Soutien au Falun Gong à la Conférence sur la liberté religieuse à Taipei : " Vous êtes du bon côté de l'Histoire "

Des responsables des États-Unis et du Royaume-Uni et des membres d'organisations internationales de défense des droits de l'homme ont félicité les pratiquants de Falun Gong pour leur persévérance et condamné la persécution qui se poursuit en Chine lors d'une conférence de deux jours sur la liberté religieuse à Taipei.


Le "2019 Regional Religious Freedom Forum - A Civil Society Dialogue on Securing Religious Freedom in the Indo-Pacific Region" (" Débat régional 2019 sur la liberté religieuse – un dialogue de la société civile sur la liberté religieuse dans la région Indo-Pacifique ") a eu lieu les 11 et 12 mars 2019 à Taipei. Elle faisait suite à la toute première "Conférence ministérielle pour l'avancement de la liberté religieuse" qui s'est tenue en juillet 2018 à Washington, D.C.

Le vice-président Mike Pence et le secrétaire d'État Mike Pompeo avaient tous deux déclaré lors du sommet de l'an dernier que la liberté religieuse était une priorité absolue pour les États-Unis.


"Vous êtes du bon côté de l'histoire

 
Sam Brownback, ambassadeur des États-Unis pour la liberté religieuse internationale


Sam Brownback, ambassadeur des États-Unis pour la liberté religieuse internationale, a encouragé les pratiquants du Falun Gong et les autres croyants à poursuivre leurs efforts : "Il y a beaucoup d'épreuves sur cette terre, et en ne perdant pas espoir et en continuant à pratiquer votre foi, vous êtes du bon côté de l'histoire."


Il a dit que la situation des droits de l'homme en Chine doit changer : "Le gouvernement chinois est en guerre contre la foi. C'est une guerre qu'ils ne gagneront pas." Il a dit que ceux qui ont commis de mauvaises actions en subiront les conséquences et que le Congrès américain poursuivra la liberté religieuse de manière plus agressive.


Il est temps de mettre fin à la persécution

 
Greg Mitchell, coprésident directeur de la Table ronde internationale sur la liberté religieuse (IRFR)


Greg Mitchell, coprésident directeur de la Table ronde internationale sur la liberté religieuse (IRFR), a déclaré qu'il était temps de mettre fin à la persécution du Falun Gong, en particulier au prélèvement forcé d'organes sur les pratiquants de Falun Gong. Il a dit qu’il serait trop long qu’une telle tragédie dure un jour, mais elle dure depuis près de 20 ans.


Il a appuyé une suggestion de l'ambassadeur Brownback de former une alliance entre les pratiquants du Falun Gong et d'autres groupes réprimés pour s'opposer à la brutalité en Chine. La Coalition pour l'avancement de la liberté religieuse en Chine (CARFC) a été créée le 4 mars 2019 à Washington par des Tibétains, des Ouïghours, des chrétiens et des pratiquants du Falun Gong, et constitue un exemple récent de cette coopération.


M. Mitchell a déclaré que les pratiquants du Falun Gong sont des membres importants du CARFC. Alors que la coalition en est encore à ses débuts, il prévoit que d'autres groupes la rejoindront et organiseront d'autres activités pour " essayer de faire pression sur le gouvernement américain afin qu'il prenne d'autres mesures concrètes et impose des sanctions à la Chine ".


Un message fort sur les droits de l'homme

 
Benedict Rogers, chef de l'équipe Asie de l'Est à Christian Solidarity Worldwide (CSW)


Benedict Rogers, chef de l'équipe Asie de l'Est de l'organisation internationale de défense des droits de l'homme Christian Solidarity Worldwide (CSW), a déclaré que le parti communiste avait tort de persécuter les gens en raison de leurs convictions. Ce type de persécution s'est déjà produit à très grande échelle en Chine pendant la révolution culturelle et on ne doit pas la laisser se poursuivre.


En réponse aux remarques de l'ambassadeur Brownback sur le Falun Gong prononcées au Club des correspondants étrangers de Hong Kong, M. Rogers, qui est également cofondateur et vice-président de la Commission des droits de l'homme du Parti conservateur à Londres, a déclaré que le discours a envoyé un message fort au Parti communiste chinois sur la question de la liberté de conviction. Il a dit que cela profiterait non seulement aux pratiquants du Falun Gong, mais aussi aux chrétiens, aux Ouïghours et aux Tibétains.


La pire des persécutions

 
Bob Fu, fondateur et président de China Aid


Bob Fu, fondateur et président de China Aid, a déclaré qu'en tant que pasteur sino-américain, il était pleinement conscient de la manière dont le parti communiste a fait souffrir le peuple chinois au cours des 70 dernières années, en particulier en refusant aux gens leur liberté de croyance. Il a dit que la persécution du Falun Gong est la pire, en termes d'ampleur et de gravité.


Bien que le parti communiste ait interdit la liberté de croyance, il a au moins permis l'existence de plusieurs grandes religions, a-t-il dit. Mais pour les adeptes du Falun Gong, la cruauté est beaucoup plus systématique, massive, brutale et destructrice. Cela n'a laissé aucune place aux pratiquants pour pratiquer leur foi, et le parti communiste sera tenu responsable de cette catastrophe.


Il a applaudi la conférence Indo-Pacifique et a dit qu'elle a montré comment le Falun Gong est largement accepté à l'extérieur de la Chine en dépit de sa répression en Chine. Ce contraste évident montre qu'en privant les gens de leur liberté de croyance, le parti communiste a perdu le soutien de la communauté internationale.


Kan Hung-cheung, porte-parole de l'Association Falun Dafa de Hong Kong, a déclaré que la conférence avait contribué à mieux faire connaître la répression du Falun Gong par le parti communiste en Chine ainsi que son influence à Hong Kong. Il se félicite du large soutien de la communauté internationale et espère que les efforts conjoints permettront de mettre un terme à cette tragédie qui dure depuis 20 ans.


Support for Falun Gong at Religious Freedom Conference in Taipei: 'You Are on the Right Side of History'


Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.