Quatre ans de cultivation dans mon nouvel environnement à Londres

Bonjour vénérable Maître, bonjour compagnons de pratique,


Je m'appelle Linh Vo. Je suis une pratiquante vietnamienne vivant actuellement au Royaume-Uni. J'ai obtenu le Fa à l'âge de 17 ans après avoir été témoin du miracle de Dafa qui a sauvé ma mère, tout en apportant à ma famille cette précieuse relation prédestinée. J'aimerais partager mon parcours de cultivation avec les compagnons pratiquants.

Ma situation familiale et comment j'ai obtenu le Fa

Mes parents sont tous deux enseignants. Cependant, parce que leurs revenus n'étaient pas suffisants pour subvenir aux besoins de leur famille et qu'ils ne pouvaient pas soudoyer pour obtenir de meilleurs emplois, ils ont dû quitter leur emploi et faire du travail manuel pour joindre les deux bouts. Conséquemment, je me suis toujours sentie inadéquate même si mes parents s’efforcent toujours de me soutenir. J'avais toujours l'impression qu'il me manquait quelque chose par rapport à mes amies.


J'ai toujours eu de grands espoirs et de grandes ambitions. Je n'avais pas clairement défini ce que je voulais faire et devenir. Je voulais juste gagner beaucoup d'argent en grandissant, acquérir des biens matériels pour combler le vide dans mon cœur. Aux yeux de mes parents et des autres, j'ai toujours été une fille bien. Je m'occupais des tâches ménagères et des affaires de ma famille tout en obtenant de bons résultats à l'école.


Cependant, cette image parfaite s'est effondrée à l'adolescence. Je suis devenue maussade et je me refermais sur moi-même. J’ai pris du poids, des fissures commençaient à apparaître sur ma peau et j’étais déprimée. J’ai essayé de suivre un régime et je faisais des exercices pour perdre du poids sans aucun résultat car je ne suivais pas le bon régime et/ou ne faisais pas les exercices correctement. Je suis devenue de plus en plus déprimée et certains symptômes sont apparus tels des vomissements de sang et l'épuisement. J'ai dû arrêter mes efforts pour perdre du poids.


Ma crise d'adolescence et la pression à l'école m'ont complètement changée. Je suis devenue sans âme et mes parents s’inquiétaient beaucoup pour moi lorsqu'ils ont découvert que j'étais déprimée.


Je suis devenue bizarre si ce n'est excentrique. Des symptômes associés à la dépression tels que l'insomnie, les palpitations cardiaques, l'essoufflement et des pensées suicidaires sont tous apparus. Je me suis tournée vers l'alcool pour réduire mon stress. Heureusement, ma mère était très compréhensive, elle comprenait toutes mes rébellions et que mes états d'âme n'étaient que pour cacher la solitude, la tristesse et le dégoût de moi-même de ne plus être aussi belle qu'auparavant. Elle était toujours à mes côtés et soutenait toutes les bonnes choses que je faisais. Elle croyait en moi et croyait pouvoir me ramener à la vie. Elle avait raison ! Après avoir délaissée un peu mes études, j'ai eu la chance d'organiser un grand événement. Je me suis plongée dans ce travail et j'ai oublié la pression qui pesait sur moi depuis si longtemps.


Alors qu'une lueur d'espoir est apparue, mais s'est rapidement refermée, ma mère - le pilier de la famille, tant physiquement que mentalement, a tout à coup fait une chute. Ses jambes étaient paralysées et on lui a diagnostiqué une infection virale. Je savais que ma mère avait beaucoup de maladies dans son corps et que celles-ci en particulier lui avait rendu la vie très difficile. Elle ne pouvait dormir que deux heures par nuit et devait prendre des analgésiques presque toute l'année et devait quand même aller travailler tôt le matin. Tout le monde a toujours pensé que ma mère était quelqu'un de bien. Elle était gentille et talentueuse et aimait son mari et ses enfants. À cette époque, ma mère était la seule motivation qui me poussait à changer. Elle souffrait beaucoup mais avait toujours une attitude positive. J'avais maintes fois blâmé Dieu de faire souffrir physiquement et mentalement une bonne personne comme ma mère. J'étais dans une impasse, ma famille était dans une impasse, et une fois de plus, j'ai retenu mes larmes et j'ai vu mon père pousser ma mère dans un fauteuil roulant parce que nous ne pouvions trouver de remède.


Dans Zhuan Falun, le Maître a dit :

    “ Parce qu’il y a dans l’univers un principe: tout ce qui arrive à une personne ordinaire est dù, d’après l’école de Bouddha, aux relations de cause et d’affinité: et pour les gens ordinaries, la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort existent comme ça, tout simplement. C’est uniquement à cause du karma accumulé par de mauvaises actions commises dans le passé qu’on est affecté par des maladies ou qu’on rencontre des épreuves dues aux demons. Endurer des souffrances, c’est rembourser ses dettes karmiques, c’est pourquoi personne ne peut changer cela à sa guise.” (Première leçon, Zhuan Falun)


À ce moment, en tant que personne ordinaire qui n'avait pas obtenu le Fa, je ne connaissais pas ce principe du Fa. Mais le Maître bienveillant n'a pas laissé ma famille de côté. Une amie de ma mère est venue lui parler de Dafa et ma mère a commencé la pratique et la cultivation sans rien attendre car elle savait qu'elle n'avait pas beaucoup d'espoir. Le médecin lui avait dit que si elle avait de la chance, elle serait capable de se tenir debout après 2 ou 3 ans de traitement. Cependant, après seulement 11 jours de pratique avec d'autres pratiquants, ma mère a été capable de se tenir debout et de faire les exercices. Après 3 mois elle pouvait marcher normalement comme si de rien n'était. Après avoir été témoin du miracle de Dafa, j'ai cru et j'ai su que Dafa devait être très bon.


Un an plus tard, j'étais stressée par le travail scolaire. Je voulais à la fois acquérir de l’expérience pratique et obtenir des résultats académiques élevés, ce qui était impossible. Je ne savais pas comment tout organiser. Un jour, ma mère m'a donnée le livre Zhuan Falun. J'ai pris le livre et lu les neuf conférences de Maître Li Hongzhi d'un seul trait. J'ai ressenti une énergie paisible qui m'entourait lorsque je lisais le Fa. J'ai oublié toute la fatigue et le stress qui m’accablaient. En particulier, j'ai eu la réponse à la question du sens de la vie que je m'étais toujours posée. J'ai réalisé que le Falun Dafa n'est pas seulement bon, c'est aussi une véritable pratique decultivation


Après avoir commencé la cultivation, mon xinxing a changé, je ne me sentais plus triste ou en colère, je ne blâmais plus les autres comme auparavant. Les maladies incurables qui m'avaient tourmentée depuis mon enfance ont également disparu sans laisser de traces. Dafa m'a accordée une nouvelle vie, mes parents avaient davantage confiance en moi et j'avais plus confiance en moi-même. J'avais 17 ans quand je suis arrivée à Londres pour étudier et vivre ici.


Le processus de cultivation et de maturité dans le Fa

J'étais encore très jeune quand j'ai obtenu le Fa. Après avoir déménagé à Londres, j'ai essayé de m'intégrer dans mon nouvel environnement, mais je me suis relâchée dans ma cultivation pendant longtemps. Cela m'a laissée de grands regrets sur mon chemin de cultivation. Bien que je n’ayant qu'un soutien financier limité, que je sois jeune, que je n'aie pas terminé mes études secondaires et que mon anglais soit limité, le Maître a fait en sorte que j'obtienne un visa dans un court délai. Je savais qu'il fallait que je chérisse cet arrangement et que je chérisse le temps pour la cultivation personnelle, l'amélioration de mon xinxing et assister le Maître dans la rectification de Fa. Cependant, je perdais mon temps à faire des choses ordinaires. Après cela, j'ai été confrontée à un grand défi car je suis tombée dans un état de dépression.


Le Maître m'avait donnée des indices sur les raisons pour lesquelles j’étais venue au Royaume-Uni et qu'il y avait encore beaucoup d'êtres qui attendaient d'être sauvés. J'ai soudain compris ma mission et je me suis impliquée comme une particule de Dafa. Les pratiquants m'avaient aidée et avaient partagé avec moi lorsque je subissais le karma de maladie et m’ont aidée à clarifier davantage la vérité. Pour cette raison, je ne me sentais pas seule comme les gens ordinaires. Je n'en voulais pas à ma colocataire de ne pas avoir pris soin de moi quand je subissais une épreuve de karma de maladie. Peut-être l'avais-je traitée de la même façon ou même pire dans une vie antérieure, alors dans cette vie-ci, je devais rembourser le karma. J'ai changé d'emploi et de maison plusieurs fois et du point de vue des gens ordinaires, ce serait difficile à endurer, mais pour moi, je garde toujours des pensées droites que tout est une bonne chose, et donc je n'ai pas trouvé cela difficile. C'est une bonne occasion pour une jeune femme comme moi d'éliminer le karma et de valider le Fa auprès des gens que j'ai rencontrés. Les pratiquants de Dafa ne recherchent pas le bonheur des gens ordinaires. Malgré toutes les difficultés auxquelles je fais face, je me souviens toujours du poème du Maître :

    “Il est difficile pour l'homme ordinaire de connaître l'amertume de la cultivation et pratique,
    Il prend la lutte et la compétition pour du bonheur;
    Cultiver jusqu’à ne pas laisser un seul attachement,
    L’amertume passe, la douceur arrive, c’est le bonheur véritable.
    (Cultiver dans l’égarement – Hong Yin)

Bien que je vivais au Royaume-Uni, il était encore très difficile de trouver un emploi stable. Parfois, j'ai fait beaucoup de travail intense, comme travailler dans une ferme, emballer des aliments congelés, faire du babysitting, etc. Les collègues de travail se sont toujours demandés pourquoi je choisissais ces emplois car les jeunes n'acceptent pas facilement ce genre de travail. L'environnement était intense car la plupart des gens avec qui je travaillais étaient asiatiques. Ils s'accrochaient encore à des notions inhérentes et recherchaient leur intérêt personnel pour faire des profits. L'arrivée d'une jeune pratiquante de Dafa comme moi les troublait. Comment pouvais-je faire ce travail difficile sans me plaindre ou me disputer ?

En tant que pratiquante de Dafa, je savais que rien n'est fortuit. Je leur expliquais que, parce que je pratique le Falun Dafa, j’essaie de vivre selon les principes d’Authenticité-Bonté-Tolérance. Partout où j'allais, peu importe qui je rencontrais, tout le monde pouvait sentir la beauté de Dafa, et ils changeaient la façon de se traiter les uns les autres. Quand j’y repense, je me rends compte que le Maître avait tout arrangé pour que je puisse aller dans plusieurs endroits et rencontrer plus de gens. Je n'essayais pas de changer leur façon de penser, je ne faisais que valider le Fa, en éliminant les idées erronées qu'ils avaient au sujet de Dafa.


Le Maître a dit:

    “ Quant aux gens qui se trouvent dans votre champ,vous allez peut-être harmoniser leur corps sans le vouloir, car ce champ peut corriger tous les états anormaux. Le corps de l’être humain ne devrait pas être malade, la maladie provident d’un état anormal, et ce champ peut rectifier ces états anormaux. Les gens qui ont des idées mauvaises et pensent à des choses incorrectes peuvent aussi changer leur esprit sous l’effet puissant de votre champ et renoncer à leurs mauvaises intentions. Peut-être qu’une personne veut insulter quelqu’un, soudain elle change d’idée et y renonce. Il n’y a que le champ d’énergie de cultivation et de pratique d’une Loi juste qui soit capable de jouer un tel rôle. C’est pourquo iautrefois, dans le bouddhisme, il y avait cette phrase: « L alumière de Bouddha illumine tout, bienséance et loyauté rayonnent harmonieusement. » Voilà ce que cela signifie. .”(Leçon 3 – Zhuan Falun)


Plus tôt cette année, en suivant les arrangements du Maître, j'ai partagé un appartement avec de jeunes pratiquantes. Même si ce n’était pas un endroit très spacieux, c'était un très bon environnement de cultivation. Nous faisions les exercices, étudiions le Fa, échangions nos expériences et clarifions la vérité tous les jours. J'ai participé aux activités de clarification dans le quartier chinois et au British Museum, et j'allais émettre des pensées droites devant l'ambassade de Chine trois fois par semaine.


Habituellement, les forces anciennes profitaient de mon attachement au confort et créaient des interférences pour m’arrêter. Un matin, j'étais fatiguée quand je me suis rendue à l'ambassade pour prendre ma relève. Une pratiquante qui s'occupait de l'organisation de la Vigile à l'ambassade m'a demandée: “ Tu prends la relève 3 fois par semaine tôt le matin chaque semaine. Ensuite, tu dois aller travailler tout de suite après. Est-ce trop et trop difficile pour toi ?” J'ai tout de suite répondu : “Ce n'est pas grand-chose, je peux le faire.” J'ai réalisé que ce n'était pas seulement une question ordinaire. Les Bouddhas, Daos et divinités écoutaient ma réponse et mon choix. Ils regardaient mon état d'esprit. La question n'était pas de savoir si je prenais la relève une ou trois fois, mais si j'y mettais tout mon cœur ou non.


Tant que j'ai des pensées droites, tout peut être surmonté avec le Maître et le Fa. Si je laissais la perversité profiter de mon attachement au confort, je ne pourrais même pas prendre une seule relève, et je m'éloignerais graduellement du Fa. J'ai étudié le Fa en profondeur, avec de fortes pensées droites pour enlever mon attachement au confort. Je me souviens toujours de l'enseignement du Maître :


    “ Si les disciples sont emplis de pensées droites
    Le Maître a le pouvoir de changer la décision du Ciel ”
    (La grâce entre Maître et disciples Hong Yin II)


Au début, il n'y avait pas beaucoup de gens qui connaissaient le Falun Dafa et la persécution en Chine continentale. Nous avons rencontré beaucoup d'interférences. Il était habituel qu'un ou plusieurs Chinois nous insultent, mais cela ne faisait qu’attiser la curiosité des autres pour entendre la vérité. Il y avait toujours des gens qui me remerciaient de prendre le temps de leur clarifier les faits. Je savais qu’ils avaient dû attendre longtemps pour entendre la vérité et signer la pétition pour faire cesser la persécution.


J'étais très impressionnée par les pratiquants qui ont créé les sites de clarification, ils ont dû surmonter de nombreuses difficultés et interférences pour les maintenir. J'étais une retardataire, si j'abandonnais seulement parce que quelqu'un m’insultait, ce serait une honte. Je devrais avoir pitié de cette personne car ce qu'il aurait à affronter pour être irrespectueux envers le Fa serait beaucoup plus douloureux que cela.


Peu à peu, de plus en plus de gens apprenaient la vérité sur la persécution et comprenaient ce qu'est le Falun Gong et ils partageaient ce qu'ils avaient vu dans les médias. Il y a une femme qui m'a dit qu'elle était enseignante et qu'elle avait appris la vérité à tous ses élèves ; son fils avait étudié le chinois pendant six ans et il avait aidé tout le monde, y compris les Chinois, à connaître la vérité sur la persécution. Ils nous ont également remerciés pour notre courage de dire la vérité. Les gens qui s’occupaient du nettoyage ou les gardiens du British Museum m'ont demandé quand nous allions cesser de faire cela, et j'ai répondu : “Quand tout le monde à travers le monde saura la vérité sur le Falun Gong et que la persécution cessera”.


L'effet de ma clarification de la vérité dépend à quel point je m’immerge moi-même dans le Fa et améliore mon xinxing. En me remémorant mes débuts, lorsque je suis allée pour la première fois sur les sites de clarification, j’étais un peu gênée et j'osais seulement distribuer des dépliants. J'avais peur que mon anglais ne soit pas assez bon pour parler aux gens ou répondre à leurs questions, mais en étudiant le Fa, j'ai réalisé que c'était un attachement que je devais abandonner. Comme j'ai longtemps lutté pour gagner ma vie, mon anglais ne s'était pas beaucoup amélioré, mais pour faire connaître la vérité à un plus grand nombre de personnes, j'ai dû améliorer mon anglais. Je ramenais des dépliants à la maison et j'étais déterminée à mémoriser toute l'information qu'ils contenaient.


Dans un premier temps, c'était efficace, les gens pouvaient au moins comprendre ce que nous faisions, mais lorsqu'ils avaient des questions, même si je comprenais la question, j’avais de la difficulté à y répondre, je devais demander à d'autres pratiquants de répondre à leurs questions. Cela réduisait le temps dont disposent les autres pratiquants pour clarifier la vérité. J'ai réalisé l'importance d'améliorer mon anglais. J'ai regardé les émissions de Dafa, étudié le Fa en anglais et pratiqué davantage la communication. En peu de temps, mon anglais s'est beaucoup amélioré, j'ai pu clarifier la Vérité et répondre aux questions de beaucoup de gens avec confiance, c'est l’ ouverture de mon esprit par le Maître qui m'a permis de faire des progrès si soudains et rapides !


Quatre ans de cultivation n’est pas bien long. En tant que jeune pratiquante avec beaucoup d'attachements, il y a eu aussi des moments où je n'ai pas pu m'améliorer et où je me suis relâchée. C'est le Maître, Dafa et mes bienveillants compagnons de pratique qui m'ont aidée à m'éveiller. Pourquoi suis-je venue au monde ? – “Pour obtenir le Fa”. À quoi sert le Fa ? – “À accomplir mon vœu. Pour aider le Maître à rectifier le Fa, et sauver les êtres”. Et que dois-je faire si je veux accomplir mon vœu ? “Cultiver Dafa, en éliminant mes attachements humains, en renforçant mes pensées droites, en suivant les exigences du Maître”.


En tant que pratiquante de Dafa pendant la période de la rectification de Fa, je devrais chérir cette précieuse opportunité ! La rectification de Fa du Monde Humain approche à grands pas. Combien de vies attendent d'être sauvées ? J'espère que les autres pratiquants et moi-même, achèverons les trois choses que les disciples de Dafa doivent faire, en étant diligents et en accomplissant la mission sacrée d'aider le Maître à rectifier le Fa et sauver les êtres !


Ceci est ma compréhension personnelle. Merci de m'indiquer avec bienveillance toute chose inappropriée.


Merci Maître compatissant !


[Partagé au Fahui européen 2019 à Londres]

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.