Fa (Grande Voie illuminée). Je suis donc libéré du souci de la vie et de la mort. " Dans un extrait d'un autre de ses poèmes, il a écrit à propos de son éveil :

    “...
    Chercher la gloire détruit sa vraie nature,
    comme la loyauté et l'obéissance sont un lourd fardeau pour la vie,
    Ceux vraiment exceptionnels et accomplis dans ce monde,
    sont ceux qui ont pu se libérer et devenir divins.


Wen aurait atteint l'éveil en cultivant la Grande Voie illuminée. En fait, il était encore plus déterminé à préserver sa vertu au détriment de sa vie. Tout comme Confucius l'avait dit : “ L'érudit déterminé et l'homme de vertu ne chercheront pas à vivre au détriment de leur vertu. Ils sacrifieront même leur vie pour garder leur vertu intacte ” [2]


Références :
[1] Kublai Khan, petit-fils de Genghis Khan, est le fondateur et le premier empereur de la dynastie Yuan.
[2] De The Analects of Confucius, traduit par James Legge.

Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.