Remplir mes responsabilités dans le travail de coordination de Shen Yun

J’ai obtenu le Fa en 2002 et j’ai participé à la promotion de Shen Yun depuis qu’a eu lieu la première représentation à New York en 2006. En 2016, lorsque la Suisse a été séparée en suisse germanophone et suisse francophone, j’ai eu la chance de travailler en tant que coordinatrice.


Depuis le début du travail de coordination de Shen Yun, j’ai réalisé qu’en tant que coordinatrice, je devais continuellement développer mes capacités. C’est l’exigence la plus élémentaire attendue d’un coordinateur. Alors que je continuais à atteindre des niveaux plus élevés, j’ai constaté que mes capacités augmentaient également. Ci-dessous est ma compréhension de divers aspects durant les trois années passées.


Jouer le rôle d’une particule de Dafa

Depuis que j’ai commencé à participer à la promotion de Shen Yun à New York en 2006, j’ai passé près de 6 mois chaque année dans de nombreuses villes à aider à la promotion. Mais 2017 a été la première année où j’ai commencé la coordination. Bien que je n’avais pas beaucoup d’expérience, la cultivation tout au long de ces années m’a fait comprendre qu’en tant que disciple de Dafa, tant que je suivais le Fa, il n’y avait rien que je ne puisse accomplir.


Au début, je suis allée dans les supermarchés avec un pratiquant occidental. Chaque fois que nous rencontrions le responsable, je lui demandais de prendre l’initiative car j’avais la notion que ce serait mieux puisqu’ il était quelqu’un de la région. Mais de façon surprenante, après un mois rien n’avait été accompli. Alors que nous nous approchions de plus en plus du début de la promotion, je suis devenue anxieuse. Chaque jour, je regardais à l’intérieur, mais sans trouver d’issue. Un jour, le pratiquant occidental m’a dit qu’il avait trop de travail. Il m’a demandé d’appeler le manager du centre commercial. Cet appel téléphonique nous a permis alors d’obtenir notre premier lieu de promotion et cela était complètement gratuit. J’ai alors réalisé que je ne pouvais m’appuyer sur personne. Le Maître voulait que je sois plus mature. Je devais marcher sur mon propre chemin.

Par la suite, nous avons changé pour une pratiquante occidentale ne parlant pas l’allemand. Nous coopérions bien. Un jour, nous avons obtenu les contacts détaillés du manager et de l’assistant d’un grand supermarché. Ayant entendu ma présentation, le personnel du bureau d’information m’a expliqué que la location hebdomadaire était de plus de 2000 euros et qu’il n’y avait pas de remise possible. J’ai calmement répondu avec un sourire tout en pensant en moi-même, "Ce que vous dites ne compte pas. C’est notre Maître qui décide."


J’ai dit à la pratiquante occidentale que nous devions nous asseoir sur le banc près de l’entrée pour émettre les pensées droites. Puis, j’appellerais le manager pour prendre rendez-vous. Alors que nous émettions les pensées droites, j’ai vu un homme élégant en costume me faire un signe de tête. Tout à coup, j’ai réalisé que ce devait être la personne que je cherchais, alors je lui ai couru après. En voyant le bon nom sur son badge, je lui ai immédiatement dit pourquoi j’étais venue et lui ai montré la vidéo de promotion. Au début du feed-back, il m’a dit brusquement, "Ok, je vais vous accorder un espace gratuit. L’assistant vous contactera dans l’après-midi." Immédiatement, j’ai senti un afflux d’énergie qui traversait mon corps. Je me suis retournée et j’ai vu que la pratiquante occidentale pleurait. Elle m’a dit que lorsque je parlais au manager, elle avait senti que nous étions entourés d’une énergie très puissante. Ce jour-là, trois centres commerciaux ont immédiatement accepté de nous accorder un espace gratuit pour la promotion. Le soir, alors que je conduisais seule, je me sentais satisfaite en repensant à comment la journée s’était passée.


J’ai dit mentalement au Maître, aujourd’hui, j’ai finalement pu être une particule de gong du Maître. À ce moment-là, j’ai senti une poussée de chaleur dans mon corps. C’est tout simplement comme ça que les lieux promotionnels ont tous été gratuits. La plupart des billets y ont été vendus. Une petite partie étant due à l’envoi de mails des pratiquants, nous n’avions donc aucun coût publicitaire.


Alors que les billets étaient presque tous vendus à ces endroits, je suis allée à Bregenz et j’ai géré toutes les tâches dont la location du logement, la recherche des lieux de promotion, la publicité etc. Comme le temps était limité et que les tâches étaient difficiles, c’était constamment un test pour mes pensées et actions droites. Grâce à l’arrangement bienveillant du Maître, j’ai pu naviguer en douceur à travers diverses tribulations. Finalement, Bregenz a réussi à vendre 95% des billets pour la première fois en trois ans. Nous n’avions pas laissé tomber le Maître.

Faire passer l’amélioration des pratiquants en premier

Comme il y avait un nombre limité de pratiquants, nos méthodes durant les trois années passées ont été globalement les mêmes. Dans chaque ville, nous louions des logements pour les pratiquants des autres pays participant à la promotion. Pendant six mois, je restais avec les compagnons de pratique. Le matin, nous émettions les pensées droites ensemble et pratiquions les cinq séries d’exercices. Pendant la journée, nous sortions pour la promotion. Le soir, nous étudiions le Fa et échangions entre nous.


Tous les pratiquants chérissaient cet environnement de cultivation. Nous nous encouragions mutuellement dans la cultivation. Lorsque nous rencontrions des conflits, nous en discutions sans attendre. En partageant, j’autorisais seulement trois sujets : 1) discussion sur les principes du Fa 2) exemples d’amélioration de xinxing 3) le processus de chercher en soi-même. Cela ne laissait aucune espace pour des failles entre les pratiquants.


Dès le tout début, je savais à quel point il était important de s’améliorer ensemble. Lorsque les pratiquants s’améliorent, l’effet sur le salut des êtres est naturellement très bon. D’un autre côté, si c’est seulement le côté humain qui est à l’œuvre, non seulement les résultats escomptés ne seront pas atteints, mais en plus la perversité pourra facilement prendre avantage des failles.


Pour la première fois à Bregenz et pour la seconde année à Bâle, ceux qui sont venus aider ont été majoritairement des pratiquants chinois d’Allemagne. Beaucoup se ont engagés à rester un mois ou deux. Nous avions le même bagage culturel et pas de barrière linguistique. Il était facile de communiquer. Bien sûr, lorsque les pratiquants sont ensembles, il y aura forcément des frictions et différentes compréhensions du Fa. J’organisais des échanges honnêtes après l’étude du Fa chaque soir. Comme les pratiquants venaient de différentes villes en Allemagne et n’étaient pas habitués à travailler ensemble, il n’y avait au début pas de contributions enthousiastes. Alors, j’ai pris l’initiative de chercher à l’intérieur, abandonnant l’attachement au renom. Pour les tâches qui n’étaient pas bien faites, je prenais l’initiative de m’excuser envers les pratiquants, exposant mes attachements. Dès que j’obtenais une nouvelle compréhension venant du Fa, je la partageais sans réserve avec les pratiquants. Rapidement, les pratiquants sont devenus de plus en plus proactifs.

Sous un tel mécanisme consistant à constamment chercher à l’intérieur, les pratiquants coopéraient naturellement de façon proactive. Les pratiquants ressentaient que notre champ tout entier était un grand mécanisme de recherche à l’intérieur de soi. Ces pratiquants qui avaient été obstinés pendant des années ou qui ne cherchaient pas à l’intérieur d’eux-mêmes aux yeux des autres pratiquants ont changé sous l’influence de ce champ. De cette manière, les pratiquants qui se trouvaient là-bas chaque jour sortaient heureux et rentraient heureux. Dans cet environnement détendu, tous les billets ont été vendus à l’avance.


La tolérance doit être sans limites

Durant notre travail de coordination, nous devons continuellement augmenter notre capacité. C’est plus facile à dire qu’à faire. Sur la base d’une cultivation solide, j’ai aussi réalisé que peu importait à quel point les pratiquants me traitaient injustement, il était facile de tolérer les autres si je me concentrais seulement sur leurs forces et les magnifiais en fermant les yeux sur leurs faiblesses.


J’ai coordonné principalement des pratiquants chinois de différents endroits durant les deux années passes et j’ai pu le faire avec aisance. Cette année, il y a eu une semaine de représentations à Zurich. Bien que la majorité des pratiquants germanophones en Suisse soient concentrés à Zurich, ce sont principalement des pratiquant occidentaux. À cause des conflits parmi les pratiquants qui persistaient depuis longtemps, notre coopération était perturbée par de nombreux problèmes. De plus, les pratiquants qui venaient pour aider cette année étaient principalement des pratiquants occidentaux de différents pays. Ils avaient différents états de cultivation, différentes cultures, et différentes façons de vivre. Vivre ensemble jour après jour était un tout nouveau défi pour moi.


La compassion dissout un fossé de longue date

Une pratiquante occidentale vivant dans une autre partie du pays restait dans notre logement loué pour la promotion de Shen Yun trois à quatre jours par semaine. Au cours des années, elle avait travaillé très dur et fait beaucoup de choses, mais elle perdait souvent son sang-froid. D’autres sentaient qu’elle était égocentrique. Comme j’étais devenue coordinatrice, certains ressentaient que cette pratiquante avait tendance à lutter avec moi. Mais comme nous n’avions presque aucun contact direct, je n’y prêtais pas beaucoup d’attention.


Comme il y avait seulement une ville cette année, elle devait rester dans le logement que nous avions loué. Il n’y avait pas le choix. Au début, j’ai aussi demandé si elle avait du ressentiment envers moi. Elle le niait à chaque fois. Mais elle devenait facilement furieuse. Avant Noël, en voyant que les billets ne s’étaient pas vendus aussi vite que les deux années précédentes, j’étais très anxieuse. En tant que coordinatrice principale, je croyais que je devais d’abord combler les failles entre les pratiquants, sinon il serait facile pour les forces anciennes d’en tirer avantage. Mais je ne savais pas par où commencer.


Durant la période du Nouvel An, j’ai assisté à la Conférence de partage d’expérience annuelle de Falun Dafa organisée en Allemagne. Assise là avant que le Fahui ne commence, j’ai pensé de nouveau à cette pratiquante. J’ai demandé au Maître, que devrais-je faire ? Soudain, j’ai vu la banderole de chaque côté de la salle de conférence, "La compassion peut harmoniser le Ciel et la Terre, inaugurant le printemps. Les pensées droites peuvent sauver les êtres dans ce monde." Momentanément, j’ai réalisé que le Maître me faisait comprendre que ma compassion n’était pas suffisante. De plus, je me suis éveillée au fait que "les gens dans ce monde" ne renvoie pas seulement aux personne ordinaires, mais aussi au côté des pratiquants qui n’a pas atteint le critère. Nous devons aussi les harmoniser avec compassion.


En repensant à cette pratiquante obstinée, je sentais que je n’étais pas suffisamment capable. À ce moment-là, les deux petites banderoles où il était inscrit "le Falun tourne constamment. Dafa est sans limite" m’ont fait réaliser que le Falun tournait dans mon abdomen inférieur. Pourquoi devais-je artificiellement limiter les capacités de mon côté qui avait atteint le critère ? Avec cette pensée, j’ai ressenti la pénétration d’un flux d’énergie. Plus tard cette nuit-là. Je suis rentrée dans notre logement loué à Zurich.


Le lendemain matin, la pratiquante s’est mise de nouveau dans un état émotionnel pour une question triviale. Je lui ai répondu calmement que je voulais parler et dissiper l’incompréhension entre nous. Bien qu’elle ne le voulait pas, elle m’a donné l’opportunité de parler. J’ai commencé par la remercier. Elle était la première pratiquante de Suisse avec qui j’étais entrée en contact lorsque j’avais commencé la cultivation. J’ai exprimé mon appréciation pour sa compréhension et pour son aide. À ma grande surprise et gratitude, elle me dit qu’elle se rappelait souvent de la première fois où nous nous étions rencontrées et où elle m’avait clarifié la vérité. De cette manière, nous avons discuté paisiblement.

L’un après l’autre, j’ai passé en revue des événements qu’on lui avait rapportés et qu’elle avait mal compris, expliquant la vraie situation et mes sentiments à ce moment-là. Finalement, j’ai vu qu’à cause du manque de communication entre nous durant une longue période de temps, les forces anciennes créaient de nombreux malentendus. Ce que j’avais entendu à son propos n’était pas la vérité et elle avait des incompréhensions similaires à mon sujet. Ainsi, nous avons toutes les deux ouvert notre cœur et les malentendus formés durant les années passées ont été dissous. En finissant notre conversation, un autre pratiquant a dit, "Fantastique ! Je sens que vos champs sont nettoyés à présent !"

Résoudre les conflits avec un sourire

Une pratiquante m’a appelée plusieurs fois pour me demander quelque chose. Le jour précédent, j’avais déjà passé beaucoup de temps à lui expliquer les choses et sentais qu’elle avait bien compris. Après avoir raccroché, j’ai pensé à quel point les choses avaient été difficiles pour cette pratiquante âgée. Bien qu’elle avait des attachements humains, il n’était pas facile d’encourager constamment les gens à quitter le PCC chaque jour depuis tant d’années. Son mari était décédé et elle était toute seule. Il était difficile pour elle de trouver quelqu’un à qui parler. Alors, lorsqu’elle entrait dans une conversation, elle avait tendance à parler beaucoup.


Le lendemain, elle m'a appelée de nouveau. Elle voulait faire quelque chose qui, selon moi, ne devait pas être fait. Je lui ai expliqué patiemment sur la base des principes du Fa. Pas du tout contente, elle est devenue hystérique à l'autre bout du fil. Au lieu d'être perturbée, j'ai trouvé ça drôle qu'elle se comporte comme une enfant.. Je ne pouvais m'arrêter de rire. Après avoir lâché prise pendant un moment, elle s’est sentie plutôt embarrassée. Alors, elle m'a écoutée patiemment lui expliquer sur la base du Fa pourquoi nous devions suivre les exigences concernant ce problème plutôt que de faire comme bon nous semblait. Finalement, elle a parfaitement compris.


Une semaine plus tard, un autre incident s’est produit, ce qui m’a permis de faire une comparaison. Un matin, un pratiquant était mécontent de moi. Dans la rue, il s'est énervé soudainement. Inquiète qu'il ne perturbe les voisins, je lui ai fait des gestes lui montrant qu'il devait se calmer. Il m'a ignorée et a continué de crier.


Par la suite, j'ai cherché en moi-même la raison pour laquelle je ne pouvais pas le contrôler. J'ai découvert que, bien qu'à ce moment-là j'étais calme en surface, je n'étais pas restée totalement calme dans mon cœur. Par conséquent, je ne pouvais pas le stabiliser. En d'autres termes, mon champ n'était pas suffisamment fort pour surpasser sa colère. J'ai continué de chercher à l'intérieur. Pourquoi concernant l'accident précédent, avais-je pu le résoudre avec un sourire, alors que cette fois-ci j'avais échoué? Après avoir comparé, j'ai constaté que c'était parce que je le connaissais depuis longtemps, et que je comptais sur lui pour effectuer de nombreuses tâches. Après un certain temps, la sentimentalité humaine s'était accrue, et j'avais certaines attentes envers lui, alors que je n'avais aucune attente envers l'autre pratiquante. De plus, il n'était en effet pas dans un bon état de cultivation ces derniers jours, alors je m'étais focalisée sur ses faiblesses plutôt que sur ses forces. Donc, en utilisant la sentimentalité humaine, je ne pouvais contrôler ses émotions négatives. C'est exactement comme l'a dit Maître: "Il n'y a pas de pouvoir de restriction entre ce qi-ci et ce qi-là." (Septième Conférence, Zhuan Falun)

Lors de l'échange après l'étude du Fa ce soir-là, j'ai sincèrement cherché en moi-même devant tous mes compagnons de pratique et j'ai admis mes insuffisances. Mais ce pratiquant est cependant resté sur sa position. En cherchant à l'intérieur, j'avais espéré qu'il fasse de même. Deux jours plus tard, ce pratiquant m’a soudainement fait ses excuses. Il m’a remerciée aussi pour la grande aide que je lui avais fournie dans sa cultivation.


Après Shen Yun, de nombreux pratiquants m'ont envoyée des messages de remerciement pour les avoir aidés dans le processus de leur cultivation. Une pratiquante m’a fait un commentaire touchant qui m'a encouragée fortement. Elle m’a dit qu'à ses yeux, j'étais vraiment un être créé par Dafa. Elle chérissait toute l'inspiration que mon partage lui avait donnée. En fait, je suis simplement une particule de Dafa. Je n'ai pas moi-même tant de pouvoir. Tout ce que j'ai m'a été donné par le Maître. Bien sûr, j'ai encore beaucoup d'insuffisances, tels que les attachements à me mettre en avant, à la compétitivité, à la complaisance, à mépriser les autres, et quelques fois à avoir un fort caractère etc… Je continuerai à me purifier moi-même dans la cultivation future et à jouer le rôle d'une particule de Dafa dans le travail de coordination de manière à répondre aux attentes du Maître, à la confiance des pratiquants, et aux attentes de tous les êtres.


Pour finir, j'aimerais remercier Maître pour m'avoir donné cette opportunité d'établir ma vertu majestueuse. Merci à tous les pratiquants pour votre compréhension et votre soutien. J'adresse mes excuses sincères à tous les pratiquants que j'aurais blessés.


Ce qui précède est ma compréhension à mon niveau actuel. S'il vous plaît, indiquez-moi avec compassion tout ce que vous verriez d'inapproprié.


[Partagé au Fahui européen 2019 à Londres]

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.